La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce mardi en hausse    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Khalid Aït Taleb en visite de terrain à Laâyoune    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au Mali, le colonel Goïta endosse le costume de président dans un contexte tendu
Publié dans Barlamane le 07 - 06 - 2021

Le leader de la junte doit quitter son treillis des forces spéciales pour endosser les habits de chef de la transition.
Le colonel Assimi Goïta doit troquer ce lundi 7 juin son habituel treillis militaire contre le costume de «président de la transition» au Mali qu'il s'est taillé en menant à bien deux coups d'Etat en moins d'un an, alors que le Sahel reste plus que jamais en proie aux violences jihadistes.
La cérémonie d'investiture à la tête de cet immense pays, pauvre et instable, de cet officier de 37 ans se tient à partir de 10 heures (GMT et locales) au Centre international de conférence de Bamako (CICB). Elle intervient alors que la France et les autres partenaires du Mali réclament aux militaires des garanties qu'un nouveau premier ministre civil sera nommé et que des élections auront bien lieu en février 2022 en vue d'un retour des civils au pouvoir.
L'investiture d'Assimi Goïta «sera le moment pour lui de rassurer et de solennellement prendre des engagements clairs sur le déroulement des huit mois restants de la transition», estime un diplomate en poste à Bamako ayant requis l'anonymat.
Si la nomination d'un nouveau Premier ministre semble imminente, le colonel Goïta pourrait se contenter de dire que les élections auront lieu «dans le courant» de 2022, ce qui risque de mécontenter la communauté internationale, selon des observateurs.
Homme fort du pays
Les ambassades occidentales ont généralement décidé d'envoyer à l'investiture un «collaborateur» plutôt qu'un ambassadeur, ce qui constitue un «signal politique» mais n'est «ni un boycott, ni une sanction», selon la source diplomatique.
Le Mali, un pays crucial pour la stabilité du Sahel, vient d'être le théâtre de deux coups de force en neuf mois de la part d'Assimi Goïta et de son groupe de colonels. Lors du premier, les officiers ont renversé le 18 août 2020 le président Ibrahim Boubacar Keïta, affaibli par la contestation menée depuis des mois par le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), un collectif d'opposants, de religieux de membres de la société civile.
La junte s'était alors engagée, sous la pression internationale, à une période de transition limitée à dix-huit mois et conduite par des civils. Le 24 mai, le colonel Goïta, resté le véritable homme fort, a foulé aux pieds cet engagement en faisant arrêter le président et le premier ministre de transition, deux civils. L'officier s'est depuis fait déclarer président de la transition par la Cour constitutionnelle.
Pour le Mali, dont les forces manquent de moyens, le maintien des partenariats internationaux est un enjeu crucial. Celui qui tient la corde pour accéder au poste de premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, un vétéran de la politique issu des rangs du M5, a tenté de rassurer dès vendredi en promettant que son pays tiendrait ses engagements internationaux. Mais l'ancien ministre de 63 ans a aussi averti que «les invectives, les sanctions, les menaces ne feront que compliquer la situation».
Rassurer les anciens rebelles
Echaudée par le nouveau coup d'Etat, la France a annoncé la suspension de ses opérations communes avec l'armée malienne, après huit ans de coopération étroite contre les djihadistes. Jusqu'à nouvel ordre, sa force «Barkhane», qui intervient dans plusieurs pays du Sahel, ne sortira plus de ses bases pour des opérations sur le terrain au Mali, même si elle continuera à frapper, si l'occasion s'en présente, les chefs djihadistes. La situation dans la zone d'action de «Barkhane» reste pourtant préoccupante.
Au Mali, au moins 11 membres d'une communauté touareg ont été tués jeudi par des inconnus près de Ménaka (nord-est).
Le Burkina Faso voisin a, pour sa part, subi dans la nuit de vendredi à samedi l'attaque la plus meurtrière menée par des djihadistes présumés depuis 2015. L'effroyable bilan s'établit à au moins 160 morts, selon des sources locales.
Les militaires maliens s'emploient aussi à rassurer les ex-rebelles indépendantistes du nord, réunis dans la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), signataire d'un accord de paix à Alger en 2015. Après avoir exprimé des réticences, ses dirigeants se sont dits prêts à accompagner ce nouveau chapitre de la transition et plusieurs d'entre eux sont attendus à l'investiture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.