ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Priorité à la coopération énergétique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 04 - 2002

Natif d'Oujda, proche du président Abdelaziz Bouteflika, Chakib Khalil, ministre algérien de l'Énergie et des Mines, croit fermement à un partenariat énergétique entre le Maroc et l'Algérie, indépendamment des relations politiques marquées par une tension permanente.
Aujourd'hui Le Maroc : De nouvelles perspectives sont ouvertes plus que par le passé en matière de coopération énergétique entre le Maroc et l'Algérie. C'est du moins ce qui ressort de vos propos devant la délégation marocaine…
Chakib Khalil : Les possibilités d'échange existaient par le passé sauf que les considérations politiques ont influé sur les relations économiques. Ces échanges, il est vrai, ont baissé au fil du temps et des aléas politiques. Aujourd'hui, nous voudrions reprendre les échanges qu'on avait il y a dix ans dans tous les domaines liés à l'énergie. D'autant plus que le monde a changé avec la mondialisation et la naissance de regroupements économiques forts comme l'Union européenne. Nous avons en ce qui nous concerne l'Union du Maghreb qui est en train de se développer.
L'UMA est toujours en panne…
L'UMA est en train de trouver sa voie. Il faut bien sûr la renforcer. Et nous sommes là pour ça. Dans ce sens, le secteur énergétique peut être un formidable facteur de rapprochement. Le Maroc et l'Algérie sont en train de réaliser l'interconnexion électrique. Pour ce qui est du gaz naturel, nous avons eu des échanges. Nous espérons que ces derniers prendront à l'avenir plus d'envergure. Donnons une chance à la concrétisation de projets de ce style pour profiter mutuellement du potentiel énorme offert par ce secteur stratégique.
Justement, le gazoduc Maghreb Europe (GME) que le Maroc appelle de ses vœux depuis des années n'a toujours vu pas le jour...
La volonté existe des deux côtés. Il faut seulement mettre en place un programme clair avec des délais précis…On peut même aller plus loin et créer une société mixte maroco-algérienne de droit privé dans le domaine de l'exploration à la production. Une expérience que nous avons tentée de manière concluante avec nos voisins tunisiens. Dans le domaine de la distribution du gaz, l'Algérie a déjà réalisé des investissements importants en Espagne. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas entreprendre la même chose au Maroc, qui est notre voisin, pas seulement en tant que fournisseur mais nous voulons également participer dans la mise en place du système de distribution et la réalisation d'investissements en matière électrique. Comme vous le savez, l'Algérie est le deuxième exportateur mondial du GNL (gaz naturel liquéfié). Si on ne peut pas faire un gazoduc pour relier la raffinerie avec le GME, on pourrait connecter directement le GME à la raffinerie. Nous souhaitons aussi que les opérateurs privés marocains signent des accords de partenariat avec leurs homologues algériens. Ce n'est pas les idées et les projets qui manquent.
Tout cela est beau. Mais pensez-vous qu'une véritable coopération économique large et efficace soit possible tant que l'affaire du Sahara marocain continue à empoisonner les relations maroco-algériennes ?
Ce n'est pas parce qu'on a des problèmes qu'on doit arrêter la dynamique économique et commerciale. Malgré les malentendus politiques qui existent, j'ai rencontré à plusieurs reprises mon collègue et ami Mustapha Mansouri. En tant que département de l'Energie, nous avons décidé de travailler ensemble dans l'intérêt des deux parties.
En votre qualité de président du groupe des pays arabes producteurs du pétrole au sein de l'OPEP, que pensez-vous de l'utilisation de la carte pétrolière pour peser politiquement dans les événements dramatiques que vit la Palestine ?
Le pétrole est une arme à double tranchant que les pays arabes producteurs de pétrole ont déjà utilisé par le passé. La crise de 1973 a poussé les pays industrialisés de mettre en place des stratégies de diversification de leurs sources d'énergie. Il n'est donc pas certain que nos objectifs soient atteints par l'utilisation de nouveau de cette arme. Et puis, il n'y a pas que les pays arabes qui produisent le pétrole. D'autres pays membres de l'OPEP ont la possibilité de nous remplacer au cas où … et de montrer que ce sont des partenaires fiables sur lesquels le monde industrialisé peut compter. Non, la carte pétrolière comme moyen de pression dans le conflit du Proche-Orient est contre-productive dans tous les cas de figure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.