Fernando Da Cruz, nouvel entraineur de l'AS FAR (PHOTO)    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La météo pour ce vendredi 12 août 2022    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara: Pourquoi Brahim Ghali est-il surpris de la décision de l'Espagne ?
Publié dans Hespress le 04 - 04 - 2022

Les séparatistes Sahraouis du polisario n'ont pas digéré la reconnaissance par l'Espagne que la solution proposée par le Maroc pour le Sahara était la base pour signer la fin du conflit. Brahim Ghali, le chef de l'organisation séparatiste s'est dit « abandonné » par l'Espagne. Voici pourquoi Madrid avait des raisons de ne pas soutenir le polisario.
Alors qu'il avait orchestré avec l'Algérie une grande opération de manipulation de l'Espagne en l'embarquant dans une affaire d'accueil en cachette et sous fausse identité, qui s'est transformée en grave crise diplomatique, Brahim Ghali a vu sa stratégie se retourner contre lui.
Après un an de crise diplomatique entre Rabat et Madrid à la suite de l'accueil illégal de Brahim Ghali en Espagne pour soins de covid-19 (alors que d'autres membres du polisario souffrant des mêmes complications ont été abandonnés à leur sort dans les camps de Tindouf en Algérie, ndlr), l'Espagne a finalement apporté son soutien au plan de règlement du conflit autour du Sahara proposé par le Maroc.
Si l'Algérie avait orchestré cette opération avec Madrid en utilisant Brahim Ghali pour créer une crise avec le Maroc, briser leur relation, et montrer que l'Espagne soutient les séparatistes sahraouis, cette affaire s'est finalement soldée à l'avantage du Maroc.
Et dans les camps des séparatistes, cette nouvelle et leur plan tombé à l'eau a été une surprise, tout autant qu'à Alger qui rappelé son ambassadeur et tente de faire du chantage au gaz à l'Espagne maintenant que le Maroc compte un nouvel allié plus affirmé.
L'Espagne s'est toujours déclarée comme un allié du Maroc dans le dossier du Sahara, mais n'a jamais fait suivir ses paroles par des actes. Elle avait gardé une position ambiguë en soignant ses relations avec les séparatistes également.
« Il est évident que c'est un virage radical qu'on n'attend pas de la part d'un pays qui est (l'ancienne) puissance administrante » du Sahara, a déclaré Brahim Ghali dans un entretien publié par le quotidien El Mundo.
« Ils nous ont abandonnés à notre sort en 1975 et 47 ans plus tard ils répètent la même chose », a ajouté le chef de la milice séparatiste.
Dans les propos de Brahim Ghali, rapportés par El Mundo, il semblerait que le leader séparatiste ne soit pas « contre » l'Espagne, ancienne puissance coloniale au Sahara. Pourtant les Sahraouis ont combattu contre la colonisation espagnole qui a abouti au retour sous souveraineité marocaine en 1975.
Et alors qu'il se dit être « abandonné » par l'Espagne, Brahim Ghali fait partie de ces Sahraouis qui ont été tentés de s'approprier le territoire du sud du Maroc tout juste libéré pour y créer leur propre république, grâce au financements algériens et libyens de l'époque de l'ancien dirigeant algérien Houari Boumédiène et Mouammar Kadhafi.
Brahim Ghali qui entretient des relations cordiales avec l'Espagne, où il a été soigné en avril dernier sous une fausse identité avec entrée illégale grâce à la complicité de l'Algérie (à l'origine de la crise diplomatique avec le Maroc, ndlr), et où il a été reçu par le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, voue en réalité une haine sans pareille à l'Espagne et aux Espagnols.
Plusieurs de ces victimes, dont des Sahraouis ayant la nationalité espagnole du temps de la colonisation, ont témoigné des exactions qu'il a commises contre les Espagnols. Une association de victimes Canarienne du polisario dénommée ACAVITE, a également porté plainte contre Brahim Ghali pour « meurtre » de pêcheurs espagnols.
L'association Canariennes des victimes du terrorisme, accuse Brahim Ghali d'avoir organisé et ordonné le mitraillage, des assassinats, et des enlèvement collectifs, et d'être derrière des disparition d'équipages espagnols en mer entre 1973 jusqu'à fin 1986.
Ces crimes visant des Espagnols ont été commis alors que l'Espagne était encore puissance administrante au Sahara et s'est poursuivie par les membres de l'organisation criminelle polisario.
« Les victimes canariennes du terrorisme touchées par les attentats terroristes perpétrés par le dénommé Brahim Ghali ne veulent pas laisser passer en silence l'humiliation et le mépris que la présence (en Espagne) de cet assassin signifie pour les familles éplorées », avait écrit l'ACAVITE dans un communiqué lorsque le chef du polisario a été accueilli en cachette par l'Espagne en avril dernier.
Autre victime de Brahim Ghali, Fadel Breika, un Sahraoui qui ne s'identifie pas au polisario et qui détient la nationalité espagnole, affirme avoir été détenu par le polisario, avec à sa tête Brahim Ghali, entre le 18 juin et 10 novembre 2019, et avoir été « torturé » par cette milice dans les camps de Tindouf en Algérie.
Dahi Aguai, est un autre rescapé des bagnes du polisario, un Sahraoui né sous l'occupation espagnole. Sexagénaire, avait raconté son histoire au site d'information espagnol, La Razon.
Emprisonné dans l'une des 5 prisons secrètes du polisario à Tindouf, a affirmé que le plan du front polisario et de l'Algérie en 1975 était « d'exterminer le peuple hispanophone et de le remplacer par des étrangers sans lien avec la cause sahraouie ou avec la terre », indiquant qu'eux mêmes sont étrangers à l'ancienne colonie espagnole.
« J'ai été emprisonné et attaché des pieds et des mains par Brahim Ghali lui-même le 5 janvier 1975 alors qu'il était encore au Sahara espagnol », a-t-il affirmé, en ajoutant que le polisario a créé « des groupes d'extermination de masse pendant 45 ans », visant à exterminer les Sahraouis naturalisés espagnols et les Sahraouis qui ne voulaient pas rejoindre les camps du séparatisme.
Leur plan était « d'exterminer ceux nés sous le drapeau espagnol et de supplanter leur identité par des Algériens originaires de Tindouf, de sorte qu'en cas d'indépendance, seuls les Algériens régneraient dans un Sahara indépendant », a-t-il soutenu.
« Près d'un millier de victimes vivantes de ces atrocités peuvent (témoigner) aujourd'hui » des atrocités commises par les membres du polisario. Des mains ont été coupées, des hommes ont été démembrés et leurs restes jetés aux chiens, certains prisonniers ont été obligés de manger la chair de leurs voisins de cellules, a indiqué l'ancienne victime de Brahim Ghali.
« L'Espagne a toujours défendu une solution dans le cadre de l'ONU sur la base des résolutions » des Nations Unies, a déclaré Brahim Ghali dans son interview à El Mundo.
« Ce qui veut dire défendre l'autodétermination du peuple sahraoui pour terminer son processus de décolonisation. C'est pour cela que nous ne comprenons pas ce virage radical du gouvernement espagnol », a-t-il poursuivi.
Pourtant c'est ce qu'a fait l'Espagne en appuyant la proposition d'autonomie du Maroc qui permettra au Sahraouis de vivre au Sahara et d'avoir leur propres structures et organes décisionnels. La solution prônée par le Maroc rempli toutes les demandes de l'ONU et a été appuyée par les Etats-Unis, la France et l'Allemagne ainsi qu'un grand nombre d'autres pays dans le monde.
L'Espagne n'a pas choisi de confier la tutelle de tout un peuple à une organisation terroriste dont le chef est poursuivi pour « crimes de guerre », « torture », « enlèvement », « génocide », « viol », par des centaines de victimes et familles de victimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.