Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment BAM a bravé la crise
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2018

Le wali de Bank Al-Maghrib a exposé, le 16 novembre à Tunis, la stratégie du secteur bancaire marocain pour faire face à la crise.
Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib est intervenu lors de la conférence organisée par la Banque centrale de Tunisie, la Banque centrale d'Espagne et l'Institut européen de la Méditerranée (IEMED), à Tunis, sous le thème : «Politiques économiques, intégration commerciale et création d'emplois durables : Une perspective méditerranéenne». Ce dernier a exposé la situation des Banques centrales dans la situation de crise, notamment le cas du Maroc. Ainsi, le wali a assuré que «dans la plupart des cas, l'objectif principal de la politique monétaire est la stabilité des prix. Les Banques centrales se sont vu reprocher leur focalisation sur cet objectif au détriment de la croissance et de l'emploi notamment». De leur côté, celles-ci ont l'habitude de rappeler que la stabilité des prix est leur meilleure contribution à la croissance et au développement (elle préserve le pouvoir d'achat et donne la visibilité nécessaire à la prise de décisions en matière de consommation, d'épargne et d'investissement) mais avec l'avènement de la crise, la position et les missions des banques centrales ont énormément changé. Le wali a donc fait le distinguo entre la période de la crise qui a duré près d'une décennie et celle de l'après crise que nous vivons aujourd'hui.
L'exemple marocain
Parlant du cas marocain, Abdellatif Jouahri a assuré que «le pays a été épargné par la crise au départ en raison de mouvements limités des capitaux et de faibles liens financiers. Mais par le biais des liens économiques (demande extérieure, transferts, IDE), l'économie a finalement été impactée». Un effet accentué par la hausse des prix du pétrole et par l'accentuation des pressions sociales avec l'avènement du printemps arabe. La croissance non agricole est passée d'un palier autour de 4,5% entre 2000 et 2012 à une moyenne de 3,1% avec toutefois une amélioration graduelle depuis 2013. L'emploi continue d'en pâtir, le chômage des jeunes demeurant particulièrement préoccupant avec plus de 4 jeunes citadins sur 10 qui ne trouvent pas d'emplois. Le crédit bancaire a connu une forte décélération à partir de 2013, notamment celui destiné aux entreprises privées. Les déficits budgétaire et du compte courant ont connu une certaine détérioration et restent fragiles malgré une amélioration notable depuis 2013. Face à une telle situation, la Banque centrale a lancé des chantiers d'envergure. Outre une politique accommodante avec plusieurs baisses du taux directeur (ramené de 3,25% en 2012 à 2,25% en 2016) et du taux de la réserve obligatoire (de 15% en 2008 à 4% actuellement) ainsi qu'un engagement à fournir toutes les liquidités nécessaires à un financement sain de l'économie, la banque a veillé à la transmission de ses décisions via des rencontres régulières avec les responsables du système bancaire et des incitations en liant le niveau de ses injections sur le marché monétaire aux efforts d'octroi de crédit. «La Banque centrale a également développé un dispositif de suivi des délais de paiements inter-entreprises publiques et privées pour mieux appréhender la problématique. Un observatoire national a été créé par la suite s'appuyant sur BAM pour les données et les analyses», a assuré Jouahri.
Les enseignements de la crise
En tout cas, le wali de BAM a assuré que la lutte contre le financement du terrorisme, le blanchiment et l'évasion fiscale ont induit une forte volonté de renforcer la réglementation des activités financières. S'en est suivi un déluge réglementaire avec un accroissement des exigences, notamment vis-à-vis du secteur bancaire (Bâle III, IFRS, GAFI, FATCA, réglementation de l'UE…). Devant la complexité croissante de ces nouvelles réglementations, les Banques centrales doivent consentir un grand effort pour développer la capacité et l'expertise nécessaires pour assurer leur rôle de régulateur et de superviseur. «Au Maroc, nous avons opté pour une démarche participative et graduelle avec des tests et des évaluations d'impacts pour ne pas remettre en cause la solidité et la viabilité du système bancaire et son rôle dans le financement de l'économie», renchérit le wali. Pour conclure, Jouahri a assuré que les Banques centrales se retrouvent aujourd'hui dans une situation où elles sont appelées à poursuivre leurs missions traditionnelles et à en assumer de nouveaux non moins complexes. Leur expertise est sollicitée sur des problématiques loin de leurs champs d'intervention. Pour réussir, elles sont amenées à être proactive à travers le développement de leur capital humain, l'investissement dans leurs infrastructures, notamment d'information et de sécurité et l'adaptation de leur organisation et de leur gouvernance pour davantage d'efficience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.