Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommes-nous mieux armés contre la prochaine pandémie ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 11 - 2020

La Covid-19 a démontré le déficit de connaissances sur les maladies infectieuses
De nombreux maladies infectent aussi bien l'homme que l'animal, car ils vivent dans les mêmes écosystèmes et pour prévenir efficacement contre ces maladies chez l'homme, il est parfois indispensable de cibler la source animale du virus. Cette approche défendue par l'initiative mondiale «One health» reconnait la santé humaine et la santé animale comme deux éléments interdépendants. Le contexte actuel liée à la Covid-19 met sur les devants de la scène la nécessité de repenser la relation de l'homme à l'environnement qui l'entoure. Pour en débattre, l'association One Health Maroc a organisé le 3 novembre 2020, une table ronde à distance dans le cadre de la journée mondiale de cette initiative. Cet évènement intervient dans cette période inédite qui pousse à réfléchir sur les enjeux sanitaires relatifs à la transmission des maladies et à leurs origines. L'implémentation des mesures de préventions contre les zoonoses s'impose donc plus que jamais.
Le soutien de l'OMS au Maroc
Bien souvent la collaboration multisectorielle se révèle difficile à mettre en place en raison des objectifs fixés par secteur. Au Maroc, la démarche multisectorielle est appliquée. Elle est soutenue par des structures comme l'OMS, à travers divers programmes. «Le Maroc est très actif dans cette lutte multisectorielle contre des questions qui affectent à la fois la santé humaine et la santé animal et qui sont présents dans l'environnement», relève Maryam Bigdeli, Représentante de l'OMS au Maroc. Elle cite pour exemple le Plan National de lutte contre la résistance aux antimicrobiens qui est multisectoriel et préconise une approche «One health». «L'OMS soutient ce plan. Elle n'est pas la seule. Bien sûr nous sommes engagés avec nos partenaires de la FAO et de l'OIE pour appuyer ce plan et aider à sa mise en œuvre», explique la responsable Onusienne. L'OMS accompagne aussi la lutte contre la pandémie grippale un peu partout dans le monde et en particulier au Maroc. «Il est question de surveiller la transmission des virus grippaux de manière à pouvoir contribuer à la fabrication des vaccins pour toutes les années suivantes, et de manière à se préparer à la riposte contre une potentiel pandémie grippale ou à l'émergence d'éventuels nouveaux pathogènes de la grippe. Or vous savez que ces pathogènes circulent à la fois chez l'homme et chez l'animal. On a un programme qui est en place et qui est déjà aussi à l'origine de beaucoup d'interventions qui ont été mise en œuvre pour la lutte contre la pandémie de Covid-19 dans le monde», indique l'experte.
AIEA mise sur le développement des capacités des pays
L'Agriculture, l'environnement, le développement durable et la santé sont parmi les composantes essentielles de One health. Ces volets figurent aussi parmi les champs d'action de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA). Depuis 50 ans, l'AIEA a développé par exemple un programme commun avec la FAO traitant entre autres de la problématique de la sécurité alimentaire et la santé animale. L'agence est active sur le plan de recherche et de développement des capacités des pays membres. Bien avant la Covid-19, l'AIEA a été réactive sur d'autres pandémies, souligne Najat Mokhtar, Directrice adjointe de l'AIEA. En période de la Covid-19, l'agence met en service son savoir-faire par exemple dans l'imagerie médicale et la radiothérapie. Par ailleurs, l'experte indique qu'il y a beaucoup à faire pour se préparer à une éventuelle prochaine pandémie. Pour elle, il faut renforcer les capacités des centres vétérinaires et des centres de santé. D'ailleurs, l'AIEA a créé un programme intégré contre les zoonoses visant le renforcement les laboratoires vétérinaires afin de prévenir toutes éventuelle pandémie. Il est également nécessaire de développer les outils de recherche. « On n'a pas les capacités pour savoir dans le milieu animal (wild life) quels sont les virus susceptibles d'être transmis à l'homme », alerte-t-elle.
Pour un ministère Santé et Environnement
Le besoin de comprendre l'ensemble de l'écosystème de santé impliquent que les chercheurs et experts dans différents domaine conjuguent leurs efforts et travaillent plus étroitement (par exemple vétérinaires, végétales, environnementales) afin de prévenir les risques à venir. «80% du déterminisme de la maladie humaine que nous traitons est lié en dehors de notre corps humain, c'est-à-dire en dehors de notre biologie et de notre génétique. Il est lié donc à beaucoup de phénomènes qui sont extérieurs», déclare Jaafar Heikel, Président de la Société Marocaine de Nutrition, santé et Environnement. Pour lui l'approche One health est donc crucial. Il recommande d'intégrer le concept de la santé comme un tout dans les politiques publiques et prône un ministère qui engloberait aussi bien la Santé que l'Environnement. Le spécialiste propose également une déclinaison de l'approche One Health au niveau local et régional pour mieux servir l'ensemble de la population.
FAO : Penser à une solution globale
La FAO joue de son côté un rôle important dans ce shéma. « Le défi de one health c'est d'équilibrer les besoins des personnes, des animaux domestiques, de la faune, des écosystèmes naturels ou modifiés par l'homme face aux ressources limité et à l'augmentation de la population mondiale et de la consommation» Mohammed Bengoumi, Responsable de la production et santé animales au bureau de l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'Agriculture (FAO) Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.