BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    SM le Roi a présidé une veillée religieuse en commémoration du 20è anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    Double meurtre près d'Imlil : Un premier suspect arrêté    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    ONU: L'AG adopte le Pacte mondial pour les réfugiés, pendant du Pacte de Marrakech    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Le Ministère de la Com' veut rehausser la présence de l'Amazigh à la télé    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Financial Times. Cinq raisons attractives pour vivre à Casablanca    Double meurtre près de Toubkal    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Divers    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Festival international du film transsaharien "The song of scorpions" primé à Zagora    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué le harceleur de sa sœur    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    1ère édition du Festival Meknès du théâtre : Des planches de différentes écoles font leur show à la cité ismaélite    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Migrations irrégulières : L'UE accorde une aide de 148 millions d'euros au Maroc    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    Boujdour : Localisation d'une ferme soupçonnée de servir de lieu de stockage et de trafic de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES GRANDS PHOTOGRAPHES DU MAROC : Bernard Rouget, l'incontournable
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 11 - 2007

Bernard Rouget a vécu une grande partie de sa vie au Maroc. Il a réalisé de très nombreuses photographies et publié plusieurs livres sur ce sujet. Son amour inconditionnel de ce pays a donné naissance à des milliers de clichés de très grande facture où le sens de l'instantané s'imprime en longévité sur les époques. Une vision d'un certain Maroc ni orientaliste, ni résolument moderne, mais une approche humaine de ce pays. Aujourd'hui, un projet d'exposition de grande envergure se prépare pour retracer la relation entre un photographe poète et un pays qui le lui rend bien.
C'est son fils Philippe qui a choisi de faire éclater cette histoire d'amour entre son père, le photographe Bernard Rouget et le Maroc avec ses multiples et infinies tonalités. Dans une interview donnée à Arte sur le sujet de cette passion pour le Maroc Philippe Rouget explique un détail très important qui est souligné par une grande amoureuse du Maroc aussi : «Je me référerai au texte d'Edmonde Charles Roux à son sujet : «Il s'est attaché à découvrir les beautés spécifiques du paysage marocain… avec une sensibilité rare, célébrer les aspects particuliers des hommes, des femmes et de la foule, l'architecture des villes et des villages». Il aimait profondément ce pays, sa lumière, les grands espaces, sa quiétude. Il avait beaucoup d'amis marocains. Il avait étudié son Histoire et son éthique. Le titre d'un de ses livres est révélateur «Maroc Pierre et Âmes... «Voilà en quelques lignes un condensé de la relation entre un homme et une parcelle de terre qui l'a accueilli. De cette découverte du Maroc, Bernard Rouget décline une palette de paysages humains, tous habités par la grâce de la vie. Des couleurs, des situations, un mélange sublime de sensibilités et de documentation sur le vif.
Rouget l'ami des Grands de ce monde
C'est d'ailleurs cet aspect documentaliste, presque journalistique qui a donné à cette œuvre photographique d'autres étendues littéraires. Les photographies de Rouget sont considérées comme des documents poétiques sur l'itinéraire d'une ville et de ses habitants. Casablanca, Rabat, Marrakech, Fès, Meknès, Tanger, El Jadida, l'arrière pays marocain, les coins reculés, tout est saisi dans la spontanéité de celui qui découvre avec émerveillement. Avec tout juste assez de recul pour faire naître la beauté.
Bernard était un homme de culture. Le sort du monde l'intéressait au plus haut point. Il a été préoccupé par la politique du tiers-monde, les rapports entre les pays riches et les nations souffrant de pauvreté, il a voyagé, sillonné le monde pour se faire une idée réelle de ce qui se passe dans ce monde. Il a côtoyé et photographié aussi bien des rois comme Hassan II, des présidents comme De Gaulle, des hommes d'états comme Churchill, mais aussi des artistes comme Piaf, Prévert, Orson Welles et même des danseuses des Folies Bergères. à la question «de quel milieu se sentait-il le plus proche et quel était son domaine photographique de prédilection», son fils Philippe, qui est une référence pour expliquer le vécu et le parcours de son père, répond avec beaucoup de simplicité : «Mon père s'intéressait beaucoup à la politique. Il adorait être au milieu des rencontres entre les grands de ce monde comme lorsqu'il avait suivi Mohammed V au Moyen-Orient (il avait fait un film qui est passé à Connaissance du Monde).
Il aimait être un témoin, et raconter ensuite comme le journaliste qu'il était (issu de l'école de journalisme de Lille). C'était aussi un grand amateur de littérature, de musique et d'art, il était curieux de tout, des belles images comme des beaux textes comme des films. Il m'emmenait au cinéma très jeune (7 ans) voir Orphée de Cocteau ou le Don Juan de Molière réalisé par Marcel Bluwal. Je ne comprenais pas grand chose mais je trouvais cela très beau. Il était curieux de beaucoup de choses et son flair était assez fin.
Témoignage historique
Il était aussi sensible à la poésie d'un lieu qu'à l'expression d'un visage ou aux aspects documentaires d'une situation. Il a laissé «une chronique visuelle unique en son genre». En somme, ceci est la définition stricte d'un homme de son époque. Un artiste doublé de l'âme d'un poète qui a le souci du quotidien et pour qui prendre une photographie n'est pas saisir un instant d'une expérience, mais arrêter le temps, juste ce qu'il faut pour en lire le caché.
Il est aussi vrai que certains clichés définissent mieux le fil du temps qu'au- tant de mots vides de sens. Et au-delà de son aspect artistique, l'œuvre de Bernard Rouget est devenue un véritable témoignage historique. Philippe Rouget déclare que nous sommes là devant «un document unique». Il a été un témoin privilégié des événements du Maroc qui ont eu lieu de 1940 à l'Indépendance. Rien n'a été oublié par son œil de photographe.
Il a tout fixé : les activités du pays, sociales, religieuses et industrielles, les rites religieux, le folklore de toutes les régions, leurs coutumes, les villes, les mosquées, l'architecture moderne et traditionnelle.
Tous ces documents pourraient aider les historiens d'aujourd'hui à se pencher sur cette mémoire qui fait tant débat». Et de fait, c'est ce travail qui sera aujourd'hui repris pour une immense exposition qui pourra regrouper les différentes époques de l'œuvre de Rouget, une façon de resituer les espaces dans leurs temporalités et imprimer aux différentes étapes de ce travail historique une lecture moderne à la hauteur du visionnaire qu'a été Bernard Rouget.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.