Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Victoire pour le RSB Berkane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    Nouveau scandale d'abus dans les exploitations agricoles espagnoles ?    Meilleur joueur de L1. M'bappé sème le doute    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    WhatsApp attaqué par Pegasus    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Le WAC rate le coche et se met davantage de pression    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Divers    Volonté du Maroc d'accompagner ses startups et de promouvoir la coopération Sud-Sud    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    OMS    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Création de la zone franche Tanger Tech    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Journée Internationale de l'infirmière    Le concert de la tolérance d'Agadir tend à disparaître?    Amina Rachid, La soldate des planches    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Golfe: Les tensions montent d'un cran    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces start-ups qui réinventent l'apprentissage
Publié dans L'Economiste le 29 - 09 - 2017

Plusieurs start-ups et entreprises se démarquent dans l'écosystème éducatif national en innovant sur plusieurs fronts: soutien scolaire, apprentissage des langues, auto-formation, orientation, entrepreneuriat social, éducation par le sport... Pour la 27e édition du Pitch Lab, le New Work Lab en a sélectionné 5, sur lesquelles les organisateurs ont décidé de braquer leurs projecteurs. «Ces initiatives réinventent l'apprentissage et font partie des plus prometteuses, à nos yeux», fait valoir Fatim-Zahra Biaz, fondatrice du New Work Lab.
■ NoBox Lab
Pour Sophia Elbahja, co-fondatrice de NoBox Lab, «le système éducatif actuel limite la créativité et fait perdre à l'étudiant l'intérêt pour les disciplines qu'il étudie». L'étudiante à la faculté des sciences et techniques de Tanger a donc co-fondé NoBox Lab, une entreprise sociale qui propose des programmes ludiques et innovants. A travers sa plateforme online, celle-ci diffuse des capsules vidéo sur des concepts scientifiques difficiles à cerner pour les écoliers. L'entreprise sociale organise des workshops en collaboration avec les écoles primaires, pour l'instant, et des écoliers dont l'âge varie entre 5 et 12 ans. Les ateliers sont organisés par thématique et animés par des étudiants universitaires. Pour chaque écolier, les parents d'élèves versent 350 DH/mois. Pour les 6 mois à venir, son staff compte encadrer plus de 500 écoliers, publier une dizaine de vidéos supplémentaires en ligne, finaliser un jeu mobile interactif et son espace de co-working.
■ Play Academy
L'aventure Play Academy a démarré il y a 3 ans. L'innovation qu'elle apporte est de développer une pédagogie basée sur la méthodologie de Lego Education. La start-up est d'ailleurs le partenaire exclusif de la marque au Maroc. Sa méthodologie fait la promotion des sciences, technologies, ingénierie, robotique et mathématiques d'une façon ludique tout en suscitant la curiosité chez les enfants. «A travers nos astuces de jeux, nous arrivons à leur faire maîtriser des concepts abstraits. Par exemple, au lieu d'expliquer ce qu'est un rapport de réduction d'un engrenage, nous demandons à l'enfant de fabriquer une voiture de course et de la rendre la plus rapide possible», explique Laila Berchane, co-fondatrice de Play Academy, lauréate de l'EMI (branche génie industriel). Play Academy emploie 22 animateurs et compte parmi ses références de grandes écoles privées au Maroc. Elle a aussi ouvert «Robots&More», un centre de loisirs éducatif à Casablanca, qui reçoit en moyenne une centaine d'enfants âgés de 4 à 14 ans. L'entreprise collabore avec 30 écoles implantées dans 8 villes, dont George Washington Academy (GWA), London Academy, Casablanca American School, les écoles Yassamine... Les sœurs Berchane estiment ce marché à 700 millions de DH/an.
■ Tibu
Tibu est un projet sportif, mais surtout éducatif. Fondée par d'anciens basketteurs internationaux, l'ONG s'est assigné pour mission de promouvoir la politique du basket au Maroc à travers des initiatives à caractère sportif, éducatif et social. Le projet d'entrepreneuriat social et sportif organise des caravanes et camps de basket qui parcourent le Maroc, fait découvrir ce sport aux collégiens et lycéens et renforce leurs capacités en anglais. Il tient aussi une académie où il forme des jeunes de 8 à 18 ans, afin d'en faire des basketteurs de haut niveau, mais aussi de jeunes leaders. «Ce projet lutte contre l'abandon scolaire, le radicalisme, le terrorisme...», fait valoir Mohamed Amine Zariat, président de Tibu Maroc. Depuis sa création, Tibu a formé 350 jeunes. Dans le cadre du développement de son modèle économique, l'association démarche des entreprises dans leur stratégie RSE pour co-brander ses centres. Cela a été le cas avec Vivo Energy Maroc, la Société d'aménagement de Zenata, La Vache qui Rit, Akwa Group... La démarche s'est aussi étendue aux institutionnels. Tout récemment, elle a bénéficié d'un fonds de 1 million de DH de la wilaya du Grand Casablanca et de la région Souss-Massa.
■ Tamkeen
Tamkeen Initiative est un programme de sensibilisation lancé par le Centre marocain pour l'innovation et l'entrepreneuriat social (MCISE). L'initiative vise à transformer l'école publique marocaine en hub d'innovation sociale en travaillant avec les étudiants, les parents, le staff éducatif ainsi que la société civile pour trouver des solutions entrepreneuriales à ses défis. Le programme compte aujourd'hui plus de 500 étudiants, professeurs et membres d'administration de 36 établissements à travers le Maroc. Dans chaque ville où elle est déployée, l'initiative met en place un programme de formation de 6 mois au bénéfice des professeurs et étudiants en entrepreneuriat et innovation, gestion de projets...«afin de leur donner les moyens d'identifier les problématiques observées dans le système éducatif, trouver des solutions innovantes et les appliquer», fait valoir Issam Eddine Abail, coordinateur national de Tamkeen Initiative. Parmi ses réalisations, Tamkeen a permis à des étudiants de créer une laverie pour améliorer l'hygiène dans leur internat ou à des étudiants à Tiznit de créer une plateforme d'e-learning...
InspYre
InspYre assure le mentoring de candidats aux concours des écoles de commerce pour les aider à orienter leurs choix de carrière et augmenter leurs chances de réussir leur oral. Sa fondatrice est Dounia Chraïbi, gestionnaire de projets RSE dans une grande entreprise. Son déclic est venu d'une simulation d'oral. «J'y ai découvert des jeunes prêts à réussir les écrits, mais qui ne l'étaient pas pour les oraux», explique-t-elle. Avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté, les bénévoles ont de l'impact et arrivent à leur fin. Les étudiants pris en charge sont mis sous mentorat au cours de l'année scolaire, pendant laquelle ils sont initiés aux techniques de l'oral, mais aussi amenés à se découvrir et avoir confiance en eux. L'étudiant est ainsi inspiré par le parcours de son mentor, une personne qui a le même vécu, avec quelques années d'expérience et du recul. Les 15 mentors sont d'anciens élèves des écoles de commerce bénévoles, et l'accompagnement se fait gratuitement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.