Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sarkozy cède devant la grogne de sa majorité
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 10 - 2009

L'enclenchement de la marche arrière par Sarkozy dans l'affaire de son fils a été perçu par l'opinion comme le grand renoncement du quinquennat.
Si les paris avaient été lancés il y a encore quelques jours sur le fait de savoir si Nicolas Sarkozy allait retirer la candidature de son fils Jean à la direction de l'Epad, le prestigieux quartier d'affaires de l'Ile-de-France, personne n'aurait misé un franc ancien sur la décision présidentielle. Tant Nicolas Sarkozy paraissait sûr de son fait, déterminé à aller jusqu'au bout de sa logique. Ses équipes étaient montées au créneau pour défendre mordicus ses choix. C'est dire à quel point l'enclenchement de la marche arrière par Nicolas Sarkozy dans l'épineuse affaire de son fils, a été perçu par l'opinion comme le grand renoncement du quinquennat. Si violent et si inattendu qu'il est encore difficile pour le moment d'en évaluer l'ampleur et les conséquences sur la conduite et le tempérament présidentiel. Ce qui peut protéger Nicolas Sarkozy d'un tel séisme, c'est qu'il est habitué, volontairement ou pas, à un mélange du genre entre vie privée et vie publique. Le début de son mandat n'a-t-il pas été dominé par son fracassant divorce avec Cécilia et sa spectaculaire rencontre avec Carla Bruni ? Son mi-mandat aura été marqué par sa tentative ratée d'imposer son fils à la tête de l'Epad. Beaucoup a été écrit sur les raisons de ce brusque renoncement. Mais l'élément décisif aura été la grogne des parlementaires de la majorité. De nombreuses personnalités de l'opposition avaient du mal à gérer le choc de deux sulfureuses affaires : la première était la défaillance morale que trahissait l'affaire Frédéric Mitterrand, la seconde fut l'accusation de népotisme que révélait l'affaire Jean Sarkozy, flagrante pour un président qui avait convaincu en utilisant le séduisant argument de la méritocratie. La majorité entrait dans une sorte de dyslexie politique. Plus ses principaux représentants s'acharnaient à chanter les louanges du choix présidentiel de nommer Jean Sarkozy à la tête de l'Epad, plus la colère froide et sourde des députés de base, anonymes mais bien ancrés, devenait plus exhibitionniste. Nicolas Sarkozy dut céder à ses sirènes qui l'avertissant du grand danger qu'il y avait à divorcer sans possibilité de réconciliation avec l'opinion à un moment crucial où l'enjeu principal était de recoller les morceaux. En ordonnant à ses équipes de choc de battre en retraite sur Jean Sarkozy, la carapace du président de la République montre la première grande fissure. Pour de nombreux leaders de la majorité présidentielle, ce recul a le mérite de démontrer que Nicolas Sarkozy, soumis à une pression, peut renoncer. Et comme au sein de ce gouvernement, de nombreux dossiers, comme la taxe professionnelle, la taxe carbone, les différentes solutions proposées pour absorber les effets de la crise, font débat, il ne se serait pas étonnant que ceux qui avaient l'habitude, par peur ou par excès de déférence, de murmurer leur opposition, puissent aujourd'hui la dire au grand jour. Ce qui promet une belle cacophonie au sein de l'exécutif français, tout juste apte à donner des ulcères aux communicateurs de l'Elysée. La grande illustration de ce phénomène est le comportement d'une grande icône de la diversité, Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Sports. Elle vient de redire son refus de faire campagne pour les élections régionales dans le Val-d'Oise, comme le voudrait la hiérarchie de l'UMP préférant se maintenir dans les Hauts de Seine, à Colombes, où elle avait été élue aux municipales en mars 2008. Rama Yade avait déjà refusé à Nicolas Sarkozy de conduire la liste Ile-de-France pour les élections européennes, ce qui avait provoqué sa dégradation du secrétariat des Droits de l'Homme à celui des Sports. Une autre icône de la diversité et de l'ouverture peut donner des migraines à Nicolas Sarkozy, c'est Fadela Amara qui vient d'exprimer son refus de faire campagne pour les régionales en Auvergne. Avec cet argumentaire qui risque d'exciter la majorité présidentielle déjà au bord de la crise de nerfs : «Je n'irai pas. Je reste une femme de gauche».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.