Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Le Polisario sur la sellette    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...
Publié dans Les ECO le 24 - 05 - 2019

Pour son huitième film, le prodige canadien livre un de ses meilleurs crus. Un film d'apparence simple qui pose des questions profondes à l'aube de ses 30 ans. «Matthias et Maxime» en compétition à Cannes a toutes les chances de remporter une Palme d'or...Détails.
«Est-ce que l'amitié est amour ?» peut être la question de ce film en compétition à Cannes. Une fresque aussi humaine que profonde sur l'amitié, l'amour, les questionnements. Ce n'est pas forcément à l'adolescence que les choix se font, que les orientations sexuelles se mettent en place. C'est ce que Xavier Dolan explique avec "Matthias et Maxime", deux amis de longue date, qui à cause d'un baiser de cinéma, vont se poser des questions. Lors d'un week-end à la campagne avec une bande d'amis vitaminée, les deux protagonistes se voient proposer un rôle dans le court-métrage de la petite sœur d'un des amis du groupe. Si Matthias, campé par le brillant réalisateur, accepte tout de suite, Maxime, joué par l'humoriste, Gabriel d'Almeida Freitas, est plus réticent. Ce sera d'ailleurs à l'issue d'un pari perdu que ce dernier se verra jouer dans le film. À partir de là, tout bouscule comme une certaine chanson de Céline Dion où les deux amis semblent murmurer inconsciemment : «Il est si près de moi pourtant je ne sais pas comment l'aimer». Un baiser de cinéma, le court-métrage à tourner est une scène de baiser qui va tout changer pour les deux amis. En effet, le réalisateur ne la montrera jamais, il coupe au moment du rapprochement puisque ce qui l'intéresse c'est l'«après». Comment ce baiser va affecter des vies ? Quand Maxime mène une vie rangée avec la femme de sa vie et un boulot gratifiant qui lui offre une promotion, Matthias décide d'aller vivre en Australie pendant deux ans. Le film se situe d'ailleurs à quelques semaines du départ de Matthias. Un tourbillon de sentiments brillamment orchestré par un Xavier Dolan qui montre un retour aux sources pour mieux grandir, mieux évoluer. «Ce film-là, sans être un amalgame de tous les autres était une occasion pour moi d'essayer autre chose, d'essayer d'explorer une autre part de moi-même. Dans les choix artistiques, c'est important de naviguer dans certaines zones», confie le réalisateur canadien en conférence de presse.
«On voulait faire un film plus pastel, visuellement plus neutre, plus doux, moins criard. J'avais envie, après 10 ans, de faire un film sur l'amitié. Il est transitoire. Il permet de boucler un chapitre de ma vie en jouant dans le film, en me propulsant dans ma trentaine, c'est-à-dire jouer. Réaliser moins, à un rythme plus sain aussi». Un film qui révèle certains changements dans la vie artistique de Xavier Dolan. Histoire d'amour avec Cannes est l'histoire d'amour ou d'amitié de Xavier Dolan. Après avoir raflé la Palme d'or pour «Juste la fin du monde» en 2016 et le Prix du jury pour «Mummy» en 2014. Pour ce film plus personnel où l'acteur se dévoile, il y a la présence de la mère, les disputes dans la cuisine, on parle fort, on rit fort, on aime fort. Trop même ou pas assez. «Cannes, c'est pour moi toutes sortes de sentiments : victoires, déceptions, rejets, des triomphes, des rencontres. Ça a été riche émotionnellement, intellectuellement. On fait toujours de nouvelles erreurs. On essaye de ne pas les répéter. On en fait d'autres», confie Xavier Dolan qui s'entoure de ses amis dans la vie pour tourner ce film sur l'amitié. Un film écrit pour les amis et non improvisé. On se vanne à la vitesse d'un match de ping-pong, on se charrie, mais on s'aime comme ça. «Pendant le tournage, on essayait de ne pas penser à Cannes parce que l'on savait que ça pouvait être possible, mais on ne voulait pas y penser avant que ce ne soit officiel. C'est tellement une chance de vivre cette montée des marches légendaires entre amis. Devant tous ces photographes, ces caméras, on se réfugie dans les yeux de ses amis parce que c'est là où on est le mieux, au fond. Ce qui est simple et beau, ce sont les amis», confie Pierre Luc Funk qui joue le rôle de Rivette. «L'art et le cinéma ont ce pouvoir de sauver des vies tellement on aime ça. Cela nous a suivi toute notre enfance, notre adolescence et de vivre cette expérience ensemble à l'âge adulte grâce à Xavier, est une chance», continue le Marocain Adib Alkhalidey qui joue Sharif, un des potes de la bande. Un film sincère, profond, beau et bouleversant sur l'amitié avant tout. D'une esthétique qui frôle le parfait, Xavier Dolan propose des plans qu'ils semblent sortir de son imaginaire, il filme ses acteurs avec douceur et grâce. Un film où les «copains d'abord» sont attachants où la vie rime avec amis, où l'amour est partout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.