Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rosa Moussaoui, entre battage et racolage
Publié dans Barlamane le 22 - 10 - 2021

Rosa Moussaoui s'est réduite à composer des traités de propagande antimarocains d'où elle bannissait, autant qu'il lui était possible, toute lucidité. Joseph Staline est mort, mais le Père des peuples peut compter sur ses petits-enfants.
Un papier qui porte comme titre «Au pied du mur de sable, un cri de liberté dans le fracas des armes», réalisé depuis les «territoires libérés (sic !) du Sahara occidental» par la rabatteuse Rosa Moussaoui. Les événements de Guerguerat ? «Les troupes marocaines s'étaient déployées pour chasser des civils (sic !) sahraouis bloquant une route (illégalement) construite par Rabat par laquelle transitent, vers la Mauritanie, les ressources agricoles et halieutiques exploitées dans les territoires occupés (sic!) de l'ex-colonie espagnole.» Rosa Moussaoui n'échappe ainsi pas à cette tyrannie de l'artifice et de la rhétorique douteuse qui lui donne on ne sait quoi de mesquin et d'étriqué. L'Algérie, partie prenant du «conflit» ? citée négligemment quatre ou cinq fois.
Mieux : on apprend des choses avec Rosa Moussaoui, par exemple : «Les listes électorales d'un référendum d'autodétermination sont prêtes» (alors que l'Union européenne dénonce la surestimation du nombre des réfugiés de Tindouf ?) ou encore, cette pépite : «Dans l'éprouvante vie des camps où tout est étroitement compté – l'eau, les vivres et tous les produits de première nécessité –, les femmes tirent d'un quotidien de privations des miracles, s'affirment, le verbe haut, sur la scène sociale et politique», beau comme du Goebbels. Quid du rapport rédigé par l'Office anti-fraude de l'Union européenne (UE) qui pointe un détournement bien organisé depuis des années de l'aide humanitaire accordée aux réfugiés sahraouis des camps de Tindouf en Algérie ? De l'enquête européenne qui a découvert que «ce sont des prisonniers, de guerre ou civils, qui sont utilisés par le Polisario et l'Algérie pour la manutention de l'aide et la construction de bâtiments financés par l'aide internationale» ? De l'entassement des détenus à Tindouf dans des geôles infectes, et ces grilles derrière lesquelles les prisonniers anti-Polisario sont séparés de la communion du monde ? De ces opposants Sahraouis que le régime algérien s'ingénie à supplicier, qu'il enferme, qu'il soumet à un absurde régime de contrainte, qu'il mène à la mort de l'âme avant de les mener à la mort corporelle ? Rosa Moussaoui choisit bien quoi ne pas démontrer.
Il ne s'agit pas d'un reportage, mais d'un défilé de figures, les unes odieuses et les autres grotesques, sinistres, risibles, sans foi et sottes, et d'un ramassis de clichés. Donner la parole à des criminels qui s'enorgueillissent de leurs méfaits comme des voleurs qui s'enorgueilliraient de leurs vols, de leur avidité et de leur cruauté est d'une insolence inouïe. Pour le bien-être de tous ces satisfaits du Polisario, souffrent des centaines de milliers d'êtres humains dans des camps infâmes en Algérie. Afin de les maintenir dans cet état d'oppression, il faut des instruments de servitude, des mensonges, des approximations. Rosa Moussaoui s'occupe du sale boulot.
On n'a sans doute pas à s'embarrasser du tapage que mène l'admiration bruyante et vaine de Rosa Moussaoui pour une milice séparatiste, dont certains membres sont des terroristes confirmés ; mais ce qu'on ne saurait lui permettre, c'est de brouiller les notions, introduire ainsi dans ses papiers autant d'éléments qui altèrent, faussent, ruinent la réalité des choses.
Disons-le d'emblée : Rosa Moussaoui entre toutes voiles déployées dans l'ère de la post-vérité, franchement audacieuse et résolument trompeuse. La vanité journalistique a encore devant elle un bel avenir. Le défaut de cette employée aux écritures est grand : on devine aisément où inclinent ses sympathies, on sait qu'elle procède sans cesse par violents partis pris. Il y a d'un côté le Maroc, d'autre côté ceux qu'elle présente faussement comme les souffrants, les opprimés, tout un peuple de victimes. Rarement avait-on dressé un plus ridicule réquisitoire. Rarement avait-on dépensé dans la satire acide plus d'ardeur et d'emportement. C'est le pamphlet qui entre dans le reportage. C'est la haine mise au service de la pitié. Ce racolage et cette âpreté ont justement pour effet de donner aux allégations de Rosa Moussaoui une nature propagandiste hantée par les vestiges de choses anciennes.
Merci Rosa Moussaoui, de blanchir l'éminence grise des événements de Gdeim Izik, qui ont provoqué la mort de onze membres des forces de l'ordre en 2010. Désarmées, certaines victimes avaient été égorgées, ou leur cadavre souillé ou mutilé, selon des vidéos qui ont outré la conscience marocaine. Selon Moussaoui, ledit criminel a été condamné «au terme d'une parodie de procès». Malgré la présence d'observateurs internationaux ? Ni oubli ni pardon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.