Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Villepin dit sa vérité sur Clearstream
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 10 - 2009

De Villepin a eu l'occasion d'expliquer sa vérité censée démonter la théorie du complot que Nicolas Sarkozy veut absolument lui accoler.
Il y a une sorte d'ironie de l'histoire qui se profile à l'horizon dans l'affaire Clearstream où l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin est poursuivi pour «complicité de dénonciation calomnieuse, complicité de faux, recel de vol et d'abus de confiance», c'est que l'homme que la froide colère de Nicolas Sarkozy poursuit de sa revanche inextinguible puisse retourner l'opinion et les juges et sortir blanchi et renforcé de ce bourbier marécageux. Même si l'hypothèse paraît quelque peu fantaisiste aujourd'hui. Si à cause d'un faisceau de présomptions et d'indications contradictoires livrées par les principaux protagonistes de cette affaire, l'innocence de Dominique de Villepin ne saute pas spontanément aux yeux, le déroulé du procès donne à l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac l'occasion de déployer une large palette de son talent de communication et de persuasion qui ne laisseront personne indemne.
Stratégie patiemment construite ou involontairement dévoilée, chaque apparition de Dominique de Villepin est l'occasion de ciseler davantage le portrait d'une victime expiatoire qu'une haine présidentielle tenace tente d'éradiquer sur fond de règlements de comptes et d'élimination d'adversaires politiques. Il est vrai que dans ce combat, Dominique de Villepin est aidé par une grandiloquence naturelle portée par l'élégance d'une grande taille et la sincérité non feinte des propos. Dès que l'homme se saisit d'un micro ou d'une lumière de caméra, il a cette faculté particulière de donner dans le bel anathème: «Je suis heureux de pouvoir aujourd'hui apporter ma contribution à l'émergence de la vérité dans cette affaire où les mensonges et les manipulations ont obscurci cette vérité». Dominique de Villepin a eu l'occasion d'expliquer sa vérité censée démonter la théorie du complot que Nicolas Sarkozy veut absolument lui accoler. Pour lui, tout s'est joué lors d'une réunion le 9 janvier 2004 lorsque Jean-Louis Gergorin, le vice-président d'EADS lui fait part de l'existence des fameux listings de Clearstream. Cette révélation s'est faite au ministère des Affaires étrangères en présence de Philippe Rondot, un homme du renseignement. Et Dominique de Villepin de raconter sa version censée l'exonérer de tout péché de mauvaise intention : «Il s'agissait d'une réunion à bâtons rompus, pas d'une réunion de travail (…) Nous ne sommes entrés à aucun moment dans la définition des cibles ou dans l'implication de personnes (…) il n'y a jamais eu d'instruction présidentielle dans ce dossier». Et lorsque, clou de l'affaire et nœud de l'accusation, le président du tribunal lui lit une note manuscrite du général Rondot dans laquelle est écrit comme compte rendu de cette fameuse réunion du 9 janvier «enjeu politique, Sarkozy» et «compte couplé Sarkozy-Bocsa», Dominique de Villepin répond sans hésitation et campe sur ses certitudes : «Il n'a à aucun moment été fait référence à Nicolas Sarkozy en liaison avec ce système occulte et les listings». Au cours de cette première audition, Dominique de Villepin a eu un dur accrochage avec l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog : «Cela montre bien ce que votre tentative a de désespéré (...) Vous n'arriverez pas à démontrer une implication du ministre que j'ai été pour des actions que je n'ai pas commises». Au cours de cette audition, Dominique de Villepin surfait sur une vague de vent favorable alimenté par deux éléments essentiels : le premier est « la bourde » de Nicolas Sarkozy lorsque, brûlant le principe de la présomption d'innocence, il avait qualifié Dominique de Villepin de «coupable» avant même qu'il ne soit jugé. Cette sortie présidentielle pourra avoir un effet contraire et pousser les juges à se montrer plus indépendants que d'habitude. Le second facteur est le malaise, sourd, grandissant que provoque une telle affaire au sien de la majorité présidentielle et qu'a révélé un homme comme Jean-François Copé, le patron du groupe parlementaire UMP: «Tout cela est triste. C'est bien qu'on en arrive à l'épilogue ». Ce procès ne donne « évidement pas une très bonne image» de la majorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.