Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réussir les réformes...

Le Maroc entame une audacieuse réforme constitutionnelle. Elle incarne une volonté de changement en vue d'ancrer le royaume dans la modernité. Qu'elle émane d'aspirations citoyennes avérées ou de bouleversements caractérisant notre environnement tant régional qu'international, cette volonté de réforme augure d'une nouvelle ère. Elle ambitionne le renforcement de la pratique démocratique, afin d'en faire un des vecteurs importants du développement du pays. La réforme constitutionnelle annoncée rappelle les fondements et les vastes chantiers à entreprendre, à l'instar de la consolidation de l'Etat de droit, l'instauration d'une justice indépendante et la rationalisation des institutions... Certes, il est question d'un programme audacieux et historique, toutefois demeure une problématique de fond tributaire de la mise en œuvre et de l'efficience de ce projet à caractère multidimensionnel. La prise en compte de sa logique d'ensemble et de ses «incontournables» est cruciale. Et ce, dans le cadre d'une vision de société, à contours lisibles et à déclinaison exhaustive dans toutes ses composantes.
En effet, le véritable défi est de parvenir à un modèle rassembleur qui puisse unir et fédérer les forces vives de la nation. Particulièrement, celles amenées à jouer le jeu de l'entière démocratie en se détournant de toute pratique atteignant la dignité, la justice et la paix sociale. Indubitablement, le succès d'une refonte institutionnelle ne dépend pas que de la bonne volonté du haut sommet de l'Etat ou de textes décrétés mais aussi de leur exécution, de l'implication des acteurs économiques, politiques et de ceux de la formation et de l'intégration sociale des citoyens. Généralement, dans les processus de démocratisation, la priorité est donnée aux libertés civiles et politiques alors que les problèmes d'égalité et de justice sociale sont relégués au second plan. Parvenir à mettre fin aux atteintes à certaines libertés, sans pouvoir garantir les droits fondamentaux d'une population exclue de toute participation sociale et du développement économique demeure, inévitablement, un véritable handicap. La réforme démocratique est irréversible. Souvent dans les premières phases des processus de démocratisation, les Etats tendent à privilégier la restauration des droits civils et politiques. Nouvellement acquis, ces droits sont une source de légitimité. Cependant, si les droits économiques et sociaux n'accompagnent pas cette restauration, l'enthousiasme initial s'efface, pour muer en foyers de tensions et d'instabilité sociale. Ainsi, il est important que l'esprit de la réforme tienne compte de la réduction des inégalités et de la pauvreté, de la nécessité d'amélioration de l'éducation, de la santé tout en permettant un accès généralisé à des conditions de vie digne. Les réformes ne peuvent aboutir sans cette «harmonie d'ensemble» garante de l'animation de la vie démocratique et de sa solvabilité. Elle se cristallise par des institutions crédibles et agissantes, par le non accaparement du pouvoir par des groupes restreints et «privilégiés». En effet, la «désincorporation» du pouvoir, qui est l'essence de la démocratie, exige que la conquête de celui-ci ne passe que par le recours à des élections transparentes, par un jeu d'alternance et de valorisation des principes de l'éthique et de la méritocratie.
Par ailleurs, la définition des rôles de fonctionnement, le respect de la souveraineté des institutions, notamment celles du système judiciaire, du rôle et de la place de la justice dans la société sont incontournables. De même pour l'exécutif qui ne peut se concevoir sans élaboration et exécution de politiques publiques ; pour le Parlement composé d'élus de la nation, votant les lois et contrôlant l'exécution de ces mêmes politiques publiques... Comment aussi concevoir une démocratie entière et responsable sans rappeler cette notion du niveau de formation et d'intégration des citoyens dans le jeu démocratique ; sans relever cette question lancinante de l'existence de partis politiques autres que des instruments de conquête du pouvoir... du rôle d'une presse participant à la diffusion de la culture démocratique ; de l'émergence d'une élite contribuant à l'avancée de tous les secteurs de la vie sociale ? Effectivement, la réforme démocratique ne se conçoit pas, en termes d'aboutissement, sans préalables et sans conditions. Toutefois, elle demeure irréversible pour notre sérénité et pour notre évolution sociale. Elle s'installe quand «les ressources du pouvoir sont si largement réparties qu'aucun groupe n'a la capacité de supprimer ses adversaires ni de maintenir illégalement son hégémonie».
Mounir Ferram
Directeur de recherches
et professeur universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.