Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    La famille de la Sûreté nationale célèbre le 65è anniversaire de la création de la DGSN    Variant indien : Le gouvernement britannique rassure quant à l'efficacité des vaccins    Dubaï : Ouverture du « Marché du voyage arabe » avec la participation du Maroc    Zidane va quitter le Real Madrid au terme de cette saison (radio)    Le laboratoire national de la police scientifique, un projet structurant inauguré à Casablanca    Evolution du coronavirus au Maroc :127 nouveaux cas, 514 944 au total, dimanche 16 mai 2021 à 16 heures    Le groupe ODM rachète la «Polyclinique Atlas Casablanca»    65 éme anniversaire de la création de la DGSN : Des hommes et des femmes au service de la société .    SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    65 ans d'existence et d'abnégation    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Coupe de la CAF: le RAJA ramène un nul précieux de Johannesburg    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Casablanca : Inauguration des nouveaux sièges de la BNPJ et du Laboratoire de la Police Scientifique (reportage)    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Situation en Palestine : Le Maroc participe à la réunion d'urgence des ministres des AE de l'OCI    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Jordanie: Arrivée du deuxième lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens sur Très Hautes Instructions Royales    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %
Publié dans Barlamane le 16 - 04 - 2021

Au rythme actuel, il faudrait à l'Iran 322 jours pour produire les quelque 70 kg d'uranium à 60 % qui, à l'issue d'un nouveau cycle d'enrichissement (dont la durée dépendrait de la puissance des machines utilisées), lui permettraient d'obtenir la masse critique de 25 kg d'U-235 à 90 % nécessaire à la fabrication d'une (et une seule) bombe nucléaire, selon les critères de non-prolifération de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
L'Iran a annoncé vendredi avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 60 % dans une nouvelle entorse à ses engagements pris devant la communauté internationale, qui s'inquiète de ses ambitions nucléaires.
«Maintenant, nous obtenons 9 grammes par heure» d'uranium enrichi à 60 % en isotope 235 (plus radioactif que l'uranium naturel) à Natanz, dans le centre du pays, a déclaré en début d'après-midi le président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali-Akbar Saléhi.
Si ce rythme était maintenu constant et ininterrompu, il faudrait à l'Iran 322 jours pour produire les quelque 70 kg d'uranium à 60 % qui, à l'issue d'un nouveau cycle d'enrichissement (dont la durée dépendrait de la puissance des machines utilisées), lui permettraient d'obtenir la masse critique de 25 kg d'U-235 à 90 % nécessaire à la fabrication d'une (et une seule) bombe nucléaire, selon les critères de non-prolifération de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
PHOTO PLANET LABS INC., VIA ARCHIVES ASSOCIATED PRESS
Mais il faudrait pour cela que le pays dispose d'une quantité suffisante d'uranium enrichi à 20 %. Or, selon le dernier rapport public de l'AIEA sur le sujet, son stock d'uranium à 20 % était, à la mi-février, de 17,6 kg.
Après une explosion dimanche dans son usine de Natanz, qu'elle a imputée à son ennemi juré Israël, la République islamique a annoncé mardi qu'elle allait enrichir ce minerai à hauteur de 60 %, bien au-delà des 20 % qu'elle pratique depuis janvier et du seuil maximal de 3,67 % autorisé par l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.
«Provocation» ou «avantage» ?
L'annonce du lancement effectif de la production d'uranium à 60 % en U235 survient alors que des discussions ont lieu à Vienne, sous l'égide de l'Union européenne, dans le but de sauver ce pacte, sabordé par la décision des Etats-Unis de s'en retirer unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump.
Le président américain, Joe Biden, pour qui la politique de « pression maximale » contre l'Iran menée par son prédécesseur est un échec monumental, dit vouloir réintégrer l'accord, mais à des conditions jugées inacceptables par Téhéran.
Qualifiée de véritable «provocation» par plusieurs analystes, l'annonce par l'Iran de sa décision de produire de l'uranium enrichi jusqu'à hauteur de 60 % — seuil inédit pour le pays — est le dernier et le plus sensationnel des reniements iraniens par rapport aux engagements pris par la République islamique à Vienne.
D'autres analystes estiment au contraire, à l'image de Henry Rome, du cabinet de conseil Eurasia Group, que l'Iran cherche par cette décision à obtenir «un avantage dans la négociation, pas la bombe».
En riposte au retrait des Etats-Unis de l'accord, et au rétablissement de sanctions américaines contre l'Iran ayant suivi, la République islamique s'est progressivement affranchie à partir de 2019 de la plupart de ses engagements clef.
Une nouvelle session des discussions de Vienne, qui visent à faire revenir Washington dans l'accord et à annuler les sanctions imposées par les Etats-Unis à l'Iran, a eu lieu jeudi.
«Impression positive»
Elle a laissé «une impression générale positive», a indiqué l'ambassadeur russe auprès de l'AIEA, Mikhaïl Oulianov, selon lequel «le travail» doit se poursuivre vendredi.
«Le processus (de discussions) se poursuit», a déclaré vendredi Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell. «La décision de l'Iran est très inquiétante», a ajouté M. Stano, «il n'y a pas de justification».
Néanmoins, a jugé vendredi un haut responsable de l'Union européenne sous couvert d'anonymat, l'explosion de Natanz et la décision iranienne d'enrichir à 60 % «compliquent un peu la négociation», et nous sommes «plus proches (d'un accord) que la semaine dernière».
Décideur ultime sur les choix de son pays en matière de politique nucléaire, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a approuvé les négociations de Vienne, mais a prévenu mercredi qu'il n'autoriserait pas qu'elles traînent «en longueur».
Mercredi, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, les trois pays européens parties (avec la Russie, la Chine et l'Iran) à l'accord de Vienne avaient «pris note avec une grande préoccupation» de l'annonce iranienne sur l'enrichissement à 60 %.
Le président iranien, Hassan Rohani, a jugé ces «inquiétudes» sans fondement.
«Aujourd'hui même, nous pouvons enrichir à 90 % si nous le voulons, a-t-il dit jeudi, mais nous l'avons déclaré dès le premier jour et nous tenons parole : nos activités nucléaires sont pacifiques, nous ne cherchons pas à obtenir la bombe atomique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.