Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles
Publié dans Les ECO le 16 - 11 - 2019

«L'avenir de l'Europe est au Sud» est l'intitulé du dernier livre de l'ancien ambassadeur et ex-secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UpM), Fathallah Sijilmassi présenté, jeudi à Bruxelles, dans le cadre de ses activités académiques.
Cet ouvrage est édité en collaboration avec le prestigieux think tank Center for European Policy Studies (CEPS) et l'association euro-méditerranéenne des Economistes (EMEA).
Il s'agit d'une contribution à l'analyse des nouveaux paramètres dans lesquels évoluent aujourd'hui les relations euro-méditerranéennes en tenant compte des évolutions observées au sein de l'Union Européenne, de la région méditerranéenne, de l'Afrique et, d'une manière plus générale, du monde.
Dans son ouvrage, qu'il a présenté au siège du CEPS, Fathallah Sijilmassi défend l'idée selon laquelle l'Union Européenne devrait adopter une nouvelle vision pour ces relations avec son voisinage méditerranéen et Africain, rappelant fort justement que la Méditerranée est également une mer africaine.
Près de 25 ans après le lancement du Processus de Barcelone en 1995 et plus de 10 ans après celui de l'UpM, la Méditerranée n'est quasiment plus présentée en Europe que sous l'angle des problèmes sécuritaires auxquels elle est confrontée, estime l'auteur, relevant que le fait de limiter cette région à la seule gestion d'un agenda négatif serait une erreur et une injustice faite à des millions de personnes engagées chaque jour dans une action volontaire, positive et collective.
Et s'il fallait voir les choses autrement ? s'interroge l'auteur dans ce livre préfacé par l'ancien ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine.
La Méditerranée n'est pas un problème. C'est une formidable opportunité soutient l'auteur, notant qu'il faut oser un agenda positif pour la région et pour l'ensemble de l'Afrique. Car un agenda positif pour la Méditerranée et pour l'Afrique est un agenda positif pour l'Europe puisque l'avenir de l'Europe est au Sud.
Dans le cadre de son analyse, Sijilmassi met notamment en évidence, la place particulière et centrale du Maroc, qui, sous l'impulsion du Roi Mohammed VI, est un acteur fondamental pour la définition de l'avenir des relations de l'Union européenne avec les pays du Sud.
Il précise à ce sujet que « c'est avec le Maroc que l'Union Européenne réussira ou non sa politique au Sud » eu égard aux nombreux exemples donnés par l'auteur de réalisations marocaines au niveau national, de ses relations avec l'UE, de son engagement méditerranéen, ainsi que sa stratégie dynamique de coopération renforcée Sud-Sud en Afrique.
Lors du débat ayant suivi la présentation de l'ouvrage, Michael Koehler, directeur général adjoint de la direction de la protection civile et des opérations d'aide humanitaire européennes, s'est dit convaincu que la Méditerranée restera dans l'agenda de l'Europe, à la fois politiquement et financièrement, notant que le problème actuel n'est pas celui des ressources mais de la capacité des gouvernements à travailler pour trouver des solutions et utiliser efficacement les financements de coopération disponibles.
Il plaide pour une coopération thématique axée sur des questions liées, entre autres, à l'éducation ou encore le changement climatique, en insistant sur l'impératif de faire une narration positive des success stories en la matière.
Abondant dans le même sens, Rym Ayadi, directrice du Réseau euro-méditerranéen des études économiques et présidente de l'Association Euro-méditerranéenne des Economistes a souligné l'importance de promouvoir un agenda positif de la coopération euro-méditerranéenne en développement une approche pragmatique qui va au-delà de la perception négative de la migration, celle-ci devant être un facteur de développement, partageant en cela l'analyse de Fathallah Sijilmassi qui considère que le futur de l'Europe est dans le sud de la Méditerranée.
La présentation de l'ouvrage s'est déroulée en présence d'un parterre de diplomates, d'acteurs politiques, de chercheurs et de représentants de médias européens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.