Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Service militaire 2022: des appelées ont regagné leur unité à Benslimane (VIDEO)    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce lundi à l'équilibre    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    Coupe de la CAF: l'entraîneur de la RS Berkane s'exprime après la remontada    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Oracle inaugure le premier Oracle Lab d'Afrique à l'UM6P de Benguerir    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Vandalisme à Khouribga après le match Raja de Casablanca contre Rapide Oued Zem    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Lourde défaite du SPD de Scholz dans la principale région allemande    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Crédit bancaire: L'encours augmente à 989,7 MMDH à fin mars 2022    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    (Billet 700) – Non, Ssi Benkirane, un ancien chef de gouvernement ne devrait pas dire ça...    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali: les militaires nomment le colonel à la retraite, Bah Ndaw, à la tête de la transition
Publié dans Barlamane le 23 - 09 - 2020

Le Mali devrait être dirigé pendant plusieurs mois par un colonel à la retraite et ex-ministre de la Défense, Bah Ndaw, avant un retour des civils à la tête du pays, dans une période transitoire. Cette transition demeure sous l'emprise de la junte dont le chef promet de « gagner la guerre » contre les djihadistes.
Bah Ndaw, 70 ans, est le nouveau président transitoire du Mali. C'est ce qu'a décidé ce lundi un comité mis en place par la junte au pouvoir depuis le putsch du 18 août.
Il avait été nommé ministre de la Défense en mai 2014 après la déroute des forces maliennes face aux rebelles touareg dans leur bastion de Kidal (nord-est). Il n'était resté en poste que quelques mois.
La piste d'un militaire à la retraite se dessinait depuis plusieurs jours. Le colonel-major Bah Ndaw, surnommé « le grand » par ses intimes en raison de sa taille (1,95 m), est un ancien pilote d'hélicoptère formé dans l'ex-URSS. Il fut l'aide de camp du général Moussa Traoré, qui a dirigé le pays sans partage pendant 22 ans jusqu'en 1991 et qui est décédé la semaine dernière.
Bah Ndaw prêtera serment ce vendredi 25 septembre. C'est ce qu'a indiqué le colonel Assimi Goïta. C'est au président qu'il appartiendra de nommer un Premier ministre, en vertu d'une charte retenue par la junte pour organiser la transition.
Le président est flanqué d'un vice-président doté d'importantes prérogatives sécuritaires, appelé à le remplacer en cas d'incapacité et qui n'est autre que l'actuel chef de la junte, le colonel Assimi Goïta.
C'est ce dernier qui a annoncé le choix opéré par un collège d'un peu plus d'une quinzaine de membres, dont sept de la junte, le reste des places revenant au mouvement dit du 5-Juin, aux syndicats, aux anciens groupes rebelles ou à la société civile. Le comité a ainsi tranché des semaines de querelles entre Maliens, qui se divisaient sur le caractère civil ou militaire de la transition à venir.
Les membres du comité n'ont guère eu le choix: la junte est arrivée dans la salle avec les deux noms et le comité a « pris acte », ont rapporté des participants.
La Cédéao pour un président et un Premier ministre civils
Le comité s'est prononcé sous la pression des voisins du Mali qui réclament depuis le début un retour rapide à l'ordre constitutionnel et la nomination dans les meilleurs délais d'un président et d'un Premier ministre civils.
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a suspendu dès le 20 août le Mali de ses organes de décision et infligé un embargo financier. Elle a indiqué la semaine passée qu'elle lèverait ces sanctions aussitôt que la junte aurait accédé à ses exigences.
Le chef de la junte Assimi Goïta a réclamé ce mardi 22 septembre une levée des sanctions de la Cédéao. « Nous avons accepté les principes de la Cédéao, à savoir la nomination d'un président civil, puis la désignation d'un Premier ministre. Je pense que dans les jours à venir la Cédéao doit enlever ces sanctions pour le bonheur de la population malienne », a-t-il dit à la presse en marge des cérémonies du 60ème anniversaire de l'indépendance du pays.
La Cédéao et des partenaires du Mali comme la France s'inquiètent d'un surcroît d'instabilité propageant encore plus à travers le Sahel le djihadisme et les violences intercommunautaires auxquelles le pays est en proie.
Gagner « la guerre » contre les djihadistes
Le colonel Goïta a promis ce 21 septembre de gagner « la guerre » contre les jihadistes, dans un discours télévisé à la veille de la fête nationale.
Mais la Cédéao se veut aussi préoccupée par le mauvais exemple que donnerait une junte maintenue durablement au pouvoir.
Les nouveaux maîtres de Bamako ont promis dès leur arrivée de rendre à terme les commandes aux civils. Il voulaient ensuite conserver la mainmise sur la transition. La nomination d'un ancien militaire semble une manière de compromis.
Dans un flash interrompant les programmes de la télévision nationale, le colonel Goïta, portant toujours sa tenue de camouflage et son béret vert, a fait référence aux positions internationales en évoquant le « contexte global » et les engagements internationaux du Mali pour justifier les choix du jour.
Les Maliens sont en tout cas profondément divisés entre les partisans d'une transition longue confiée aux militaires et leurs contradicteurs. Les premiers arguent du temps et de l'autorité nécessaires pour créer les conditions d'un redressement dans un pays au bord du gouffre. Les seconds redoutent une réédition des erreurs du passé dans un pays qui en est à son quatrième putsch en soixante années d'indépendance, célébrée ce mardi 22 septembre.Le rôle imparti au vice-président était un motif d'alarme supplémentaire pour eux.
La « charte de transition » prévoit une transition de 18 mois, à laquelle la Cédéao s'est montrée prête à consentir après avoir insisté initialement sur un maximum de 12 mois. Le médiateur de la Cédéao dans cette crise, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, est attendu ce mercredi 23 août au Mali.
Le chef de la junte le colonel Assimi Goïta, qui s'est exprimé ce mardi 22 septembre devant les médias, a aussi appelé les Maliens à soutenir les forces étrangères « partenaires » citant notamment la force française Barkhane et les Casques bleus de la Minusma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.