L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...
Publié dans Les ECO le 24 - 05 - 2019

Pour son huitième film, le prodige canadien livre un de ses meilleurs crus. Un film d'apparence simple qui pose des questions profondes à l'aube de ses 30 ans. «Matthias et Maxime» en compétition à Cannes a toutes les chances de remporter une Palme d'or...Détails.
«Est-ce que l'amitié est amour ?» peut être la question de ce film en compétition à Cannes. Une fresque aussi humaine que profonde sur l'amitié, l'amour, les questionnements. Ce n'est pas forcément à l'adolescence que les choix se font, que les orientations sexuelles se mettent en place. C'est ce que Xavier Dolan explique avec "Matthias et Maxime", deux amis de longue date, qui à cause d'un baiser de cinéma, vont se poser des questions. Lors d'un week-end à la campagne avec une bande d'amis vitaminée, les deux protagonistes se voient proposer un rôle dans le court-métrage de la petite sœur d'un des amis du groupe. Si Matthias, campé par le brillant réalisateur, accepte tout de suite, Maxime, joué par l'humoriste, Gabriel d'Almeida Freitas, est plus réticent. Ce sera d'ailleurs à l'issue d'un pari perdu que ce dernier se verra jouer dans le film. À partir de là, tout bouscule comme une certaine chanson de Céline Dion où les deux amis semblent murmurer inconsciemment : «Il est si près de moi pourtant je ne sais pas comment l'aimer». Un baiser de cinéma, le court-métrage à tourner est une scène de baiser qui va tout changer pour les deux amis. En effet, le réalisateur ne la montrera jamais, il coupe au moment du rapprochement puisque ce qui l'intéresse c'est l'«après». Comment ce baiser va affecter des vies ? Quand Maxime mène une vie rangée avec la femme de sa vie et un boulot gratifiant qui lui offre une promotion, Matthias décide d'aller vivre en Australie pendant deux ans. Le film se situe d'ailleurs à quelques semaines du départ de Matthias. Un tourbillon de sentiments brillamment orchestré par un Xavier Dolan qui montre un retour aux sources pour mieux grandir, mieux évoluer. «Ce film-là, sans être un amalgame de tous les autres était une occasion pour moi d'essayer autre chose, d'essayer d'explorer une autre part de moi-même. Dans les choix artistiques, c'est important de naviguer dans certaines zones», confie le réalisateur canadien en conférence de presse.
«On voulait faire un film plus pastel, visuellement plus neutre, plus doux, moins criard. J'avais envie, après 10 ans, de faire un film sur l'amitié. Il est transitoire. Il permet de boucler un chapitre de ma vie en jouant dans le film, en me propulsant dans ma trentaine, c'est-à-dire jouer. Réaliser moins, à un rythme plus sain aussi». Un film qui révèle certains changements dans la vie artistique de Xavier Dolan. Histoire d'amour avec Cannes est l'histoire d'amour ou d'amitié de Xavier Dolan. Après avoir raflé la Palme d'or pour «Juste la fin du monde» en 2016 et le Prix du jury pour «Mummy» en 2014. Pour ce film plus personnel où l'acteur se dévoile, il y a la présence de la mère, les disputes dans la cuisine, on parle fort, on rit fort, on aime fort. Trop même ou pas assez. «Cannes, c'est pour moi toutes sortes de sentiments : victoires, déceptions, rejets, des triomphes, des rencontres. Ça a été riche émotionnellement, intellectuellement. On fait toujours de nouvelles erreurs. On essaye de ne pas les répéter. On en fait d'autres», confie Xavier Dolan qui s'entoure de ses amis dans la vie pour tourner ce film sur l'amitié. Un film écrit pour les amis et non improvisé. On se vanne à la vitesse d'un match de ping-pong, on se charrie, mais on s'aime comme ça. «Pendant le tournage, on essayait de ne pas penser à Cannes parce que l'on savait que ça pouvait être possible, mais on ne voulait pas y penser avant que ce ne soit officiel. C'est tellement une chance de vivre cette montée des marches légendaires entre amis. Devant tous ces photographes, ces caméras, on se réfugie dans les yeux de ses amis parce que c'est là où on est le mieux, au fond. Ce qui est simple et beau, ce sont les amis», confie Pierre Luc Funk qui joue le rôle de Rivette. «L'art et le cinéma ont ce pouvoir de sauver des vies tellement on aime ça. Cela nous a suivi toute notre enfance, notre adolescence et de vivre cette expérience ensemble à l'âge adulte grâce à Xavier, est une chance», continue le Marocain Adib Alkhalidey qui joue Sharif, un des potes de la bande. Un film sincère, profond, beau et bouleversant sur l'amitié avant tout. D'une esthétique qui frôle le parfait, Xavier Dolan propose des plans qu'ils semblent sortir de son imaginaire, il filme ses acteurs avec douceur et grâce. Un film où les «copains d'abord» sont attachants où la vie rime avec amis, où l'amour est partout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.