Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il égorge sa propre fille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 02 - 2004

Rachid, 25 ans, a cru que Lamiae, sa fille unique de trois ans, est le fruit d'une relation adultère de sa femme. Ravagé par le doute, il ne trouve rien d'autre à faire que d'égorger l'innocente enfant.
Douar Bouda, dans la région de Taounate. Rachid est un jeune homme qui jouit d'une bonne réputation. Tous ses voisins et amis au douar le respectent, l'apprécient et l'estiment. Lui, également, les respecte et les sert avec abnégation. Ce bon comportement remonte à son enfance. Il évitait le moindre accrochage avec ses amis quand il était encore enfant au point que personne au douar ne se souvient qu'il se soit disputé ou en soit venu aux mains avec un autre enfant du douar. Certes, il jouait avec eux au football et aux autres jeux d'enfance, mais sans se mêler jamais à une rixe.
Dès qu'il se rendait compte qu'une bagarre allait éclater, il n'hésitait pas à rentrer chez lui. A l'école, il était un élève brillant et discipliné. Il ne ratait pas le moindre cours. Seulement, à défaut de moyens et vu le long trajet entre l'école et sa maison, il n'a pas pu poursuivre ses études. Il les a abandonnées au niveau du sixième année de l'enseignement fondamental. Depuis, il est resté chez lui durant des années avant de commencer à se débrouiller pour gagner sa vie, d'une part, et soutenir sa famille, d'autre part. Au fil des années, son cœur commence à battre la chamade quand il a croisé un jour de l'an 1999, une fille du douar, Fatima, âgée de dix-sept ans. Elle est belle et a fière allure. Sa beauté séduisait tous les jeunes du douar. Seulement, elle a préféré Rachid. Elle n'a manifesté aucun refus quand les parents du jeune homme sont venus chez les siens pour la demander en mariage.
Elle était très heureuse, pleine de joie. Elle n'aurait jamais pensé que Rachid, le jeune homme de bonne réputation, discipliné et apprécié, tomberait amoureux d'elle au point qu'il lui demanderait sa main. Il n'a pas perdu de temps pour célébrer les noces. En quelques jours, le couple s'est retrouvé sous le même toit, vivant une belle histoire d'amour. Quelques mois plus tard, la jeune femme a mis au monde une petite belle fille. Rachid et Fatima sont devenus les parents de Lamiae. Ce qui devait noyer leur foyer dans un océan de joie. Seulement, c'est tout le contraire qui est advenu. Rachid a changé du tout au tout, son comportement et ses réactions ne sont plus les mêmes. Il est devenu très violent et très agressif. Pourquoi ? Personne ne le sait au juste. Il évitait d'en parler quand ses parents tentaient de lui faire des reproches et de lui demander ce qui s'était passé. Sa femme, quant à elle, a décidé de lui demander les raisons de son changement.
Il ne voulait plus lui répondre. Il lui a tourné le dos. Pire, il s'abstenait de s'approcher de sa fille, de la prendre dans ses bras ou de l'embrasser. Les mois passent et la rancune ravage le cœur de Rachid. Il ne veut plus échanger la moindre parole avec sa femme. Il ne la regarde plus, ne la touche plus et ne partage plus avec elle le même lit. Qu'est-ce qu'il lui est arrivé ? Aucune réponse. Lamiae grandit et arrive à son troisième printemps, pourtant son père ne la porte pas et ne l'embrasse pas.
Début de l'an 2004. Rachid rentre chez lui tard, avance vers sa femme, la dévisage comme s'il voulait la dévorer, sans lui adresser aucune parole. Fatima se contente de le regarder sans comprendre. Qu'est-ce qu'il lui veut ? Elle n'en sait rien. Elle s'endort, sa fille entre les bras.
De l'autre côté de la maison, Rachid s'allonge, mais sans parvenir à trouver le sommeil. Il semble que quelque chose le préoccupe. A 1h du matin, il se lève du divan, va à la cuisine, ouvre un tiroir et se saisit d'un couteau. Que voulait-il en faire? Il quitte la cuisine et se dirige vers la chambre à coucher. Sans attirer l'attention de sa femme, il prend Lamiae entre ses mains et sort de la chambre. Fatima ne se rend compte de rien, elle dort profondément. Rachid dépose la fille sur le divan. Il semble dans un état second. La fillette dort à poings fermés.
Il prend le couteau et l'égorge de sang froid. Quand sa femme s'est réveillée et qu'elle n'a pas trouvé sa fille à côté d'elle, elle est sortie de la chambre pour aller à sa recherche. Frappée par la vue du corps de sa fille baignant dans une mare de sang, elle lance un cri strident et s'effondre. Alertés, les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux. Rachid est encore là. «Lamiae n'était pas ma fille, car ma femme me trompait“, déclare-t-il aux enquêteurs.
Une accusation rejetée par Fatima. “Je doutais de ses comportements depuis longtemps, elle me trompait avec un autre jeune homme“, affirme-t-il. Lequel ? Il n'a pas de réponse. Rachid, 25 ans, a été traduit devant la Cour d'appel de Fès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.