Vaccin anti-covid: les dernières révélations de Khalid Ait Taleb    Dématérialisation/TGR : Un nouveau service à partir du 1er novembre    Le Conseil Supérieur des Oulémas rejette et dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions, à leur tête les Prophètes    Soutiens sans réserves au Plan d'autonomie au Sahara devant la IVème commission de l'ONU    Le Maroc, un important marché pour Emirates    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Afrique de l'Ouest : Difficile quête de paix dans un contexte de Covid-19    Présidentielle US : Trump se moque de Biden (vidéo)    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le message du Premier secrétaire adressé à l'ensemble des Ittihadies et Ittihadis    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d'accélérer l'ouverture des lignes aériennes »    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Le rachat des activités de Bombardier au Maroc enfin officialisé    Evolution du Coronavirus au Maroc : 2264 nouveaux cas, 199.745 au total, lundi 26 octobre à 18 heures    Port du masque : Plus de 624.000 contrevenants arrêtés entre 25 juillet et 23 octobre    Le MAE tchadien tacle le polisario depuis Rabat    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Redressement progressif des échanges commerciaux    Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Après Casablanca, cinq villes placées sous haute surveillance    Les folies d'Erdogan    Policy Center for the New South : « La Démondialisation », thème de la 9éme édition des Dialogues Stratégiques    Maroc/Eswatini : l'industrie et la santé au cœur de deux accords    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Que le livre et la lecture triomphent!    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Espagne. Un tableau de Picasso reproduit par Najat El Baz    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    France: le Conseil scientifique annonce des prévisions pessimistes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IR professionnel: Les avocats payeront jusqu'à 500.000 DH
Publié dans Albayane le 14 - 12 - 2018

Les avocats, sommés d'effectuer une déclaration rectificative pour la période allant de 2014 à 2017, sont désormais fixés. En effet, une grille tarifaire par tranches vient d'être mise en place pour leur donner plus de visibilité sur le montant à payer auprès du fisc.
Cinq tranches de l'impôt sur le revenu (IR) ont été arrêtées. Elles vont de 30.000 à 1 million de dirham. Partant de là, les robes noires devront payer entre 30.000 DH pour la première tranche et 500.000 DH pour la dernière tranche. Sachant que ces déclarations rectificatives devront être déposées sur la base du chiffre d'affaires et de l'impôt payé en 2017. L'opération devrait démarrer dès le 22 décembre au niveau des directions régionales des impôts. Si la démarche se veut volontaire, ceux qui ne régulariseront pas leur situation subiront des contrôles fiscaux pouvant déboucher sur des redressements, selon les lois en vigueur. L'idée est de limiter les écarts importants constatés entre les recettes de l'IR prélevée à la source et l'IR déclaré par les professions libérales.
D'ailleurs, les statistiques de l'administration fiscale révèlent que 75% de l'IR proviennent des retenus à la source sur salaires, tandis que le reste est collecté d'autres impôts dont l'IR professionnel. Ce qui explique la traque lancée par le fisc. En effet, les avocats figurent parmi d'autres professions libérales dont les revenus sont placés depuis quelques mois sous la loupe du fisc.
Début décembre, la Direction générale des impôts avait diffusé une note de service expliquant les motifs de régularisation de la situation fiscale des professions libérales par rapport à ce qu'ils ont payés sur les quatre dernières années (2014-2017). L'administration fiscale constate d'importantes discordances entre les éléments déclarés et les renseignements dont elle dispose. Une insuffisance manifeste des résultats déclarés par rapport à la nature de l'activité ou à l'évaluation des dépenses telles que définies dans l'article 26 du code général des impôts est également relevée. En les incitant à procéder à la déclaration rectificative, le fisc souhaite avoir une image plus claire des revenus.
L'approche retenue consiste à inciter ces contribuables à s'inscrire dans une logique de conformité volontaire et souscrire des déclarations rectificatives conduisant à la révision des revenus déclarés de leur part. Cette déclaration doit refléter la réalité des revenus issus de l'activité exercée. Après les avocats, le fisc compte s'attaquer à d'autres professions libérales comme les notaires. Rappelons que les médecins du privé ont été les premiers à ouvrir le bal en régularisant depuis le 10 décembre leur situation fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.