La face cachée de la lune    Auschwitz. La Shoah et nous    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 04 - 2020

Entretien avec Khalid Ezzemani*, cofondateur du collectif d'ingénierie Vs Covid-19 Maroc
ALM : Comment est née l'idée de mettre en place ce collectif ?
Khalid Ezzemani : C'est à travers les réseaux sociaux que Naim Bentaleb et moi avons eu l'idée de monter ce collectif. Après un échange rapide, on a décidé de créer un réseau dans les quatre coins du Maroc et avoir un partage instantané des connaissances de savoir-faire et de moyens. On est sur un réseau de laboratoires solidaires appelé «Le solidarity Lab Cluster». Le réseau est identifié grâce aux capacités de chacun en fonction de leur savoir-faire, et leurs moyens de conception et de fabrication.
Le collectif a mis en œuvre plusieurs projets, pouvez-vous nous en parler plus en détails?
D'abord, je dois noter que le collectif a lancé la mise en œuvre de plusieurs projets sur tout le Royaume sur trois étapes. La première est le sourcing et networking. Celle-ci a consisté au recueil du savoir-faire et moyens de conception et fabrication et leur mise en réseau pour la décentralisation de la production et prototypage. Après, le Haking made in Morocco. Celle-ci a consisté à la rétro-ingénierie et développement des solutions autour des challenges et projets. Et enfin, le manufacturing a consisté à s'allier aux industriels pour la production massive ainsi que le partage des expériences pour la construction des machines spéciales. Autour de ces étapes nous avons mis en place plusieurs antennes interactives, dans des réseaux Solidarity Lab Cluster et 3D Printing Cluster, à partir des 12 régions du Maroc.
Ainsi soucieux du Time to Market et l'urgence sanitaire, le collectif a procédé au brainstorming des différentes solutions contre Covid-19 (protection indoor/outdoor, respiration…) pour finalement commencer par le prototypage de visière par impression 3D. Ensuite sous différentes versions par découpe laser et autres techniques permettant l'augmentation de la productivité d'une visière/heure par impression 3D, il est devenu possible d'accélérer la productivité jusqu'à 2.000 visières par moule par jour. Le réseau des découpes laser pourrait ainsi passer à la production des plexibox. Le collectif a pu distribuer gratuitement 20.000 visières grâce à une chaîne d'approvisionnement bénévole, espace de fabrication bénévole et chaîne logistique bénévole dans les quatre coins du Maroc.
D'autres projets en cours?
Le rôle majeur du collectif en ces moments difficiles est la production des petites séries, le temps que les industriels s'adaptent pour une production massive. Le Solidarity Lab Cluster est aussi en contact avec des industriels pour qu'ils fassent part de leur expérience des visières. En plus de la production petite série, le collectif travaille aussi sur la rétro-ingénierie et le prototypage des systèmes de respiration mécanique et électronique avec les moyens du bord. A l'instar des pods pour les patients ainsi que les dispositifs de désinfection intelligents avec leurs solutions de désinfection et les outils quotidiens de prévention dans les espaces publics. Le Solidarity Lab cluster a procédé à un appel à projet autour de la respiration, protection indoor/outdoor.
Le collectif travaille également sur «3D printing cluster». Regroupant des particuliers, industriels, universités et fablabs dotés de nouvelles technologies, cet outil a procédé au sourcing et networking des moyens d'impression 3D à travers le Maroc afin de déterminer la capacité locale à répondre à une éventuelle urgence en termes des composantes autour des systèmes de respiration principalement et les outils quotidiens de prévention dans les espaces publics. L'interface du 3D Printing Cluster permettra la mise en ligne des fichiers 3D à imprimer et paramètres associés par technologie pour les différents propriétaires inscrits, ainsi que le support technique à travers ses différents partenaires. Le 3D printing cluster a été marqué par le partenariat avec Decathlon autour du masque de plongée qui servira de respirateur. Nous avons ainsi pu bloquer le stock et déclencher une séance de travail avec l'ingénieur produit Decathlon pour avoir la main sur le 3D de ce masque sous réserve de la signature du NDA par une université marocaine faisant partie du collectif. Nous avons lancé aussi un appel au masque de plongée de chez les particuliers afin de sécuriser le maximum de respirateurs permettant de sauver des vies.
Quelle est votre ambition ?
Nous sommes un réseau ouvert. Nous partageons l'expérience avec d'autres pays du continent en Afrique. Nous avons commencé avec le Sénégal. Et on les a supportés pour faire leur premier prototype et leur première visière. Il y a d'autres pays qu'on supporte maintenant comme Madagascar, Mali, Cameroun ou l'Egypte. On reçoit des contacts des quatre coins du monde. On a finalement les moyens au niveau de notre pays et on est capables de faire plusieurs choses.
*Ingénieur d'Etat dans l'impression 3D, rétro-ingénierie, construction des fablabs et accompagnement des projets innovants dans l'industrie 4.0


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.