Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le gouvernement britannique vertement critiqué pour sa gestion de la crise afghane
Publié dans Barlamane le 29 - 08 - 2021

Des centaines d'Afghans éligibles au départ laissés sur place, l'évacuation polémique de chiens et chats, un manque de préparation : le gouvernement britannique est vertement critiqué dimanche pour sa gestion de l'opération d'évacuation en Afghanistan, achevée samedi.
Mettant hâtivement fin à vingt ans de présence en Afghanistan aux côtés des forces américaines, un avion transportant les derniers militaires britanniques a quitté Kaboul samedi soir.
Il a été précédé de peu par le dernier vol évacuant uniquement des civils, quelques jours avant la date du 31 août fixée par les Etats-Unis pour leur retrait d'Afghanistan à la suite de la reprise éclair du pays par les talibans.
Vingt ans après l'empressement du premier ministre travailliste Tony Blair à faire front avec les Etats-Unis en Afghanistan, au nom de la guerre contre le terrorisme, Londres partage avec son allié américain l'humiliation d'un départ précipité – même si le gouvernement conservateur a critiqué cet été la décision de Washington de retirer ses troupes.
Dans une vidéo publiée sur Twitter, le premier ministre Boris Johnson a défendu l'intervention britannique, «bien que nous aurions souhaité ne pas partir de cette manière».
Aux familles des 457 militaires britanniques tombés au cours des vingt dernières années en Afghanistan, il a assuré qu'ils n'étaient pas morts «en vain», permettant de protéger l'Occident contre de nouveaux attentats fomentés dans ce pays et contribuant à donner accès à l'éducation pour des millions de filles.
Concernant les évacuations, le dirigeant a évoqué «le point culminant d'une mission comme on n'en a jamais vu dans notre vie». Elle a permis d'exfiltrer plus de 15 000 personnes en deux semaines, dont environ 8 000 Afghans éligibles au programme destiné au personnel afghan employé localement par le Royaume-Uni.
Manque de «stratégie»
Mais des voix critiques ont estimé que bien plus auraient pu être sauvés si le gouvernement s'était mieux préparé. «Nous aurions pu faire mieux», a déploré l'ancien chef de l'armée britannique, Richard Dannatt, sur Times Radio, évoquant des «extractions chaotiques».
Le député conservateur et ancien militaire Tobias Ellwood a regretté sur la radio LBC le manque de «stratégie» et de «leadership politique» de l'exécutif dans ce dossier.
Le ministre de la Défense Ben Wallace avait admis vendredi que jusqu'à 150 ressortissants britanniques et entre 800 et 1100 Afghans éligibles ne pourraient être exfiltrés.
Leur nombre pourrait même atteindre 9 000, selon des responsables cités anonymement dans le Sunday Times, qui dénoncent l'impréparation de l'exécutif.
The Observer cite dimanche un lanceur d'alerte au sein du ministère des Affaires étrangères selon lequel 5000 courriels adressés par des députés et des associations pour signaler des Afghans à risque n'ont pas été lus.
«Nous avons toujours prévenu que la nature de la situation sécuritaire en Afghanistan impliquait que nous ne pourrions évacuer tous ceux qui le désiraient», a rétorqué le ministère dans l'hebdomadaire, assurant avoir travaillé 24 h/24 pour trier les messages et appels entrants.
Alors que le premier ministre Boris Johnson a promis de remuer «ciel et terre» pour continuer à faire sortir des gens après le 31 août, l'opposition travailliste lui a reproché de ne pas avoir de plan précis.
Un membre du gouvernement accuse même, dans le Sunday Times, le chef de la diplomatie Dominic Raab de n'avoir «rien fait» pour nouer des liens avec des pays voisins comme le Pakistan, d'où les Afghans éligibles peuvent rejoindre le Royaume-Uni.
M. Raab avait déjà été la cible de reproches en août pour être resté en vacances en Crète alors que Kaboul tombait aux mains des talibans.
Pire, le gouvernement, qui a reconnu une erreur, a été accusé de mettre la vie de collaborateurs afghans en danger, après qu'un journaliste du Times a trouvé sur le sol de l'ambassade britannique évacuée à Kaboul des documents identifiant sept d'entre eux.
Ajoutant à l'indignation, l'exécutif a autorisé l'évacuation aérienne de Kaboul de quelque 200 chiens et chats recueillis dans un refuge par un ex-marine, qui a pu quitter Kaboul dans les dernières heures samedi à bord d'un vol spécialement affrété.
Les employés afghans de l'association et leurs proches n'ont eux-mêmes pas pu parvenir à l'aéroport pour être évacués.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.