Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces lois inappliquées au Maroc
Publié dans Challenge le 14 - 11 - 2019

Depuis quelques années, le Maroc connaît une prolifération de lois et textes législatifs censés organiser la société et être des jalons importants dans le processus de réformes engagé par le pays. Mais à quoi sert une loi non appliquée – quand bien même elle a parfois trait à des enjeux majeurs de société – comme il en existe à la pelle dans notre pays ? Alors que le Maroc semble très en retard en matière de mise en œuvre dans un délai raisonnable des lois votées par le Parlement, aucun cadre institutionnel n'y existe pour contrôler l'applicabilité de la loi, un des piliers de toute édification d'un véritable Etat de droit.
A quoi reconnait-on une vraie démocratie…ou du moins un système politique qui s'approcherait le plus de l'idéal d'une démocratie représentative immunisée contre ses propres dérives et dangers consubstantiel tel que théorisé par John Stuart Mill? Est-ce à la souveraineté du peuple que garantissent peu ou prou des élections libres et transparentes, à une stricte séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire si chère à Montesquieu, à la garantie des libertés fondamentales de conscience, d'opinion, de la presse et de réunion…ou encore au règne de la loi (égalité devant la loi) où chaque citoyen est soumis aux mêmes règles judiciaires, y compris ceux qui font la loi et ceux qui l'appliquent ?
Bien qu'aucun consensus universel n'émerge pour définir canoniquement les fondements d'une démocratie, pas plus qu'il n'existe d'ailleurs un seul canon universel de démocratie, on pourrait difficilement ranger au rayon des démocraties tout système où les critères précités feraient substantiellement défaut où leur principe sous-jacent y serait bafoué. Mais une véritable démocratie ne se limite point à ces piliers quand bien même indépassables.
En effet, la démocratie est également une manière d'être des institutions (une modalité de l'Etat) qui cristallise d'autres principes complémentaires aux valeurs-principes précités et non moins impératifs telle l'existence de puissants contre-pouvoirs institutionnels et sociétaux pour éviter la tyrannie de la majorité (risque tant agité par Tocqueville) ou encore l'ancrage à tous les niveaux du système de bonnes pratiques de gouvernance visant, entre autres, à instaurer une véritable culture de rendre-compte des gouvernants et des élus à commencer par le contrôle de l'application des lois qui, avec l'évaluation des politiques publiques, constituent jusqu'à présent de sérieux angles morts du projet démocratique marocain. Un angle mort d'autant plus préjudiciable que l'enjeu démocratique de la mise en place d'un dispositif efficient de contrôle de l'application des lois est de taille. Pourquoi? Cela a trait tout simplement à ce que toute leçon d'instruction civique omet souvent de rappeler quand elle apprend aux écoliers et aux lycéens que c'est le Parlement, investi du pouvoir législatif, qui fait les lois (ces cadres réglementaires qui organisent notre société) au nom du Peuple. En effet, ce qu'on inculque le moins aux citoyens de demain, c'est que c'est au gouvernement d'élaborer les règlements et décrets dits « textes d'applications » qui permettent la mise en œuvre réelle de la loi en précisant les conditions pratiques. Une mise en œuvre qui dépend donc du pouvoir exécutif et de sa volonté et/ou capacité, lesquelles peuvent être dans certains cas sujettes à caution. Et à cette aune-ci, la démocratie marocaine naissante, à l'épreuve par ailleurs sur différents fronts depuis quelques années, fait pâlichon en étant encore très loin des meilleurs élèves en la matière…
Lire la suite du dossier dans votre magazine Challenge en vente dans tous les points de presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.