«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 04 - 2020

Entretien avec Khalid Ezzemani*, cofondateur du collectif d'ingénierie Vs Covid-19 Maroc
ALM : Comment est née l'idée de mettre en place ce collectif ?
Khalid Ezzemani : C'est à travers les réseaux sociaux que Naim Bentaleb et moi avons eu l'idée de monter ce collectif. Après un échange rapide, on a décidé de créer un réseau dans les quatre coins du Maroc et avoir un partage instantané des connaissances de savoir-faire et de moyens. On est sur un réseau de laboratoires solidaires appelé «Le solidarity Lab Cluster». Le réseau est identifié grâce aux capacités de chacun en fonction de leur savoir-faire, et leurs moyens de conception et de fabrication.
Le collectif a mis en œuvre plusieurs projets, pouvez-vous nous en parler plus en détails?
D'abord, je dois noter que le collectif a lancé la mise en œuvre de plusieurs projets sur tout le Royaume sur trois étapes. La première est le sourcing et networking. Celle-ci a consisté au recueil du savoir-faire et moyens de conception et fabrication et leur mise en réseau pour la décentralisation de la production et prototypage. Après, le Haking made in Morocco. Celle-ci a consisté à la rétro-ingénierie et développement des solutions autour des challenges et projets. Et enfin, le manufacturing a consisté à s'allier aux industriels pour la production massive ainsi que le partage des expériences pour la construction des machines spéciales. Autour de ces étapes nous avons mis en place plusieurs antennes interactives, dans des réseaux Solidarity Lab Cluster et 3D Printing Cluster, à partir des 12 régions du Maroc.
Ainsi soucieux du Time to Market et l'urgence sanitaire, le collectif a procédé au brainstorming des différentes solutions contre Covid-19 (protection indoor/outdoor, respiration…) pour finalement commencer par le prototypage de visière par impression 3D. Ensuite sous différentes versions par découpe laser et autres techniques permettant l'augmentation de la productivité d'une visière/heure par impression 3D, il est devenu possible d'accélérer la productivité jusqu'à 2.000 visières par moule par jour. Le réseau des découpes laser pourrait ainsi passer à la production des plexibox. Le collectif a pu distribuer gratuitement 20.000 visières grâce à une chaîne d'approvisionnement bénévole, espace de fabrication bénévole et chaîne logistique bénévole dans les quatre coins du Maroc.
D'autres projets en cours?
Le rôle majeur du collectif en ces moments difficiles est la production des petites séries, le temps que les industriels s'adaptent pour une production massive. Le Solidarity Lab Cluster est aussi en contact avec des industriels pour qu'ils fassent part de leur expérience des visières. En plus de la production petite série, le collectif travaille aussi sur la rétro-ingénierie et le prototypage des systèmes de respiration mécanique et électronique avec les moyens du bord. A l'instar des pods pour les patients ainsi que les dispositifs de désinfection intelligents avec leurs solutions de désinfection et les outils quotidiens de prévention dans les espaces publics. Le Solidarity Lab cluster a procédé à un appel à projet autour de la respiration, protection indoor/outdoor.
Le collectif travaille également sur «3D printing cluster». Regroupant des particuliers, industriels, universités et fablabs dotés de nouvelles technologies, cet outil a procédé au sourcing et networking des moyens d'impression 3D à travers le Maroc afin de déterminer la capacité locale à répondre à une éventuelle urgence en termes des composantes autour des systèmes de respiration principalement et les outils quotidiens de prévention dans les espaces publics. L'interface du 3D Printing Cluster permettra la mise en ligne des fichiers 3D à imprimer et paramètres associés par technologie pour les différents propriétaires inscrits, ainsi que le support technique à travers ses différents partenaires. Le 3D printing cluster a été marqué par le partenariat avec Decathlon autour du masque de plongée qui servira de respirateur. Nous avons ainsi pu bloquer le stock et déclencher une séance de travail avec l'ingénieur produit Decathlon pour avoir la main sur le 3D de ce masque sous réserve de la signature du NDA par une université marocaine faisant partie du collectif. Nous avons lancé aussi un appel au masque de plongée de chez les particuliers afin de sécuriser le maximum de respirateurs permettant de sauver des vies.
Quelle est votre ambition ?
Nous sommes un réseau ouvert. Nous partageons l'expérience avec d'autres pays du continent en Afrique. Nous avons commencé avec le Sénégal. Et on les a supportés pour faire leur premier prototype et leur première visière. Il y a d'autres pays qu'on supporte maintenant comme Madagascar, Mali, Cameroun ou l'Egypte. On reçoit des contacts des quatre coins du monde. On a finalement les moyens au niveau de notre pays et on est capables de faire plusieurs choses.
*Ingénieur d'Etat dans l'impression 3D, rétro-ingénierie, construction des fablabs et accompagnement des projets innovants dans l'industrie 4.0


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.