Ramadan : Engouement par-ci, montée des prix par-là    Les Etats-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei    Radioscopie des besoins prévisionnels d'emplois au Maroc    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    Marrakech: La ville que les stars adorent!    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Baisse du résultat net du CIH    Banque Atlantique se propose d'accompagner l'Etat et les entreprises nigériens    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Stratégie e-gov. L'amer diagnostic de la Cour des comptes    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Vente illégale de boissons alcoolisées et immigration clandestine : Une ressortissante subsaharienne arrêtée à Rabat    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Divers    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment BAM a bravé la crise
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2018

Le wali de Bank Al-Maghrib a exposé, le 16 novembre à Tunis, la stratégie du secteur bancaire marocain pour faire face à la crise.
Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib est intervenu lors de la conférence organisée par la Banque centrale de Tunisie, la Banque centrale d'Espagne et l'Institut européen de la Méditerranée (IEMED), à Tunis, sous le thème : «Politiques économiques, intégration commerciale et création d'emplois durables : Une perspective méditerranéenne». Ce dernier a exposé la situation des Banques centrales dans la situation de crise, notamment le cas du Maroc. Ainsi, le wali a assuré que «dans la plupart des cas, l'objectif principal de la politique monétaire est la stabilité des prix. Les Banques centrales se sont vu reprocher leur focalisation sur cet objectif au détriment de la croissance et de l'emploi notamment». De leur côté, celles-ci ont l'habitude de rappeler que la stabilité des prix est leur meilleure contribution à la croissance et au développement (elle préserve le pouvoir d'achat et donne la visibilité nécessaire à la prise de décisions en matière de consommation, d'épargne et d'investissement) mais avec l'avènement de la crise, la position et les missions des banques centrales ont énormément changé. Le wali a donc fait le distinguo entre la période de la crise qui a duré près d'une décennie et celle de l'après crise que nous vivons aujourd'hui.
L'exemple marocain
Parlant du cas marocain, Abdellatif Jouahri a assuré que «le pays a été épargné par la crise au départ en raison de mouvements limités des capitaux et de faibles liens financiers. Mais par le biais des liens économiques (demande extérieure, transferts, IDE), l'économie a finalement été impactée». Un effet accentué par la hausse des prix du pétrole et par l'accentuation des pressions sociales avec l'avènement du printemps arabe. La croissance non agricole est passée d'un palier autour de 4,5% entre 2000 et 2012 à une moyenne de 3,1% avec toutefois une amélioration graduelle depuis 2013. L'emploi continue d'en pâtir, le chômage des jeunes demeurant particulièrement préoccupant avec plus de 4 jeunes citadins sur 10 qui ne trouvent pas d'emplois. Le crédit bancaire a connu une forte décélération à partir de 2013, notamment celui destiné aux entreprises privées. Les déficits budgétaire et du compte courant ont connu une certaine détérioration et restent fragiles malgré une amélioration notable depuis 2013. Face à une telle situation, la Banque centrale a lancé des chantiers d'envergure. Outre une politique accommodante avec plusieurs baisses du taux directeur (ramené de 3,25% en 2012 à 2,25% en 2016) et du taux de la réserve obligatoire (de 15% en 2008 à 4% actuellement) ainsi qu'un engagement à fournir toutes les liquidités nécessaires à un financement sain de l'économie, la banque a veillé à la transmission de ses décisions via des rencontres régulières avec les responsables du système bancaire et des incitations en liant le niveau de ses injections sur le marché monétaire aux efforts d'octroi de crédit. «La Banque centrale a également développé un dispositif de suivi des délais de paiements inter-entreprises publiques et privées pour mieux appréhender la problématique. Un observatoire national a été créé par la suite s'appuyant sur BAM pour les données et les analyses», a assuré Jouahri.
Les enseignements de la crise
En tout cas, le wali de BAM a assuré que la lutte contre le financement du terrorisme, le blanchiment et l'évasion fiscale ont induit une forte volonté de renforcer la réglementation des activités financières. S'en est suivi un déluge réglementaire avec un accroissement des exigences, notamment vis-à-vis du secteur bancaire (Bâle III, IFRS, GAFI, FATCA, réglementation de l'UE…). Devant la complexité croissante de ces nouvelles réglementations, les Banques centrales doivent consentir un grand effort pour développer la capacité et l'expertise nécessaires pour assurer leur rôle de régulateur et de superviseur. «Au Maroc, nous avons opté pour une démarche participative et graduelle avec des tests et des évaluations d'impacts pour ne pas remettre en cause la solidité et la viabilité du système bancaire et son rôle dans le financement de l'économie», renchérit le wali. Pour conclure, Jouahri a assuré que les Banques centrales se retrouvent aujourd'hui dans une situation où elles sont appelées à poursuivre leurs missions traditionnelles et à en assumer de nouveaux non moins complexes. Leur expertise est sollicitée sur des problématiques loin de leurs champs d'intervention. Pour réussir, elles sont amenées à être proactive à travers le développement de leur capital humain, l'investissement dans leurs infrastructures, notamment d'information et de sécurité et l'adaptation de leur organisation et de leur gouvernance pour davantage d'efficience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.