Covid-19: Le CNDH lance un appel pour une adhésion « responsable » à la campagne de vaccination    RAM : Reprise des vols directs avec Miami, Doha et Montréal    Le chef du gouvernement représente SM le Roi    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    «Je suis en cours d'essai avec le Wydad Athletic Club»    Liga : le Real toujours roi du clasico à Barcelone    Le Sahara était, reste et demeurera marocain, le conflit autour n'est que « superfétatoire »    Campagne nationale de sensibilisation sur le dépistage    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    Pegasus : avant le procès, les écrans de fumée de l'Humanité    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU    Infrastructures : Casablanca se dote de nouvelles toilettes publiques    Israël lève l'avertissement concernant les voyages au Maroc    Armement : Le 1er porte-avions indien poursuit ses essais en mer    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 25 octobre 2021 à 16H00    Intempéries : Des morts en Algérie et Tunisie suite à de violentes inondations    Yémen: 105 rebelles Houthis tués lors des dernières 24 heures    Sahara : Alger rejoue la carte des dinosaures du lobbyisme américain    L'Opinion : Au Maroc, gouverner c'est aussi recevoir    Melilia : Les autorités marocaines déjouent une tentative de migration massive    Israël annule l'avertissement de voyage pour le Maroc    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire au menu du prochain Conseil du gouvernement    Renault et Mathieu Lehanneur réinventent la 4L    Sahara : Depuis le Kenya, Mokhtar Ghambou dénonce l'ingérence d'Alger    Scrutins 2021... UN TOURNANT !    Maroc: contre le passe sanitaire, des dizaines de personnes ont défilé à Rabat    Soudan : Emmanuel Macron condamne le coup d'Etat et appelle «au respect de l'intégrité du premier ministre»    Aviation : Boeing voit grand pour l'Afrique    Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »    EasyJet et TUI assureront des vols de rapatriement du Maroc vers le Royaume-Uni    Lydec dans les « Top Performers RSE » et dans le Top 5 des « Best Emerging Market Performers » de Vigeo Eiris    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Covid-19 : Le Maroc reçoit ce mardi 850.000 doses du vaccin Pfizer    Je vous emmène sur le terrain...    Coup d'Etat au Soudan : le premier ministre détenu par des forces armées    Interview avec Fatima Abouali : Les cas de dopage en baisse au Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    Eliminatoires du Mondial 2022 : Le Liberia reçoit la Centrafrique et le Nigeria à Tanger    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali: les militaires nomment le colonel à la retraite, Bah Ndaw, à la tête de la transition
Publié dans Barlamane le 23 - 09 - 2020

Le Mali devrait être dirigé pendant plusieurs mois par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense, Bah Ndaw, avant un retour des civils à la tête du pays, dans une période transitoire. Cette transition demeure sous l'emprise de la junte dont le chef promet de « gagner la guerre » contre les djihadistes.
Bah Ndaw, 70 ans, est le nouveau président transitoire du Mali. C'est ce qu'a décidé ce lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août.
Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014 après la déroute des forces maliennes face aux rebelles touareg dans leur bastion de Kidal (nord-est). Il n'était resté en poste que quelques mois.
La piste d'un militaire à la retraite se dessinait depuis plusieurs jours. Le colonel-major Bah Ndaw, surnommé « le grand » par ses intimes en raison de sa taille (1,95 m), est un ancien pilote d'hélicoptère formé dans l'ex-URSS. Il fut l'aide de camp du général Moussa Traoré, qui a dirigé le pays sans partage pendant 22 ans jusqu'en 1991 et qui est décédé la semaine dernière.
Bah Ndaw prêtera serment ce vendredi 25 septembre. C'est ce qu'a indiqué le colonel Assimi Goïta. C'est au président qu'il appartiendra de nommer un Premier ministre, en vertu d'une charte retenue par la junte pour organiser la transition.
Le président est flanqué d'un vice-président doté d'importantes prérogatives sécuritaires, appelé à le remplacer en cas d'incapacité et qui n'est autre que l'actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta.
C'est ce dernier qui a annoncé le choix opéré par un collège d'un peu plus d'une quinzaine de membres, dont sept de la junte, le reste des places revenant au mouvement dit du 5-Juin, aux syndicats, aux anciens groupes rebelles ou à la société civile. Le comité a ainsi tranché des semaines de querelles entre Maliens, qui se divisaient sur le caractère civil ou militaire de la transition à venir.
Les membres du comité n'ont guère eu le choix: la junte est arrivée dans la salle avec les deux noms et le comité a « pris acte », ont rapporté des participants.
La Cédéao pour un président et un Premier ministre civils
Le comité s'est prononcé sous la pression des voisins du Mali qui réclament depuis le début un retour rapide à l'ordre constitutionnel et la nomination dans les meilleurs délais d'un président et d'un Premier ministre civils.
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a suspendu dès le 20 août le Mali de ses organes de décision et infligé un embargo financier. Elle a indiqué la semaine passée qu'elle lèverait ces sanctions aussitôt que la junte aurait accédé à ses exigences.
Le chef de la junte Assimi Goïta a réclamé ce mardi 22 septembre une levée des sanctions de la Cédéao. « Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d'un président civil, puis la désignation d'un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne », a-t-il dit à la presse en marge des cérémonies du 60ème anniversaire de l'indépendance du pays.
La Cédéao et des partenaires du Mali comme la France s'inquiètent d'un surcroît d'instabilité propageant encore plus à travers le Sahel le djihadisme et les violences intercommunautaires auxquelles le pays est en proie.
Gagner « la guerre » contre les djihadistes
Le colonel Goïta a promis ce 21 septembre de gagner « la guerre » contre les jihadistes, dans un discours télévisé à la veille de la fête nationale.
Mais la Cédéao se veut aussi préoccupée par le mauvais exemple que donnerait une junte maintenue durablement au pouvoir.
Les nouveaux maîtres de Bamako ont promis dès leur arrivée de rendre à terme les commandes aux civils. Il voulaient ensuite conserver la mainmise sur la transition. La nomination d'un ancien militaire semble une manière de compromis.
Dans un flash interrompant les programmes de la télévision nationale, le colonel Goïta, portant toujours sa tenue de camouflage et son béret vert, a fait référence aux positions internationales en évoquant le « contexte global » et les engagements internationaux du Mali pour justifier les choix du jour.
Les Maliens sont en tout cas profondément divisés entre les partisans d'une transition longue confiée aux militaires et leurs contradicteurs. Les premiers arguent du temps et de l'autorité nécessaires pour créer les conditions d'un redressement dans un pays au bord du gouffre. Les seconds redoutent une réédition des erreurs du passé dans un pays qui en est à son quatrième putsch en soixante années d'indépendance, célébrée ce mardi 22 septembre.Le rôle imparti au vice-président était un motif d'alarme supplémentaire pour eux.
La « charte de transition » prévoit une transition de 18 mois, à laquelle la Cédéao s'est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois. Le médiateur de la Cédéao dans cette crise, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, est attendu ce mercredi 23 août au Mali.
Le chef de la junte le colonel Assimi Goïta, qui s'est exprimé ce mardi 22 septembre devant les médias, a aussi appelé les Maliens à soutenir les forces étrangères « partenaires » citant notamment la force française Barkhane et les Casques bleus de la Minusma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.