CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni
Publié dans Les ECO le 21 - 05 - 2019

Face aux accusations qui fusent depuis les Assises de la fiscalité, l'Union nationale des professions libérales est réactivée afin de servir de plateforme de discussion avec la tutelle.
Les assises de la fiscalité ont été riches en controverses et la plus conséquente fut celle portant sur la contribution des professions libérales. Durant une journée d'étude organisée dimanche 19 mai par l'Union nationale des professions libérales qui regroupe 26 entités, notamment le syndicat des médecins du secteur libéral, l'ordre des notaires, l'ordre des experts comptables, le syndicat des avocats, les professionnels ont appelé à «la constitution d'un front uni au sein de l'UNPL en vue de préserver leurs activités et contribuer au développement socio- économique du pays».
Selon le président Jaouad Touzani, il s'agit de canaliser les énergies afin de renforcer le rôle de cette instance, qui apporterait des propositions concrètes consacrant l'ancrage et le mérite de ces professions en tant que service d'intérêt général contributif à forte valeur ajoutée». Et d'ajouter : «nous devons nous fédérer pour pouvoir répondre aux mutations mondiales mais avant cela organiser nos secteurs en concertation interprofessionnelle et avec les instances gouvernementales dédiées», a-t-il souligné, notant qu'en perspective d'une meilleure organisation et de plus d'efficience, l'UNPL s'est offert les services de consultants et d'experts dans tous les domaines.
Cette levée de boucliers est principalement due au fait que cette catégorie de professionnels est aujourd'hui publiquement pointée du doigt. Il faut dire que 50% des recettes des 3 impôts réunis (IR, IS & TVA) proviennent uniquement de 140 entreprises et que 73% des recettes proviennent de l'IR sur salaires contre 5% seulement de l'IR professionnel. La contribution moyenne d'un salarié est 5 fois plus importante que celle d'un professionnel et 3% des professionnels seulement paient 50% de l'IR professionnel.
Pour pallier, la DGI a retenu une approche qui «consiste à inciter les contribuables à s'inscrire dans une logique de conformité volontaire et souscrire des déclarations rectificatives conduisant à la révision des revenus déclarés de leur part». La déclaration en question doit refléter «la réalité des revenus issus de l'activité exercé». Dans ce sens, l'administration fiscale peut être amenée à demander des explications aux contribuables lorsque l'analyse des données révèle des irrégularités «notamment au niveau des éléments ayant une incidence sur la base d'imposition déclarée». En cas d'incohérences ou de discordances, l'administration peut demander, comme le stipule la loi, aux contribuables de rectifier les données et ceci à travers une déclaration rectificative. Pour faire adhérer les contribuables à la démarche de rectification, l'administration fiscale «envoie au contribuable une demande d'explication sur le caractère anormal d'un ou plusieurs éléments d'une déclaration ayant une incidence sur la base d'imposition déclarée», explique le document.
En outre, dans le but d'amener les contribuables concernés à régulariser spontanément, «il sera procédé à la relance des contribuables relevant de ces professions en les invitant à souscrire des déclarations rectificatives» selon un modèle que la DGI a rendu public.
Néanmoins, les professionnels ne veulent pas que tous les maux des recettes fiscales leur soient imputés. l'étroitesse de la base imposable ne découle pas seulement du comportement des acteurs économiques mais également de manière plus structurelle, des incitations fiscales qui perdurent dans le Code général des impôts sans une évaluation précise et périodique de leur impact économique et social, précisant que le coût annuel global du dispositif incitatif fiscal actuel est estimé à environ 30 milliards de dirhams (MMDH), soit près de 2,5% du PIB. L'approche d'encouragement des opérateurs économiques devrait être envisagée à l'avenir davantage à travers les dotations budgétaires plutôt qu'au moyen des exonérations fiscales relevant qu'aucun secteur et aucune activité ne doivent rester en dehors du champ de l'impôt. Le principe étant que tous les contribuables doivent déposer leurs déclarations même quand ils sont exonérés ou imposés au taux zéro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.