France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Vaccin anti covid-19 : L'OMS tente de freiner les ardeurs de la Russie    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Notre e-mag Challenge revient en début septembre    La «pandémie routière» fait 12 morts au nord d'Agadir    Troubles de l'érection. La solution existe    Alerte du ministère de l'intérieur: Attention aux FAKE NEWS    Cash Plus dématérialisée l'ouverture d'un compte de paiement    La Covid-19 impacte les comptes de Lydec    Finances locales : 3,7 milliards DH d'excédents générés par les collectivités territoriales à fin juin    Interconnexion électrique Maroc-Espagne : L'ONEE rassure sur une fuite d'huile    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Cours de change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Cyber-sécurité : Une transaction en ligne sur 50 était frauduleuse dans le secteur financier    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 au Maroc: l'Istiqlal déplore « l'improvisation du gouvernement »    Météo Maroc: le mercure va grimper jusqu'à 45 degrés ce mardi    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Bourita: Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    SM le Roi appelle à la vigilance, à la solidarité et au respect des mesures sanitaires    Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un mal pour un bien
Publié dans Les ECO le 13 - 11 - 2019

Il y a deux semaines, nous écrivions que pour l'article 9 du PLF 2020, il n'y a pas mieux qu'un juste milieu. Aujourd'hui, il apparaît clairement que majorité et opposition iront dans ce sens. Ainsi, il ne sera pas question de brandir l'article 9 pour opposer un niet à l'exécution des prononcés de jugement de saisies sur les biens publics mais plutôt d'en différer le paiement afin de protéger la continuité du service public dans des conditions normales.
À la différence du texte initial qui mentionnait le paiement des montants sujets de procès «quand le budget le permettra» sans aucun engagement, la nouvelle mouture fixe un délai maximum de trois années, ce qui reste un délai plus au moins correct et en tout cas préférable à un renvoi aux calendes grecques. C'est un compromis fort louable dans la mesure où il permet au gouvernement de sauvegarder son image et surtout son unité au vu des inter-divergences qui y ont éclaté à cause de cet article, et bien sûr c'est une formule qui ne discrédite pas le système judiciaire, lequel a fortement milité ces trois dernières années justement pour son indépendance.
Les péripéties de l'article 9 sont ainsi un cas d'école à dupliquer pour d'autres sujets de divergences afin de faire valoir l'intérêt général sans s'engager dans des bras de fer improductifs et le cas échéant qui tire tout vers le bas. On pourrait ainsi s'en inspirer dans le débat sur le Code pénal et sur les libertés individuelles sans donner une quelconque impression qu'il s'agit d'une guerre de tranchées. Le Maroc se trouve surtout face à un grand débat de société sur le nouveau modèle de développement et c'est là où toutes les énergies, les propositions, les visions...doivent être déployées sans modération. Le projet final sera alors enrichi de la diversité des horizons qui y auront apposé leurs empreintes. Une diversité qui ressemble à la société marocaine. Finalement, l'article 9 aurait été un mal pour un bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.