Aziz El Fekkaki : « J'encourage les jeunes à intégrer les partis politiques »    Crédits bancaires : Plus de 936 milliards de dirhams alloués à fin août    Edito : Made in Morocco    27ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad corrige l'OCS et devient le nouveau dauphin    PSG-OM : Neymar échappe aux sanctions    Royal Air Maroc : Un test PCR de moins de 72h désormais suffisant pour les passagers    Rabat : une école publique refuse l'accès à une professeure d'amazigh    UEFA: le public de retour en compétitions européennes, mais sous conditions    Espagne: Karima Benyaich rencontre le maire de Madrid    Marché public remporté par la même entreprise : L'administration pénitentiaire s'explique    Champions League: voici les résultats du tirage au sort (phase de poules)    Casablanca: prolongation des restrictions, sauf pour les écoles    Compteur coronavirus : 2.391 nouveaux cas et 35 décès en 24H    La liste de Halilhodzic. Première cape de Munir El Haddadi    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    Préparatifs pour la tenue de la prochaine session de la Commission mixte Maroc-Russie    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Un policier soupçonné d'escroquerie    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Reprise. Les PME naviguent à vue    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    Recettes non fiscales: Amélioration accentuée par la privatisation en 2019    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Incertitude. La BERD revoit à la baisse ses prévisions    Préférence nationale : l'engouement mitigé de nombre d'industriels    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Google investit dans la presse mondiale    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Vaccins anti-covid: la France à la recherche de 25.000 volontaires    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rêves brisés
Publié dans Les ECO le 15 - 11 - 2019

L'ascenseur social commence avec la suppression des «barrières» que rencontrent les lauréats de l'enseignement supérieur, privé comme public. Et si ce dernier est souvent la cible de critiques acerbes, le privé n'est pas en reste, se révélant pire dans certains cas. Prenons l'exemple du métier d'avocat où l'on impose un ticket d'entrée, non des moindres. Quand un lauréat veut revêtir la robe noire et intégrer le barreau, il doit d'abord passer à la caisse et débourser pas moins de 100.000 DH pour y accéder. Incroyable mais vrai. Cela veut tout simplement dire que cette barrière empêche l'ascenseur social de fonctionner et ne permet pas aux lauréats issus des couches sociales les plus défavorisées d'accéder à cette profession.
Que faut-il en déduire ? Faut-il y voir une forme de ségrégation ? Ce n'est sûrement pas le cas. Est-ce pour des motifs purement financiers ? L'Ordre des avocats du Maroc a certainement ses raisons, mais quelles qu'elles soient, le volet social et les valeurs de solidarité doivent primer. L'histoire du Maroc a, à plusieurs reprises, vu des avocats endossant de très hautes fonctions de l'Etat: Premiers ministres, présidents du Parlement, ministres, et autres postes de commis de l'Etat...La majorité de ces illustres personnalités sont issues de couches populaires qui, à l'époque, n'auraient pu accéder à cette noble fonction s'il y avait eu cette barrière pécuniaire. Une bonne partie est -ou était- formée de bâtonniers et hauts responsables aux différents barreaux du royaume. Comment peuvent-ils imposer ce ticket d'entrée qui condamne des milliers de Marocains à laisser de côté leur ambition de devenir avocat ? Et combien de rêves sont brisés à cause de cette mesure ? J'ose espérer une révision de cette barrière à l'entrée, qu'il s'agisse d'une suppression pure et simple, ou d'une formule qui ne ferme pas définitivement la porte aux plus démunis.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.