Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il tue l'amant de sa femme
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 21 - 02 - 2005

Chassé du foyer conjugal et objet d'une plainte relative à la pension alimentaire, Bouchaïb voulait tuer sa femme qui le trompait. Il a tué l'amant et blessé grièvement sa femme avant de prendre la fuite. La police est sur ses traces.
Quartier Tarek, Sidi Bernoussi, à Casablanca. Il est 19h 30 ce mercredi 16 février. Le «Palais des Glaces», situé au boulevard Abou Darr Al Ghaffari, juste devant le jardin d'une mosquée, est encore bondé de clients.
Pratiquement toutes les tables du rez-de-chaussée et du premier étage sont occupées par des consommateurs des deux sexes. Les serveurs courent à gauche à droite, ne sachant pas où donner de la tête pour satisfaire tout le monde. Au seuil de la porte des toilettes, situées à l'étage, juste devant les escaliers menant au rez-de-chaussée, se tient une femme de ménage. D'habitude, tous les clients qui gravissent l'escalier passent devant elle. À deux pas de l'escalier, trois clients, dont une femme, la quarantaine, sont attablés. Cette dernière déguste une boisson gazeuse, tandis que les deux autres clients sirotent des verres de thé. La femme semble très proche de l'homme qui est à sa gauche, la trentaine, et paraît ne pas trop se soucier du second, plus âgé que le premier.
Qui est ce jeune homme ? Son mari? Son amant? Personne au glacier ne s'est jamais posé la question.
Car chacun est plongé dans une conversation sans fin. Elle, également, est en pleine discussion surtout avec celui qui est à sa gauche. Elle semble avoir une liaison avec lui, puisqu'elle ne voit pas d'objection à ce qu'il lui prenne la main et l'embrasser même de temps en temps.
Des comportements qui la rendent pleine de joie. La femme de ménage observe ce manège et trouve que cette femme, quadragénaire, se comporte avec des jeunes hommes comme une jeune fille. Si le temps passe très vite pour les clients, notamment pour les couples, pour la dame chargé de l'entretien des toilettes, il semble très lent. Elle est à son poste depuis le matin et elle attend avec impatience la fermeture du glacier, dans deux heures, pour faire le nettoyage et rentrer chez elle. Seulement, une scène étrange s'est produite devant ses yeux, qui a fait d'elle le témoin d'un de meurtre. Que s'est-il passé?
La femme de ménage se tient comme à l'accoutumée à l'entrée des toilettes. Ses yeux, qui tournent à gauche et à droite, sans objectif remarquent un homme vêtu d'une veste verte qui monte lentement les marches de l'escalier. Quatre ou cinq marches avant d'arriver au seuil de l'étage, il s'est penché pour sortir de sa chaussette gauche un couteau qui brille comme s'il venait d'être acheté.
Quand la femme de ménage l'a vu, elle s'est réfugiée à l'intérieur des toilettes. Elle n'a pas pu crier pour alerter les clients.
À pas de loup, l'homme est arrivé tout près de la table occupée par le trio, et, sans transition, il a lardé de coups le dos du jeune homme collé à la femme. Un cri strident a fusé.
La femme a tenté de prendre la fuite. Elle s'est levée en criant et a couru vers l'escalier. L'homme l'a rattrapée et lui a porté plusieurs coups de couteau avant de rebrousser chemin. Les clients se bousculent, crient au secours, renversent les tables, les verres, les théières et les bouteilles de boissons gazeuses. Les serveurs qui ont tenté arrêter l'auteur du crime cherchent la victime. Elle n'est plus à sa place, près de la table où il était en compagnie de la femme et son ami. L'un d'eux court vers la terrasse, à la sortie du café. «Le voilà, appelez la police et la Protection civile» demande-t-il à ses collègues.
L'homme est tombé à terre, gisant dans une mare de sang. Très vite, les éléments de la Protection civile se sont rendus sur les lieux. Ils évacuent le jeune homme et la femme vers les urgences. Les éléments de la brigade urbaine de la police judiciaire de Sidi Bernoussi-Zeanata sont également là pour entamer leurs investigations. Après quelques questions aux employés du glacier et aux autres témoins, les limiers se sont rendus vers les urgences de Sidi Bernoussi pour prendre connaissance de l'état de santé des deux victimes. Le jeune homme a rendu l'âme suite à ses blessures et la femme est encore en vie, mais grièvement blessée. «C'est mon mari qui a fait cela», affirme-t-elle aux enquêteurs. C'est son mari qui l'a surprise avec son amant. Père de six enfants, Bouchaïb, cinquante-quatre ans, avait des problèmes avec sa femme depuis quelques mois au point qu'elle l'a chassé de l'appartement qu'ils occupent avec leurs enfants et qui lui appartient. En plus, elle a intenté une plainte pour l'obtention d'une pension alimentaire.
Entre- temps, elle n'hésitait pas à fréquenter des jeunes hommes, avec lesquels, elle entretenait des liaisons. L'auteur du crime est encore recherché par les enquêteurs de la police judiciaire de Sidi Bernoussi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.