La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des pistes pour tirer parti de la révolution technologique
Publié dans L'Economiste le 14 - 05 - 2019

Sommes-nous prêts à la transformation numérique et au risque d'automatisation? Cette question a été largement abordée par l'OCDE dans son édition 2019 des «Perspectives sur les compétences», qui fait partie de la campagne de l'Organisation «I am the Future of Work».
Face à l'évolution du marché du travail induite par le progrès technologique, certains pays sont mieux préparés que d'autres en raison des niveaux de compétence de leurs populations. Sur la liste des bons élèves, six pays (Belgique, Danemark, Finlande, Norvège, Pays-Bas et Suède) sont en avance en termes de compétence et d'efficacité des systèmes d'apprentissage tout au long de la vie, nécessaires pour réussir dans un monde numérique.
En revanche, de nombreux autres pays accusent du retard. La Corée et le Japon, par exemple, sont capables d'obtenir de bons résultats, mais ils doivent investir davantage pour s'assurer que les travailleurs et les adultes âgés ne sont pas laissés de côté. Au Chili, en Grèce, en Italie, en Lituanie, en République slovaque et en Turquie, les populations ne possèdent généralement pas les compétences nécessaires pour prospérer dans un monde numérique.
Aussi, les systèmes de formation actuels ne sont pas assez développés pour leur permettre de se perfectionner. En dépit d'une faible proportion d'individus faisant une utilisation diversifiée et complexe d'internet (50,3% en France contre 58,3% dans l'OCDE), les travailleurs français utilisent les TIC au travail de manière assez intensive et effectuent des tâches non routinières.
Près de 11% des travailleurs sont dans des professions à haut risque d'automatisation. Ils pourraient avoir besoin d'une formation modérée pour passer à des professions plus sûres, présentant un risque faible ou moyen d'automatisation (comme la moyenne des pays OCDE).
De plus, 2,1% des travailleurs pourraient avoir besoin d'une formation importante (jusqu'à 3 ans) pour échapper au risque d'automatisation. Seuls 38,1% des adultes ont participé à des activités d'apprentissage non formelle et informelle au cours des douze derniers mois, soit un peu moins que la moyenne de l'OCDE (42%).
Les systèmes éducatifs traditionnels doivent évoluer vers des systèmes d'apprentissage tout au long de la vie, selon l'OCDE. Les adultes auront besoin de se réorienter et de se perfectionner tout au long de leur carrière, pour suivre l'évolution du marché du travail.
Cependant, la participation à la formation des adultes peu qualifiés (ceux les plus susceptibles d'être touchés par les changements à venir) est de 40 points de pourcentage en moyenne en dessous de celle des adultes hautement qualifiés dans les pays de l'OCDE. Ces derniers pourraient créer des types de formation flexibles et plus courts et la technologie peut y contribuer par le développement de ressources en ligne.
Les résultats indiquent que plus de la moitié des emplois (54%) fortement menacés d'automatisation nécessiteront un effort de formation modéré (moins d'un an) ou important (plus d'un an) pour que les travailleurs passent à des emplois de meilleure qualité et plus sûrs.
Le rapport est publié à quelques jours de la semaine de l'OCDE prévue du 20 au 23 mai à Paris. Elle comprend le Forum (20-21 mai) et la Réunion ministérielle (22-23 mai). Ses auteurs préconisent d'améliorer la pertinence des systèmes de formation des adultes au regard du marché du travail.
Puis de concevoir de nouvelles façons de reconnaître le niveau de compétence des individus qui vont suivre des parcours d'apprentissage complexes. Il est vital aussi de surmonter le manque de motivation qui semble empêcher de nombreux adultes peu qualifiés à tirer parti des possibilités d'apprentissage.
«Les compétences feront la différence…»
«Dans un monde en pleine mutation numérique, ce sont les compétences qui feront la différence entre rester au sommet de la vague et se faire distancer», a souligné le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, à l'occasion de la présentation, le 9 mai 2019, du rapport à Paris. «Pour aider leurs populations, les gouvernements devront trouver un juste équilibre entre les politiques qui favorisent la flexibilité, la mobilité de la main-d'œuvre et la stabilité de l'emploi», ajoute-t-il. Les entreprises ont également un rôle important à jouer en garantissant que leurs employés renforcent leurs compétences ou les réorientent, en s'adaptant à l'évolution de la demande du marché du travail. «En investissant dans l'enseignement et les compétences, nous pouvons faire en sorte que la révolution technologique actuelle se traduise demain par une vie meilleure pour tous», recommande Angel Gurría.
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.