PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Provinces du Sud : 236 projets du programme de développement restent à réaliser    Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Où va le Liban ?    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    Malades du Covid-19 traités à domicile...ces laissés-pour-compte    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Philip Green, la chute du sulfureux roi de la mode britannique    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    RNI : Le Comité de suivi de la cause du Sahara en visite à Guergarate    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Une proposition de loi pour le transfert des actifs de la Samir à l'Etat    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : déconfinement et décisions absurdes
Publié dans Challenge le 11 - 05 - 2020

Les décisions absurdes c'est lorsque des individus prennent collectivement des décisions qui agissent dans le sens contraire à un but recherché. Décisions absurdes dont l'homme est l'unique responsable, sur des sujets, parfois, de grande importance.
« Qui pense peu, se trompe beaucoup », Léonard De Vinci. Nous aurions pu passé sous silence ce sujet, s'il n'était pas question de la pandémie de notre siècle. Car à la crise sanitaire, économique, et sociale causée par le coronavirus, certains gouvernants y ajoutent une crise de la pensée, illustrée par leurs décisions absurdes. A la recherche d'une pertinence et d'une cohérence dans les décisions qui ont sous-tendu le choix du confinement généralisé, tout un chacun est en droit de se poser des questions. Mais, mettons tout de suite de côté cet exercice, car l'heure est au déconfinement. Aujourd'hui, le 11 mai, après 55 jours de confinement systématique et indifférencié, la France déconfine sa population. 67 millions de personnes, de tout âge, sont à nouveau libres ou presque de leurs mouvements. Regardons ce « presque » de plus près, nous y décèlerons de potentielles décisions absurdes.
Lire aussi: Le Maroc sera le dernier pays au monde à lever le confinement généralisé
Immunité collective, ou pas ?
Pas en France uniquement, mais dans les pays ayant pris la décision du confinement, cette décision était prise afin de limiter la propagation du virus, et de permettre aux systèmes de santé de faire face à la vague des malades nécessitant des soins. Il s'agit là du principal objectif du confinement : limiter le nombre d'infections. Résultat, environ 4 milliards d'individus ont été contraints de se confiner, pour se protéger individuellement et protéger le reste de la population. Or face à de nombreuses inconnues, telles : la durée de la pandémie, la survenance de vagues successives de contaminations, la disponibilité d'un traitement, et d'un hypothétique vaccin sous plus ou moins 2 ans, la pertinence de la décision d'un confinement généralisé et prolongé s'est toujours posée.
« Avons-nous les moyens de rester confinés, pendant de longs mois, le temps qu'un traitement soit trouvé, voire des années, le temps qu'un vaccin soit trouvé ? »La réponse est Non. Le sanitaire, érigé en priorité absolue en début de crise laisse la place à d'autres priorités qui s'imposent aux gouvernants, rattrapés par des considérations économiques, sociales et parfois sécuritaires. Parmi les stratégies de gestion de l'épidémie, peu de pays ont misé dès le début sur l'immunité collective. Pourtant, les infectiologues l'affirment, à partir de 60% d'infection d'une population, tout virus finit par disparaître, grâce à l'immunité collective. Quelques jours avant le déconfinement, la France a annoncé le taux d'infection de sa population estimé à 5,7%. Chiffre jugé « trop faible » pour un prompt retour à une situation quasi normale.
« Comment peut-on poursuivre l'objectif de limiter le nombre d'infections, notamment en imposant un confinement généralisé pendant environ 2 mois, tout en espérant augmenter, pendant le même temps, l'immunité collective de la population ? Les gouvernants poursuivent-ils deux objectifs contradictoires ? Ou ont-ils opéré un changement de stratégie ? Dans ce cas, ne faut-il pas aligner leurs décisions sur la réelle stratégie poursuivie ? et accessoirement en informer la population ? »
Reconfinement à craindre, ou pas ?
Le premier ministre français a annoncé qu'il n'était pas exclu de confiner à nouveau le pays, en cas de résurgence importante du virus. Faut-il rappeler que les épidémiologistes parlent d'une durée de quelques mois, avant la disponibilité d'un traitement, voire de plus ou moins deux ans, avant la disponibilité d'un vaccin. « Comment peut-on brandir la menace d'un reconfinement, alors qu'aucune nation ne peut se permettre des confinements généralisés à répétition ? Même pas la première puissance économique mondiale ! ». « N'est-il pas temps, de dévoiler la stratégie de gestion de cette crise à la population ? N'est-il pas temps, de révéler à la population quel réel objectif nous poursuivons collectivement ? N'est-il pas temps, de responsabiliser cette même population ? Faire confiance à l'individu, plus qu'à l'autorité, la clairvoyance, ou l'absurdité des décisions des gouvernants. »
Déconfinement par département, ou pas ?
Une carte des départements de l'hexagone a été établie, avec certains en Vert et d'autres en Rouge. Cette carte dynamique dans le temps, repose sur trois critères : l'évolution du nombre de cas sur une semaine, le taux d'occupation des services de réanimation, et l'avancée dans la politique de tests. Quant aux restrictions pour la population, en cette période qui s'ouvre de déconfinement, il y a peu de différences entre un département en Vert et un en Rouge. Pourquoi ce choix du département ? Etait-ce plus pertinent qu'une autre échelle, plus grande ou plus petite ? Pourquoi ce choix de la couleur Verte ? prêtant à confusion, comme s'il était question d'un retour à la normale, alors que de nombreuses restrictions persistent pour la population.
Mise en quatorzaine, ou pas ?
Pour cette option, les gouvernants français illustrent magistralement le principe du deux poids, deux mesures. Les personnes positives au coronavirus auront le choix d'un isolement à domicile ou à l'hôtel, pendant une quatorzaine. Le gouvernement « n'a pas pris de dispositif législatif pour imposer l'isolement », a indiqué le ministre de la Santé. S'agissant des personnes arrivant de l'étranger sur le territoire français, la quatorzaine est obligatoire. « Y a-il une cohérence entre l'invitation et l'obligation ? Ne serait-il pas plus pertinent d'isoler uniquement les positifs au coronavirus ? Et que dire de ceux qui arrivent des destinations moins touchées, le risque de propagation du virus serait-il plus grand que pour un Français positif que l'Etat n'oblige pas à s'isolement ? Puis, a-t-on pensé à la réciproque ? la réponse des autorités des pays moins touchés qui pourraient imposer la même obligation à l'entrée de leurs territoires, pour des Français, provenants d'un pays plus touché par le virus. »
Port du masque, ou pas ?
Nous ne revenons pas sur la non utilité du masque, la non simplicité de son usage pour une représentante du gouvernement et donc pour la population, puis aujourd'hui, sa recommandation, voire son obligation. A l'ère du déconfinement, en France, le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun, et fortement recommandé le reste du temps.». « Y-a-il une cohérence dans les positions successives des gouvernants sur le port du masque ? La pertinence du port du masque est une affaire d'autorités sanitaires, d'ailleurs que dit l'OMS aujourd'hui sur le sujet ? A-elle évolué comme les gouvernants français ? Comme si nous étions face à la première pandémie mondiale ! Comme si le masque venait d'être inventé, et que la question de son utilité n'était pas tranchée !
Circulation limitée, ou pas ?
Parmi les restrictions en cette période de déconfinement, celle de la circulation géographique limitée à un rayon de 100 kilomètres, et à son département. Sachant que le rayon des 100 kilomètres peut concerner des départements de couleurs différentes, donc potentiellement augmenter la propagation du virus. « Quelle est la pertinence des 100 kilomètres ? Que cette distance s'exprime à vol d'oiseau ? comme si elle s'imposait à des déplacements en avion ! ». « L'échelle du département, matérialisée par une couleur Verte ou Rouge a été choisie pour les restrictions, n'était-il pas plus cohérent de restreindre également les déplacements à cette même échelle, sans autre considération ? ». « Aurait-il été plus cohérent de restreindre les déplacements seulement pour les départements en Rouge ? libre aux populations des départements en Vert de circuler dans tous les départements en Vert. »
Elus responsables, ou pas ?
La sacrée sainte responsabilité juridique de nos élus, et le sacré saint principe de précaution en matière de crises sanitaires éclairent les nombreuses hésitations et les différentes positions et décisions des élus de la nation.« A nouveau, n'est-il pas temps, de responsabiliser la population ? Après tout, c'est de nos vies, et celles de nos enfants dont il est question ! Les gouvernants ne devraient-ils pas d'abord fournir de tests de dépistage en nombre suffisant, et des masques de protection en nombre suffisant et gratuitement à leur population ? »
Ecole obligatoire, ou pas ?
L'école a toujours été obligatoire en France, pour tous, de 3 à 18 ans. Et n'a jamais été soumise au choix des parents, fussent-ils étrangers et sans papiers. « La question de la réouverture des écoles devra être réglée, si ce n'est aujourd'hui dans le cadre du déconfinement, à la prochaine rentrée scolaire. Car n'est-il pas temps, d'envisager d'apprendre à vivre avec ce virus, pendant les mois et les années à venir ? comme nous le faisons avec la grippe. Probablement, avec des mesures de précaution plus grandes, en termes de distanciation sociale et de protection par masque. ». « Puisque l'école est obligatoire, pourquoi se poser la question de la réouverture après le confinement ? Qui décide ? Le ministre de l'éducation, le maire, ou les parents ? »
Plages interdites, ou pas ?
En France, les plages restent interdites d'accès jusqu'au 2 juin, sauf avis des préfets des départements du littoral. « N'aurait-il pas été plus cohérent d'autoriser l'accès aux plages dans les départements en Vert ? où les parcs et jardins ont rouvert ! ». Après cette série d'interrogations sur le déconfinement « made in France », « avons-nous identifié des décisions absurdes prises par les gouvernants ? voire, un florilège de décisions, plus absurdes les unes que les autres ? » Nous sommes individuellement et collectivement en droit de nous poser cette question, aussi bien sur la pertinence, que sur la cohérence de nombreuses décisions. Pour finir, trois ultimes interrogations, qui devraient interpeller les gouvernants français, mais pas uniquement : « A supposer que certaines de leurs décisions n'étaient pas absurdes, avaient-ils la possibilité de faire plus simple ? », « Serait-il possible d'inviter à nouveau le bon sens, dans toute prise de décision ? ». Et enfin « Serait-il possible de partager les responsabilités, en faisant confiance aux populations ? »
Par Adil Mesbahi: Expert en Intelligence Economique et Stratégique, titre délivré par l'Ecole de Guerre Economique de Paris, Adil Mesbahi est ingénieur grande école publique française, formation complétée par un MSc et quatre MBA. Après une riche expérience dans le conseil et la banque, Adil Mesbahi est professeur vacataire dans l'enseignement supérieur, auteur, analyste et conseiller auprès de Décideurs économiques et étatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.