Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    PLF-2022: Voici le nombre de postes budgétaires prévus    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Santé: Akdital se mobilise dans la lutte contre le cancer du sein    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Prix du gaz butane et produits alimentaires: ce que prévoit le PLF 2022    Budget de l'Etat: le montant des dépenses d'investissement en 2022 (note de présentation)    Attentat à la bombe en Syrie: 13 morts à Damas    Botola Pro D1 / IRT-FAR (2-0) : Une victoire dopante des Militaires avant le décisif match « retour » de la Coupe de la CAF    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    CAN féminine 2022 : Ce mercredi, ouverture des qualifications    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    L'ONU désigne Omar Hilale co-président d'un groupe sur les ODD    Le Maroc à l'expo 2020 dubai: Cap sur l'émergence    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Le Maroc suspend les vols vers l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni    Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Budget de l'Etat: ce que dit la note de présentation PLF 2022    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le gouvernement néerlandais réagit aux attaques contre les consulats marocains    Afghanistan: une grenade vise un véhicule de police    Allemagne : deux ex-soldats interpellés, soupçonnés d'avoir voulu créer un commando terroriste    « La coopération migratoire avec le Maroc est très bonne », estime un ambassadeur suisse    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Les vandales des Consulats du Maroc à Utrecht et Den Bosch condamnés par la Justice néerlandaise    Etablissements et entreprises publics : 92,1 MMDH de programmes d'investissement en 2022    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 octobre 2021 à 16H00    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Najia Mehadji : “Entre Terre et Ciel”Oeuvres de 1998 à 2008 Galerie Bab Rouah à Rabat Du 17 octobre au 30 novembre 2008
Publié dans La Gazette du Maroc le 10 - 10 - 2008

Une maîtrise d'arts plastiques et d'histoire de l'art à Paris I et l'Ecole des Beaux-arts de Paris ; dès les années 70, l'œuvre de Najia Mehadji, se singularise par une «abstraction sensible» issue à la fois de la musique contemporaine et d'un travail sur le corps qu'elle pratique dans un contexte expérimental à l'université Paris VIII. Les années 80 sont pour elle, le début d'un questionnement sur les matériaux de la pratique picturale. Elle décide d'en utiliser des inhabituels comme le gesso, ou le papier transparent sur de grandes toiles brutes pour créer des formes géométriques symboliques, fortement architecturées. En 1985, elle part un an à Essaouira avec une bourse de la Villa Médicis hors les murs, puis y retournera de plus en plus souvent. Aujourd'hui, Najia Mehadji vit entre Paris et Essaouira.
Elle y réalise la série des Icares. En 1994, elle clôt ce cycle avec la série Coupole (figure transculturelle dans l'architecture) qui fait explicitement référence à l'art de l'Islam.
En 1997, elle enseigne le dessin pendant un an comme artiste invitée à l'Ecole Nationale des Beaux-arts de Paris.
Ces dernières œuvres, exposées à la galerie Bab Rouah, ont une symbolique liée à la nature, comme un contrepoint logique aux formes géométriques des débuts. D'où l'apparition «de structures de flux» notamment dans la série Fleur-flux où Najia Mehadji revisite le symbole universel de la grenade, dont la fleur stylisée parcourt ses toiles, dessins et aquarelles. Son intérêt pour le floral et le cosmique se manifeste également dans la série des Pivoines, des Vanités et des Volutes.
Les toutes dernières œuvres sont largement représentées avec huit grandes peintures sur toile et une quinzaine de gouaches sur le thème de la fleur comme symbole du passage du temps et de la précarité de la beauté. Habituée des galeries prestigieuses des musées des Beaux-Arts français, en particulier à Caen, Poitiers, Epinal et Paris; elle y expose régulièrement. Plusieurs de ses œuvres font partie de la collection du Centre Georges-Pompidou (Beaubourg). Elle participe aussi à de nombreuses expositions collectives en France, en Espagne, en Jordanie, et bientôt, à «Traversées» (commissaire : Brahim Alaoui) : une vaste exposition itinérante sélectionnant une trentaine d'artistes du monde arabe (du Maghreb au Golfe, en passant par l'Egypte, la Palestine, l'Irak, la Syrie et le Liban). Première étape en mai 2009 à Tokyo. S'ensuivront Séville, Rome, Abu Dhabi, etc.
Au Maroc, Najia Mehadji a exposé à la Galerie Meltem (Casablanca) en 1993, à la fondation Dar Bellarj (Marrakech) en 2004 ; à l'espace d'art Actua de l'Attijariwafabank (Casablanca) en 2005 et de son exposition consacrée au thème du Végétal à l'Institut français de Tanger en 2006.
Les débuts
Mes premières œuvres, dans les années 70, sont des dessins qui évoquent des diagrammes sonores comme, par exemple, le timbre d'une voix. Et cela m'a amenée à plusieurs reprises, à faire des performances en sonorisant la feuille de papier sur laquelle je dessinais ; c'était comme une respiration, un rythme intime, une voix intérieure qui me guidait. Mon travail sur toile -au début- a été une longue quête de la couleur, ainsi qu'une réflexion sur la trace et la ligne qui continue encore aujourd'hui.
Je n'utilisais pas les matériaux et les supports traditionnels de la peinture, mais du papier d'imprimerie, des encres sérigraphiques de la toile brute, de la colle et de l'enduit ; des moyens réduits pauvres, qui me rendaient plus libre.
L'entre-deux
Depuis une vingtaine d'années, je vis entre Paris et Essaouira (Maroc) et ce va-et-vient d'un pays a l'autre, d'une culture à l'autre, crée une distanciation qui me permet de relativiser et d'aller plus vite à l'essentiel en dehors de toute habitude.
L'architecture
Toute architecture dessine des pans dans l'espace et joue sur le fond et la forme, comme lorsque je trace un trait qui révèle dans un même temps des espaces de chaque côté de celui-ci, ou une ligne circulaire qui engendre un volume ; d'où l'importance de la «réserve» -dans mes œuvres- qui joue un rôle majeur entre les lignes tracées à la craie tant sur papier que sur toile.
La lumière a une fonction essentielle dans l'architecture, car elle a la capacité de transformer les volumes et les reliefs (comme par exemple dans les bas-reliefs des temples en Egypte ou sur les portails des cathédrales). La coupole et le chapiteau sont les principaux éléments d'architecture à partir desquels j'ai travaillé ; la première parce qu'elle représente le céleste et donc aspire aussi au spirituel, le second à cause de ses multiples variations végétales et leurs métamorphoses (j'ai toujours été attirée par le dessin des lignes dans l'espace, le rapport entre les volumes, la structure des formes dans la nature ou l'architecture, en particulier celles qui symbolisent les éléments de l'univers tels que les pyramides, les coupoles, les chapiteaux, etc.)
Le dessin
La trace et la ligne expriment le temps (la durée), un peu comme les cernes de croissance d'un tronc d'arbre; la main et la pensée se laissent entraîner dans un rythme nécessaire à son déroulement, et le dessin montre ainsi les étapes de sa gestation dans un mouvement vers l'expansion, la dilatation, le volume.
Il est essentiel dans mon travail, tant sur papier que sur toile. Mes peintures sont en réalité de grands dessins à la craie réalisés dans une gestuelle physique et mentale ; ce sont des constructions fluides qui créent un lien entre le cosmique et l'humain, le spirituel et le sensible. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.