«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : le parcours du patient pour un dépistage
Publié dans Challenge le 30 - 03 - 2020

Le coronavirus a contaminé 516 Marocains, selon le bilan arrêté ce lundi 30 mars à 8 heures. De la prévention à la prise en charge hospitalière des patients pensant présenter des symptômes d'infection de la Covid-19, en passant éventuellement par le test, zoom sur le parcours des patients infectés ou se croyant contaminés.
Pour éviter toute infection au coronavirus, il convient de suivre un certain nombre de mesures. Sur le portail du ministère de la Santé « www.covidmaroc.ma », le département de tutelle liste les comportements à adopter : « Se laver les mains très régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir, saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades et utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter. »
Et si une crainte de contamination apparaît et que vous voulez être pris en charge, que faut-il faire ? Quels sont les premières démarches à faire ? Comment se passe la prise en charge des personnes infectées pu se croyant contaminées ? Qui décide du dépistage ? Comment se passe le dépistage ? Qui décide de l'hospitalisation ?
Les premiers gestes en cas de suspicion
Dans ce cas, c'est-à-dire si vous présentez des signes d'infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires), vous devez contacter « Allô veille épidémiologique » communément appelé « Allô Yakada » (0801004747) ou (Allô SAMU 141) ou encore « Allo 300 » lancée aussi par le ministère de la Santé en coordination avec les Forces Armées Royales (FAR). Challenge a testé pour vous, en tant que anonyme, ces trois lignes téléphoniques (disponibles 24h/24 et 7 j/7) dédiées aux informations et conseils relatifs au Covid-19. Rassurez-vous, ces trois services répondent très rapidement aux sollicitations des personnes estimant avoir les premiers symptômes. Des téléconseillers, médecins de formation, vous posent des questions pour comprendre vos symptômes et voir également par exemple si vous avez été en contact avec une personne atteinte. Ils vous demandent ensuite vos coordonnées (numéro de téléphone, adresse…). Et sur la base de tout cela, les responsables de « Allô Yakada », « Allô SAMU 141 » ou« Allo 300 », établissent une fiche technique intégrant le fait que vous êtes « suspect », « trop suspect » ou encore « non suspect ». Ces fiches techniques sont ensuite transférées au niveau de la province médicale des appelants. « C'est le premier niveau d'intervention », précise le chef de la division de lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé, Abdelkrim Meziane Belfkih qui précise qu'il y a au niveau de chaque province médicale du Royaume une équipe d'intervention rapide. « Le centre de régulation est le deuxième niveau. Lorsqu'il y a un cas probable, l'équipe recontacte la plateforme téléphonique d'écoute et d'orientation concernée afin de reconfirmer la situation clinique, c'est-à-dire si le cas présent répond à la définition établie par dans le cadre du Plan national. Autrement dit, nous cherchons à avoir si on a affaire à un cas à explorer ou un cas à exclure». Si le patient est suspect, l'équipe d'intervention rapide accompagnée par la Protection civile et d'un médecin, tout cela avec les équipements de protection nécessaires, va chercher le cas probable », explique Abdelkrim Meziane Belfkih. Le cas probable est ensuite conduit dans sa province médicale où un hôpital est déjà dédié à l'isolement en attendant le résultat du test. Il faut dire que l'objectif d'une telle approche est double. Il vise d'abord à isoler le cas probable de son environnement pour qu'il ne continue pas à contaminer, si c'est le cas, d'autres membres de sa famille. L'autre but recherché est de pouvoir réaliser un prélèvement. « Nous procédons au prélèvement qui est par la suite acheminé aux laboratoires concernés selon le territoire », indique le chef de la division de lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé. A noter que le pays a été subdivisé en deux territoires : le Nord au niveau de Rabat avec l'Institut d'hygiène et le Sud pour Casablanca avec l'Institut Pasteur.
Lire aussi : Ce que vous devez savoir sur le coronavirus
Toujours est-il que le patient reste dans la structure d'isolement jusqu'à la sortie du résultat du test, cinq à six heures de temps après le prélèvement.
Si le test est positif
Si le test au coronavirus se révèle positif, le patient est dirigé vers l'établissement d'hospitalisation en fonction de son état, les « services chaud ou froid ». Si le patient est négatif, il repart chez lui pour continuer son confinement comme pour l'ensemble de la population marocaine. Par exemple, « Allo 300 », mise en place que depuis le 25 mars dernier, a enregistré à ce jour environ 38.000 appels téléphoniques, pour une moyenne de 9.500 appels par jour, indique-t-on de source militaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.