Foncier: L'incroyable méli-mélo    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Propreté: Le nouveau matériel inutile?    Un Monde Fou    LDC Afrique: Victoire et qualification du WAC en quart de finale    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cour de cassation : 51.591 affaires enregistrées en 2019    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Le Crédit du Maroc lance les travaux de son nouveau siège social    Boeing : Le 737 MAX ne revolera pas avant le milieu de l'année    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Le Maroc établit sa compétence juridique sur l'ensemble de son domaine maritime    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education: C'est la cata…
Publié dans L'Economiste le 05 - 12 - 2019

Malgré les réformes menées dans le domaine éducatif au Maroc, le niveau des élèves demeure inquiétant. D'après les derniers résultats de l'enquête Pisa établi par l'OCDE, le Royaume arrive aux derniers rangs du classement (75/79), ne devançant que le Liban, le Kosovo, la République dominicaine et les Philippines. En compréhension de l'écrit, les élèves marocains arrivent loin de la moyenne de l'OCDE: 359 points contre une moyenne de 487 dans les pays de l'OCDE. En mathématiques et sciences, leurs scores s'établissent respectivement à 368 et 377 points, contre des moyennes de 489. Dans le monde, ce sont les pays asiatiques (Chine, Singapour, Macao et Hong Kong) qui se placent en tête de peloton. Chez les pays arabes, les Emirats arabes unis occupent la première place devant la Jordanie, le Qatar, l'Arabie saoudite et le Maroc
L'enseignement au Maroc est défaillant. Une nouvelle enquête le confirme, celle du programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l'OCDE auquel le pays participe pour la première fois. Le Royaume arrive aux derniers rangs du classement (75/79).
Près de 6.814 élèves répartis dans 179 écoles ont été évalués. Les résultats ont été publiés le 3 décembre à Paris en ouverture d'une conférence de deux jours sur l'avenir de l'éducation. Les élèves marocains ont obtenu des résultats inférieurs à la moyenne de l'OCDE en lecture, en mathématiques et en sciences (voir illustration).
Le milieu socioéconomique des élèves est un indicateur déterminant des résultats scolaires. Les plus défavorisés réalisent des scores bien pires que leurs camarades issus de milieux aisés. En lecture par exemple, leur score est inférieur de 51 points.
Par rapport à l'équité liée au genre, les filles ont obtenu des résultats similaires aux garçons en mathématiques. Mais elles les ont surpassés en sciences.
Tout en dressant l'état de l'éducation au Maroc, l'OCDE met l'accent sur la pénurie des compétences, la crise du personnel qualifié et le manque de matériel pédagogique. Ce sont les directeurs d'école qui le précisent. Un constat relevé là aussi dans le milieu défavorisé.
Qu'en est-il du climat scolaire au Maroc? Près de 44% des élèves ont déclaré avoir été victimes d'intimidation (ou harcèlement) au moins plusieurs fois par mois, contre 23% en moyenne dans les pays de l'OCDE. Dans le même temps, 73% (et 88% en moyenne dans les pays de l'OCDE) étaient d'accord ou tout à fait d'accord pour dire «qu'aider ceux qui sont incapables de se défendre est une bonne chose». En moyenne, 44% des élèves ont manqué une journée d'école et 59% sont arrivés en retard à l'école pendant la période du test Pisa.
Dans la plupart des pays et économies, les élèves fréquemment victimes d'intimidation sont plus susceptibles de «quitter» l'école. Ceux qui apprécient l'école, jouissent d'un meilleur climat disciplinaire et reçoivent un plus grand soutien émotionnel de la part de leurs parents.
Quelque 71% (moyenne de l'OCDE: 74%) sont d'accord ou tout à fait d'accord pour dire que leur enseignant se réjouit de l'enseignement. Dans la plupart des pays et des économies, les élèves obtiennent de meilleurs résultats en lecture lorsque leur enseignant est plus enthousiaste (en particulier lorsqu'ils s'intéressent à la matière).
Au Maroc, 56% des élèves ont déclaré coopérer avec leurs camarades de classe (moyenne de l'OCDE: 62%) et 64% se disent en compétition (moyenne de l'OCDE: 50%). Environ le quart (moyenne de l'OCDE: 16%) confie se sentir seul à l'école.
Aussi, 6 sur 10 (moyenne de l'OCDE: 67%) affirment être satisfaits de leur vie.
42% des Marocains ont le «Growth mindset»
Dans la plupart des pays et économies, les élèves sont plus susceptibles de présenter des sentiments positifs lorsqu'ils développent une appartenance forte à leur école et un esprit de coopération avec leur camarade. Au contraire, ils sont tristes quant ils sont victimes d'intimidations fréquentes.
Une majorité d'étudiants dans les pays de l'OCDE ont une mentalité de croissance «growth mindset» qui suppose que l'intelligence peut se développer. Le taux au Maroc est estimé à 42%. Ce critère est associé à la motivation des élèves à maîtriser les tâches, à l'auto-efficacité générale, à se fixer des objectifs d'apprentissage et à percevoir la valeur de l'école.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.