Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Dédiée aux entreprises : inwi lance sa solution souveraine de communications unifiées    Le Groupe Dakhla Attitude primé «Meilleur opérateur de la région»    Fibre optique: Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Le Maroc rejoint l'indice obligataire Bloomberg de la BAD    Casablanca: Reprise du trafic du tramway au niveau du centre-ville    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que coûtent les violences physiques et sexuelles par victime (HCP)
Publié dans Le Site Info le 27 - 11 - 2020

Le coût moyen des violences physiques et sexuelles s'élève à 957 dirhams par victime durant la période allant de février à juillet 2019, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
Le HCP, qui vient de publier les résultats relatifs au coût économique de la violence à l'encontre des femmes et des filles, tirés de l'enquête nationale sur la violence à l'égard des femmes et des hommes de 2019 qui a été menée entre février et juillet 2019 avec l'appui de l'ONU-Femmes au Maroc, a indiqué que parmi l'ensemble des femmes victimes de la violence physique et/ou sexuelle, tous contextes confondus, 22,8% ont dû supporter, elles ou leurs familles, des coûts directs ou indirects de la violence de 2,85 milliards de dirhams (MMDH). La part du milieu urbain dans le coût économique global de la violence est de 72%, contre 28% au milieu rural, relève la même source, notant que le coût moyen supporté par les victimes citadines (1000 DH/victime) est plus élevé que celui des victimes rurales (862 DH/victime).
Les coûts directs constituent la majeure partie du coût économique global avec une part de 82% contre seulement 18% pour les coûts indirects, précise le HCP, ajoutant que l'espace conjugal s'accapare, à lui seul, plus des deux tiers du coût global de la violence avec une part de 70%, suivi des lieux publics avec 16% et du contexte familial avec 13%.
S'agissant des formes de violence, près de 85% du coût global concerne la violence physique et 15,3% la violence sexuelle, indique-t-il, soulignant que près de 70% du coût direct de la violence est attribué aux violences conjugales et 43% aux dépenses de santé.
Ladite enquête fait aussi ressortir que le coût direct total de la violence est estimé à 2,3 MMDH pour les victimes de la violence physique et/ou sexuelle qui ont effectué des dépenses (20%) suite à l'ensemble des incidents de violence les plus graves subis au cours des 12 mois précédant l'enquête. Près de 85% du coût direct de la violence est lié aux violences physiques et 15% aux violences sexuelles.
La violence à l'encontre des femmes en milieu urbain engendre, pour les victimes et leurs familles, 1,73 MMDH contre 601 millions de dirhams (MDH) en milieu rural. Le coût supporté par les citadines représente près des trois quarts du coût direct global de la violence à l'encontre des femmes (74,2%).
Par ailleurs, le HCP fait savoir que le coût indirect supporté par 8% des victimes de violence physique et/ou sexuelle, au cours des 12 mois précédant l'enquête, est estimé à 517 MDH (326 MDH en milieu urbain et 190,8 MDH en rural). Près de 84% des coûts indirects sont attribués aux violences physiques (434 MDH). Le contexte conjugal représente 68% du coût indirect global suivi par les lieux publics (18%) et le contexte familial (11%).
Sur les lieux publics, 16,2% des femmes violentées ont effectué des dépenses directes et indirectes estimées à 448 MDH, au cours des 12 mois précédant l'enquête, dont 358,5 MDH sont dus à des actes de violence physique (80% du coût total) et 98,2 MDH à des actes de violence sexuelle (20%).
Le coût direct total des incidents de la violence physique et/ou sexuelle dans les lieux publics survenus au cours des 12 mois précédant l'enquête, pour les 15% des femmes ayant effectué des dépenses, s'élève à 356 MDH, 80% du coût total.
Plus de la moitié de ce coût (52%) est liée au remplacement ou à la réparation des biens endommagés. Les dépenses liées aux soins de santé représentent 29% et celles liées au recours aux services juridiques et judiciaires 19%.
Les incidents de violence physique et/ou sexuelle dans les lieux publics ont engendré, pour 6,3% des victimes, un coût indirect de 91,6 MDH dont 75% sont dus à la perte des jours de travail rémunéré des victimes et de leurs conjoints.
Les données fournies par l'enquête de 2019 ont permis d'estimer, pour la première fois au Maroc, le coût monétaire de la violence à l'encontre des femmes et des filles, se rapportant spécifiquement aux coûts directs et indirects de cette violence supportés par les individus et leurs ménages dans tous les espaces de vie et pour les formes de violence physique et sexuelle au cours des 12 mois précédant l'enquête.
Les coûts tangibles directs de la violence à l'encontre des femmes et des filles comportent les dépenses effectuées pour accéder aux différents services (Santé, Justice et Police), pour l'hébergement et pour le remplacement des biens endommagés. Les coûts tangibles indirects se rapportent au coût d'opportunité comprenant la perte de revenus due à l'absentéisme au travail rémunéré, aux travaux domestiques et à l'enseignement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.