Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Driss Basri Comprenne qui voudra
Publié dans La Gazette du Maroc le 02 - 12 - 2002

Driss Basri. Le nom est presque magique ; aujourd'hui encore.
Il a toujours été un produit vendeur. Quand il était ministre d'Etat, parler de lui en bien générait des prébendes, en mal, une réputation de courage. Dans les deux cas, c'est rentable ; aujourd'hui encore.
L'interview qu'il a accordée au “Journal Hebdomadaire” est, de ce fait, une bonne affaire, mais le contenu en grande partie fort malheureusement déçoit.
En dehors de deux ou trois petites choses à retenir, on y reviendra, Driss Basri n'apporte sur sa personne, son rôle et son travail rien de plus que ce qu'on lui a déjà reconnu. Voici ce qu'on écrivait de lui dans “La Gazette” du 18 mars 1998 dans l'exercice de ses fonctions : “Par l'instinct et par l'acquis, [D. Basri] sait que l'information, c'est le pouvoir (…) dans cette acception où savoir c'est pouvoir. Le coût de l'anticipation est là : savoir tout avant les autres et de préférence mieux que tous les autres. C'est à ce prix là que la politique de prévention “de tout ce qui est de nature à troubler l'ordre public”… intègre l'urbanité. Driss Basri sait que toute action de police qui en arrive à la répression physique signe, d'une certaine manière, son échec. Récupérer, c'est toujours mieux.
On peut résumer le ministre d'Etat à l'Intérieur : la gestion des élections, la gestion des régions, la gestion des communes, les impôts, les affaires sahariennes, les chômeurs diplômés, les émeutes, l'agriculture, le golf (…). Ce serait cependant réduire à sa caricature un travail de fond et plus profond.
“La biographie des hommes politiques n'est pas encore un genre littéraire très couru au Maroc. Mais si l'on devait un jour faire celle de Driss Basri, on lui définirait [deux] escales. Le ministre d'Etat a été pour quelque chose dans la réintégration des forces politiques de l'opposition dans le jeu institutionnel qu'elles avaient quitté en 1965 après la proclamation de l'Etat d'exception. Il s'est employé à rendre aussi à l'administration et aux autorités publiques leurs attraits auprès des intellectuels qui répugnaient à les fréquenter. De cette manière, le pouvoir, de centrifuge est redevenu centripète. Cette force de séduction n'a plus eu de limite, si bien qu'à l'effort de débaucher les cadres de l'opposition et de l'université, s'est substitué l'effort des intellectuels d'être bien vus du makhzen (…) ”.
“Le système Basri, puisque c'en est un, n'a, en fait, aucun secret : outre sa grande force de travail, le ministre d'Etat à l'Intérieur est un grand consommateur d'hommes dont il sait s'entourer et faire travailler jusqu'à l'usure - sans oublier de les récompenser-”.
“Ces hommes constituent une bonne partie des “90 %”, de ceux qui n'ont pas, dit-il maintenant, le courage de démissionner de leurs responsabilités actuelles”. Comme si lui l'aurait fait si on ne l'avait pas prié de rendre le tablier.
Du vent en conséquence ? Pas entièrement. L'interview nous apporte quelques éclairages neufs sur l'homme dont l'entretien se distingue par deux ou trois petites nouveautés: l'ancien ministre d'Etat à l'intérieur n'accole plus, ce qu'il faisait auparavant avec tant de zèle, la révérencieuse Majesté au nom des souverains Hassan II et Mohammed VI. Evoque pour la première fois le rôle de l'armée dans la répression.
Et de “paratonnerre” du système et sa “femme de ménage”, il transforme sa tentation de noyer le passif de son œuvre dans la rubrique de “la responsabilité de tout un régime” en tentative.
Le reste se réduit à “tout est clair, je ne vous dirai pas plus”, “ce n'est pas si simple” et autre “comprenne qui voudra”. Sauf une fois, lorsque dans la question des journalistes, l'officiellement accident du général Dlimi devient “assassinat”. La réponse de Driss Basri est une non-réponse qui en est une tout de même : “Je ne réponds pas à cette question”, dit-il.
Qui ne dit mot, consent ? Plausible et fort possible, mais ce n'est pas assez et beaucoup en même temps. Pas assez pour qu'on sache vraiment et assez pour laisser nos imaginations vagabonder. A mots couverts, l'ancien ministre nous met à mi-chemin de ce qu'il peut dire et ne dis pas encore. Si bien que les maîtres-mots de son discours donnent l'impression de préfigurer un autre maître dont les cordes vocales, pas nécessairement mélodieuses, peuvent mener loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.