Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Madagascar. La vanille, cette précieuse épice    Kenya. De moins en moins d'adeptes aux abonnements téléphoniques    Zimbabwe. Des mesures face à l'inflation    Argan : les ambitions du Maroc déclinées dans un nouveau contrat programme    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    D'après le PDG d'Exxon Mobil, toutes les voitures neuves particulières vendues en 2040 seront électriques    Tennis : Après les championnats d'Afrique des U14 et U16...Nos garçons se qualifient pour les championnats du monde !    Clôture du Gnaoua Festival Tour qui a fait vibrer 120 000 festivaliers    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Botola Pro D1 28ème journée/ HUSA-RCA (2-3) : Le Hassania en danger, une toute, toute, toute petite lueur d'espoir du Raja !    La pastèque : Le fruit d'été aux mille et une vertus    Douleurs & ballonnements : Des automassages pour soulager son ventre    L'épidémie de la variole du singe n'est pas actuellement une urgence de portée mondiale (OMS)    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Les températures attendues ce dimanche 26 juin 2022    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    Covid-19 : 3.235 nouveaux cas et un décès ce 25 juin    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le RNI à la croisée des chemins
Publié dans Les ECO le 22 - 03 - 2011

En politique, trop de patience peut être considéré comme une faiblesse, alors que l'opportunisme s'avère souvent comme une qualité. Tout est question de bon dosage. Salaheddine Mezouar, président du RNI, présente toutes les caractéristiques d'un homme politique qui veut aller vite, voire trop vite. Profiter d'une conjoncture très favorable pour mener des ruptures profondes, voilà ce qu'il tente de réaliser au sein du Rassemblement des indépendants. Sa première grande bataille, qui l'a propulsé à la tête du parti lui a donné des ailes et lui a ouvert des horizons insoupçonnables. Et comme on dit, l'appétit vient en mangeant. Finie donc, l'ère de l'apprentissage. Mezouar veut marquer son territoire et surtout sortir le grand jeu. À la manière d'un Premier ministre, diront certains.
Vive la communication !
D'autant que l'environnement s'y prête, pour ne citer que les marches pacifiques des jeunes appelant à des réformes politiques, socioéconomiques... et le dernier discours du Souverain, annonçant le projet de refonte de la Constitution.
Comment donc marquer des ruptures au sein d'un parti où les résistances ont toujours la peau dure ? La communication, pour commencer. Ces dernières semaines, les équipes RP de Mezouar ont bien retroussé leurs manches. Elles ont concocté toute une campagne pour donner du crédit à ces grandes annonces vis-à-vis de l'opinion publique. La semaine écoulée, le président du RNI nous a gavé d'interviews pour expliquer et réexpliquer son projet de réforme. Le fait qu'il prenne l'initiative d'avancer la date du prochain congrès et de l'annoncer sur les colonnes de la presse sans consulter les organes du parti n'a pas fait que des heureux au sein de cette formation politique. Cela en dit long sur le malaise ambiant au sein de ce parti qui siège au gouvernement. Pour un électrochoc, on peut dire que Mezouar a bien réussi son coup. On doute bien qu'il s'est concerté, auparavant, avec ses amis au sein du groupe réformateur du RNI, avant de lancer sa campagne. Interrogés, des membres du parti ne semblent pas être convaincus par le bien-fondé de la démarche de Mezouar. «Ses sorties publiques ne donnent pas encore d'idée claire sur le fin fond de son projet de réforme. Bref, c'est de la littérature plus qu'autre chose», confient-ils. En tout cas, le patron du RNI cherche à créer une nouvelle dynamique en profitant au maximum des nouvelles donnes politiques. Pour l'heure, on ne palpe pas encore la nature de son projet. En fin homme politique, il ne dévoile pas toutes ses cartes. Dans son entourage proche, on avance qu'il a l'ambition de reconfigurer le parti, afin qu'il soit en phase avec l'évolution de la société marocaine. Un grand challenge qui ne fait pas peur à Mezouar. Pour des observateurs avisés du paysage politique, la carrière du président du RNI ne fait que commencer. Il a de nombreux atouts qui font de lui un candidat très sérieux à la Primature. Tout dépendra maintenant de l'issue du prochain congrès du parti. Quant aux alliances futures, Mezouar évoque surtout l'Union constitutionnelle. Il reste attaché à ses «amis» politiques, même si certains font aujourd'hui l'objet de critiques virulentes de la part de la rue marocaine.
«C'est maintenant ou jamais !» : Mbarka Bouaïda, Membre du Conseil national du RNI.
Les Echos quotidien : Salaheddine Mezouar a pris tout le monde de cours en avançant la date du prochain congrès du RNI. Est-ce une tentative de débloquer une situation de malaise au sein du parti?
Mbarka Bouaïda : Oui... le RNI vit une situation de blocage. Dans la configuration actuelle, on ne peut plus avancer. Le bureau politique fait preuve de beaucoup de résistance et n'adhère pas aux différentes actions réformatrices. Le RNI a besoin de changement sinon il risque de s'isoler. Il faut donc aller vite.
Quels sont les enjeux du prochain congrès?
Le RNI est un parti dynamique, mais qui n'a pas encore trouvé son chemin. Pour moi, le prochain congrès constitue une chance historique pour franchir un cap décisif dans la vie du parti. Et c'est maintenant ou jamais ! Si le RNI rate ce rendez-vous, il le paiera très cher.
Les marches du Mouvement du 20 février, le discours royal du 9 mars... aujourd'hui, les partis sont dos au mur. Sont-ils à la hauteur des nouvelles échéances?
Le plus grave dysfonctionnement dont souffrent les partis, c'est la lenteur dans la réaction et l'action. Plus que jamais, la scène politique marocaine a besoin de cohérence. C'est là une grande équation qui ne peut être résolue que par les regroupements et dépasser les débats politico-politiciens. Il nous faut plus de transparence et des programmes politiques qui répondent aux besoins réels. Bien avant, un chantier primordial doit être mené à savoir la réforme de la loi sur les partis.
Vous êtes considérée comme la coqueluche du RNI. Avez-vous déjà pensé à changer de couleur politique?
Je crois au RNI et à son avenir. J'ai pris la décision de me consacrer entièrement à la politique et pour l'heure, je ne m'ennuie pas. J'essaie d'apporter ma contribution dans les réflexions sur des chantiers qui me tiennent à cœur, pour ne citer que la promotion de l'emploi et la création d'entreprises. Pour répondre à votre question, je ne vois pas d'autres partis qui pourraient m'intéresser.
PAM, PJD, USFP, Istiqlal, USFP, PPS... qu'en pensez-vous?
Le PAM, on pouvait l'éviter. Quant au PJD, il m'a déçu dans la mesure où son projet n'est pas clair. Pour ce qui est de l'Istiqlal, l'USFP et le PPS, je dirais qu'ils n'ont pas d'actualité.
Vous dites qu'il faut exercer la politique comme un métier...
C'est ma conception de la politique. Bien évidemment, il faut un sens de l'engagement et pour ma part je n'ai pas d'enjeux particuliers en exerçant la politique. Les partis marocains ont besoin de management et de profils spécialisés dans plusieurs domaines. Je crois que dans la politique, il faut aussi se spécialiser en s'attaquant à des domaines précis. L'objectif étant d'être plus efficace.
Allez-vous vous représenter aux prochaines élections?
A vrai dire, je ne me suis encore décidée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.