Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le père de Mohamed Abdelaziz voterait pour le Maroc
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 01 - 2002

Le père de Mohamed Abdelaziz, chef de file des mercenaires du Polisario a affirmé que si un référendum devait être organisé au Sahara, il voterait inévitablement pour sa marocanité
«Si un référendum devait être organisé au Sahara, je voterai inévitablement pour sa marocanité» comme «tout citoyen marocain fier de son nationalisme et attaché à l'intégrité territoriale» de son pays, a déclaré M. Khlili Ben Mohamed Al-Bachir Rguibi, père du dénommé Mohamed Abdelaziz, président de la fantomatique RASD. «Je voterai évidemment pour le pays auquel j'appartiens. Donc, je n'accorderai ma voix qu'à mon pays, le Maroc», a dit M. Rguibi dans une interview publiée vendredi par le quotidien arabe, édité à londres, «Asharq al-Awssat».
La défense de la marocanité du Sahara entre dans le cadre du «Jihad», au même titre que les autres valeurs sacrées du royaume, dont le régime monarchique, a-t-il poursuivi. «Pour nous, a-t-il fait remarquer, il existe deux questions indiscutables : le Jihad et la monarchie qui trouvera toujours des personnes disposées à tout sacrifice pour sa préservation (...) même si je ne renie pas ma parenté à ce (séparatiste), je désapprouve catégoriquement ses agissements portant atteinte à son pays». Dans le cas d'une éventuelle rencontre avec son fils, M. Rguibi a affirmé: «je l'écouterai et je lui rétorquerai son argumentaire avec des vérités immuables ». Il a par ailleurs confié que la dernière fois qu'il a vu son fils remonte à 1972, lorsqu'il faisait partie des Forces armées royales sur le front, alors que Mohamed Abdelaziz poursuivait ses études à Rabat, l'époque où il avait décidé de rejoindre les rangs des séparatistes, sans l'en informer. A une question sur ses conseils pour ses proches dans les camps de Tindouf, m. Khlili Ben Mohamed al-Bachir Rguibi a dit: «je ne saurai cautionner ceux qui suivent le mauvais chemin et j'implore Dieu de nous épargner de l'égarement». M. Rguibi, qui habite actuellement à Kasbat Taadla, a exprimé sa gratitude à SM le Roi Mohammed VI qui l'a honoré en lui accordant une audience au cours de la visite royale dans cette ville. Sur un autre plan, il a passé en revue son combat pour son pays et la marocanité du Sahara, rappelant qu'il s'est joint en 1956 à une délégation s'étant rendue à Rabat pour prêter allégeance à feu SM Mohammed V, après son retour d'exil. Il a également rappelé qu'il a rejoint l'armée de libération au moment où celle-ci s'apprêtait à combattre le colonisateur dans le Sahara marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.