Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aziz Ajbilou : La société se modernise
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 04 - 2004

Aziz Ajbilou, directeur du Centre d'études et de recherches démographiques (Cered), explique les raisons de la baisse du taux de fécondité au Maroc et ses conséquences sur la structure par âge de la société. Ajbilou place le niveau d'éducation en tête des facteurs qui expliquent la baisse de cet indicateur. Entretien.
ALM : Quelles sont, selon vous, les raisons de la baisse du taux de fécondité au Maroc ?
Aziz Ajbilou : Effectivement, le taux de fécondité aconitine à baisser, et ce depuis le début des années 70. Aujourd'hui, ce taux est de l'ordre de trois enfants par femme ayant atteint l'âge de procréer.
Pour ce qui est des raisons, je peux tout de suite vous dire qu'elles sont multiples. Cela dit, nous en citerons les plus importantes. Celle qui vient en tête, à mon avis, c'est le niveau d'éducation. Il joue un rôle extrêmement important en matière de changement des comportements des individus dans une société donnée. En effet, les femmes sont de plus en plus alphabétisées et cette instruction influence de manière directe sur leurs habitudes. Elles se marient de plus en plus tardivement. Ce recul de l'âge du mariage est une conséquence directe de l'accroissement de leur niveau d'éducation. En outre, l'effet indirect est celui qui consiste, pour les ménages, à privilégier la qualité plutôt que la quantité. Les parents préfèrent par exemple offrir la meilleure éducation possible à leur progéniture.
Qu'en est-il des autres raisons qui expliquent cette baisse du taux de fécondité ?
Je citerai, d'abord, le travail des femmes. Leur activité professionnelle est un facteur de baisse incontestable. De manière générale, la modernisation des modes de vie ainsi que l'urbanisation sont également des aspects à prendre en considération.
Enfin, il ne faut pas occulter le niveau économique des ménages. Le manque de moyens financiers fait que ces derniers se contentent d'un nombre réduit d'enfants.
Quelle lecture faites-vous de cette baisse de la fécondité ?
En effet, la baisse des taux de fécondité et de mortalité infantile auront une influence importante sur la structure par âge de la société.
En d'autres termes, la pyramide des âges est en train de changer au Maroc. La base de cette pyramide était assez large lors des années 60. Aujourd'hui, elle se rétrécit de plus en plus. Le rétrécissement de la tranche d'âge de moins de 15 ans s'est effectué au profit de la tranche d'âge de 16
à 59 ans, et dans une moindre mesure pour la tranche d'âge des plus de 60 ans.
Cela veut-il dire que la société marocaine est menacée de vieillissement ?
Effectivement, le problème du vieillissement se posera dans quelques années. Mais pas dans les court et moyen termes. Car actuellement, la tranche d'âge des plus de 60 ans ne représente que 7% de la population nationale. En outre, l'espérance de vie devrait, elle aussi, enregistrer une hausse sensible. Il n'y a donc pas de raisons de s'alarmer. Ce qui est important à signaler, en revanche, c'est que la tranche d'âge de 16 ans à 59 ans est la plus importante. C'est le moteur de développement de notre société, sur lequel les autorités doivent porter toute leur attention.
Un dernier mot sur le Cered ?
Le Cered relève du haut commissariat au Plan. Le Centre effectue régulièrement un nombre considérable de recherches en matière démographique, notamment sur la question de la femme, des enfants, de la pauvreté, l'immigration, la mortalité, etc. A ce titre, le Centre compte à son actif plus d'une cinquantaine d'ouvrages. En plus de cela, le Cered se charge du secrétariat technique de la Commission supérieure de la population, présidée par le haut commissaire au Plan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.