Emmanuel Macron aurait-il été espionné à son insu par le renseignement extérieur français ?    Affaire Pegasus : Mélenchon doute des accusations portées contre le Maroc    Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires    Affaire Pegasus: Le Maroc accuse    Affaire Pegasus : l'interview de Nasser Bourita avec Jeune Afrique    Position extérieure globale: une situation nette débitrice de 731,6 MMDH en 2020    Transparency Maroc critique l'adoption hâtive de la réforme fiscale et la juge "incomplète"    Fête du Trône: Plus de 80 pays au séminaire de l'ANU-Maroc    Maroc/Reste du monde: 685 milliards de DH de transactions commerciales en 2020    Balance des paiements: allégement du déficit du compte des transactions courantes de 62,3% en 2020    La démission du DTN ? S'agit-il vraiment d'un départ volontaire ?    Botola Pro D1 / 29ème journée / Acte1 : Une journée cruciale pour les relégables !    JO / Foot féminin : Les Pays-Bas sans pitié envers la Zambie (10 à 3)    La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sous haute surveillance sanitaire à Tokyo    L'AC Milan insiste toujours pour enrôler Hakim Ziyech    Tokyo 2020: suivez en direct la cérémonie d'ouverture (VIDEO)    Exclusif : Johnson & Johnson attendu samedi, deux millions de doses de Sinopharm reçues ce vendredi    Le ministère de la santé se désolidarise d'une brochure sur la Covid-19    Covid-19 : De nouvelles mesures restrictives sur fond d'inquiétudes    Covid-19 : le variant Delta à l'assaut du Maroc, 1 910 nouvelles infections recensées    Le Maroc reçoit de nouvelles doses du vaccin Sinopharm    Magazine : Khadija Alami, fée et gestes    Festival : Khouribga accueille son premier navet    Message du roi Mohammed VI au président Al-Sissi    Real Madrid: Karim Benzema positif au coronavirus    La Bourse de Casablanca démarre en légère hausse    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Pegasus. Les pseudos révélations ne valent rien    Qui sont nos 48 représentants aux JO ?    Canicules, vagues de chaleur : 4 fausses bonnes idées    Recrudescence des cas Covid et importance de la vaccination... le point avec Pr. Chakib Abdelfattah    France: une nouvelle loi antiterroriste adoptée    Automobile: fin des moteurs à combustion d'ici 2030, c'est l'engagement des constructeurs mondiaux    Agadir-Ida Outanane: des unités médicales mobiles au profit de la population rurale    Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»    Stylisme et cinéma au programme de la nouvelle édition du Journal des Arts (vidéo)    Liban : les ménages dépensent cinq fois le salaire minimum pour se nourrir (étude)    Affaire Pegasus. Bourita: « Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice en interne et à l'international »    Nouvelle manifestation contre le passeport sanitaire le 24 juillet en France    Inondations: Angela Merkel appelle à "accélérer" la lutte contre le changement climatique    [Interview avec Sonia Noor, chanteuse, guitariste et compositrice] Le patrimoine marocain, un trésor à préserver et à transmettre    L'AG de l'ONU adopte une résolution marocaine proclamant une journée internationale contre le discours de haine    Hajj 1442 : Les pèlerins effectuent la lapidation des « jamarat » pour le 2è jour de Tachriq    Le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Adha et procède au rituel du sacrifice    "Nektachfou Bladna"-Replay: La bonne humeur est garantie !    VIDEO// Abderrahmane Tazi parle de son film sur Fatema Mernissi sur Info Soir de 2M    Une cérémonie en présence de sa veuve Hélène : Le legs de Abderrahmane Youssoufi pour les générations futures    Le monde de la culture en deuil : Le penseur et écrivain Mohamed Sabila n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni
Publié dans Les ECO le 21 - 05 - 2019

Face aux accusations qui fusent depuis les Assises de la fiscalité, l'Union nationale des professions libérales est réactivée afin de servir de plateforme de discussion avec la tutelle.
Les assises de la fiscalité ont été riches en controverses et la plus conséquente fut celle portant sur la contribution des professions libérales. Durant une journée d'étude organisée dimanche 19 mai par l'Union nationale des professions libérales qui regroupe 26 entités, notamment le syndicat des médecins du secteur libéral, l'ordre des notaires, l'ordre des experts comptables, le syndicat des avocats, les professionnels ont appelé à «la constitution d'un front uni au sein de l'UNPL en vue de préserver leurs activités et contribuer au développement socio- économique du pays».
Selon le président Jaouad Touzani, il s'agit de canaliser les énergies afin de renforcer le rôle de cette instance, qui apporterait des propositions concrètes consacrant l'ancrage et le mérite de ces professions en tant que service d'intérêt général contributif à forte valeur ajoutée». Et d'ajouter : «nous devons nous fédérer pour pouvoir répondre aux mutations mondiales mais avant cela organiser nos secteurs en concertation interprofessionnelle et avec les instances gouvernementales dédiées», a-t-il souligné, notant qu'en perspective d'une meilleure organisation et de plus d'efficience, l'UNPL s'est offert les services de consultants et d'experts dans tous les domaines.
Cette levée de boucliers est principalement due au fait que cette catégorie de professionnels est aujourd'hui publiquement pointée du doigt. Il faut dire que 50% des recettes des 3 impôts réunis (IR, IS & TVA) proviennent uniquement de 140 entreprises et que 73% des recettes proviennent de l'IR sur salaires contre 5% seulement de l'IR professionnel. La contribution moyenne d'un salarié est 5 fois plus importante que celle d'un professionnel et 3% des professionnels seulement paient 50% de l'IR professionnel.
Pour pallier, la DGI a retenu une approche qui «consiste à inciter les contribuables à s'inscrire dans une logique de conformité volontaire et souscrire des déclarations rectificatives conduisant à la révision des revenus déclarés de leur part». La déclaration en question doit refléter «la réalité des revenus issus de l'activité exercé». Dans ce sens, l'administration fiscale peut être amenée à demander des explications aux contribuables lorsque l'analyse des données révèle des irrégularités «notamment au niveau des éléments ayant une incidence sur la base d'imposition déclarée». En cas d'incohérences ou de discordances, l'administration peut demander, comme le stipule la loi, aux contribuables de rectifier les données et ceci à travers une déclaration rectificative. Pour faire adhérer les contribuables à la démarche de rectification, l'administration fiscale «envoie au contribuable une demande d'explication sur le caractère anormal d'un ou plusieurs éléments d'une déclaration ayant une incidence sur la base d'imposition déclarée», explique le document.
En outre, dans le but d'amener les contribuables concernés à régulariser spontanément, «il sera procédé à la relance des contribuables relevant de ces professions en les invitant à souscrire des déclarations rectificatives» selon un modèle que la DGI a rendu public.
Néanmoins, les professionnels ne veulent pas que tous les maux des recettes fiscales leur soient imputés. l'étroitesse de la base imposable ne découle pas seulement du comportement des acteurs économiques mais également de manière plus structurelle, des incitations fiscales qui perdurent dans le Code général des impôts sans une évaluation précise et périodique de leur impact économique et social, précisant que le coût annuel global du dispositif incitatif fiscal actuel est estimé à environ 30 milliards de dirhams (MMDH), soit près de 2,5% du PIB. L'approche d'encouragement des opérateurs économiques devrait être envisagée à l'avenir davantage à travers les dotations budgétaires plutôt qu'au moyen des exonérations fiscales relevant qu'aucun secteur et aucune activité ne doivent rester en dehors du champ de l'impôt. Le principe étant que tous les contribuables doivent déposer leurs déclarations même quand ils sont exonérés ou imposés au taux zéro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.