Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art africain s'invite à Marrakech !
Publié dans Les ECO le 27 - 02 - 2018

Ce week-end le meilleur de l'art contemporain d'Afrique s'est donné rendez-vous dans la ville ocre. Plusieurs galeries du monde entier ont mis leurs artistes en avant. Un week-end sublimé par l'ouverture du Musée d'art contemporain africain Al Maaden (MACAAL), le 24 février.
Le week-end dernier, Marrakech grouillait de partout et respirait la créativité. La première édition de la foire d'art contemporain africain 1-54 à Marrakech a mis en avant le talent de plusieurs artistes africains dans plusieurs coins de la ville, de Guéliz à Jamâa El Fna en passant par la Mamounia. Un évènement artistique qui coïncide avec l'inauguration du Musée d'art contemporain africain Al Maaden (MACAAL), le 24 février. «Ce partenariat entre le MACAAL et 1-54, à l'origine d'une effervescence artistique inédite dans la ville, témoigne de l'énergie créative et de la diversité culturelle du continent africain». Pour rappel, le MACAAL est un musée indépendant à but non lucratif. L'un des premiers du genre en Afrique du Nord, le MACAAL est dédié à la promotion de l'art africain à travers un large éventail de médias et de divers programmes d'éducation et d'expositions. Par l'acquisition et l'exposition des œuvres d'artistes, qu'ils soient confirmés ou émergents, ledit musée favorise l'accès à l'art et à la culture et donne à voir l'énergie créatrice et la diversité culturelle caractéristiques du continent. Le MACAAL est né de la démarche philanthropique de la famille Lazraq et de la volonté de partager sa passion pour l'art en général et l'art contemporain africain en particulier. Sous l'impulsion d'Othman Lazraq, également président du musée, des œuvres puisées dans une des collections les plus éclectiques, sont et seront exposées à un large public. L'inauguration se fera avec une exposition intitulée «Africa is no Island» sous le commissariat de Jeanne Mercier et Baptiste de Ville d'Avray, fondateurs de la plateforme de photographie «Afrique in visu» et de la commissaire indépendante Madeleine de Colnet, l'exposition rassemble plus de quarante photographes émergents et établis. «À travers l'image, ces artistes réinvestissent l'imaginaire lié au continent africain et abordent des problématiques culturelles universelles telles que la tradition, la spiritualité, la famille et l'environnement dans le cadre d'expériences quotidiennes et actuelles».
Des artistes au talent universel
Sélectionnées autour des trois thèmes «Je suis ma représentation», «Dessiner des géographies» et «Recueillir l'histoire», les œuvres racontent la diversité des vécus en questionnant leurs symboles, leur rapport au temps et à l'espace. Les images multicouches d'Ishola Akpo, photographe ivoirien installé au Bénin, brouillent les frontières entre réalité et fiction. La série «L'essentiel est invisible pour les yeux», exposée lors du Festival de la photo de Lagos, nous emporte dans l'histoire familiale et les souvenirs du photographe en illustrant avec soin la dot de sa grand-mère (bouteilles de gin, habits et perles) pour mettre en lumière leur charge symbolique. Le travail photographique de l'artiste sud-africaine Lebohang Kganye, illustre son intérêt pour la sculpture, la performance et la démarche d'archivage de son histoire personnelle par des mises en scène singulières superposant autoportraits aux photographies de famille minutieusement collectées. Les questions écologiques liées aux déchets plastiques et électroniques reviennent fréquemment dans la série de Nyaba Léon Ouedraogo, «Les Fantômes du fleuve Congo», inspirée du livre «Au cœur des Ténèbres» de Joseph Conrad, datant de l'ère coloniale. Ses œuvres offrent un regard contemporain sur le fleuve Congo, artère symbolique de l'Afrique en exposant la vie l'entourant. Maïmouna Guerresi est une artiste multimédia qui associe photographie, sculpture, vidéo et installation dans son travail, créant des images imprégnées de spiritualisme en lien direct avec sa propre conversion au soufisme. À l'aide de motifs récurrents tels que le voile, ses portraits affirment et célèbrent la spiritualité féminine et la féminité africaine. Transformés par le cabinet franco-marocain Lazraq Bret, pour une meilleure immersion du visiteur, les espaces du musée, bien différents de ceux qu'il offre originellement, font écho à l'architecture traditionnelle des médinas marocaines. Dès le début du parcours, des arches marquent l'entrée d'un univers clos et mystérieux. Cette configuration dédalique, presque contraignante, invite le visiteur à découvrir les œuvres petit à petit, ne laissant rien présager de la richesse que le parcours recèle. L'exposition est accompagnée d'un dispositif reproduisant le paysage sonore de Marrakech réalisé par Anna Raimondo ainsi que d'une installation de photomontages clôturant le parcours de l'exposition, qui illustre les œuvres d'autres artistes mis en avant par «Afrique in visu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.