Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Casablanca: la Fédération Marocaine du Commerce en Réseau voit le jour    Bureau d'ordre digital: Ça commence à prendre    SMI portée par la hausse du cours de l'argent    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Vidéo – Le Maroc fera entendre sa voix à la 1ère Assemblée générale des Nations Unies se tenant à distance    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Coronavirus: nouveau record de guérison au Maroc    Covid/Données personnelles: Fuites sans suite...    inwi money lance la réception du transfert international    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Mohammadia: des mesures restrictives pour affronter la prolifération du Covid-19    Fès : saisie de plus de 5 000 bouteilles de boissons alcoolisées    Casablanca: un individu interpellé pour trafic de psychotropes    Tanger: le lycée Regnault fermé pour 14 jours    Premier League: Liverpool mate Chelsea    Les professionnels du tourisme décidés à passer à l'offensive pour la reprise du secteur à Marrakech    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Les poudres et liquides saisis lors de l'opération antiterroriste du 10 septembre servent à la fabrication des explosifs    Karima Benyaich : S.M le Roi a inscrit l'approche genre au centre des priorités de la consolidation de l'Etat de droit    Jawad Yamiq proche du Getafe    Le Real Madrid manque sa rentrée    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Préfecture de Marrakech : généralisation de l'enseignement en alternance à partir de ce lundi    Un rapport accablant du ministère public    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Secteur de l'automobile : la courbe des exportations se redresse progressivement    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soufisme Les raisons d'une rupture
Publié dans Le Soir Echos le 01 - 08 - 2010

Faouzi Skalli était l'invité de la Villa des Arts de Rabat mardi 31 août. Le temps d'une conférence sur le soufisme et société. Ce docteur d'Etat en anthropologie et spécialiste du soufisme a évoqué plusieurs thèmes en relation avec cette philosophie. La spiritualité peut-elle générer une pensée nouvelle, un nouvel art, une nouvelle poésie? La
spiritualité est-elle la voie d'un accomplissement essentiellement personnel ou peut-elle indiquer aussi le chemin d'une transformation collective ? A ces questions Faouzi Skalli a apporté des éléments de réponse. Pour cet écrivain et aussi directeur du festival de la Culture Soufie de Fès, il y a aujourd'hui un regain d'intérêt envers cette philosophie. Mais Faouzi Skalli ne nie pas, par ailleurs, qu'il y a eu à un certain moment une rupture avec le soufisme. «Des pans entiers de l'histoire du Maroc ont été profondément imbibés de soufisme, cette philosophie était omniprésente partout : dans le code de la vie, les valeurs, l'éducation ; mais avec l'arrivée de nouvelles générations il y a eu une rupture avec ces traditions», déclare Faouzi Skalli dans des propos au Soir échos. Il considère qu'il y a eu à un moment donné une sorte de rupture dans la transmission du soufisme et les raisons qui expliquent cette situations sont multiples. «C'est un phénomène mondial, dû à la globalisation, tout le monde était poussé à croire que l'aspect matériel est le seul apte à résoudre tous les problèmes et qu'on ne peut pas vivre sans ressources» souligne-t-il avant
d'argumenter : «Mais cette conception est fausse puisque la richesse spirituelle est très importante ». Pour rééquilibrer la donne et motiver les sociétés à s'intéresser davantage au soufisme il faut, selon Faouzi Skalli, établir une matrice culturelle. «Très peu de gens savent en réalité ce qu'est le soufisme, c'est pourtant un patrimoine de la pensée universelle qui serait dommage de négliger et d'occulter», déclare-t-il avant de souligner : « C'est bien de connaître les autres cultures, mais c'est quand même aberrant de faire références à des penseurs occidentaux par exemple et d'oublier les grands penseurs soufis comme Roumi et Omar Khyam» .
Faouzi Skalli croit dur comme fer que le soufisme n'est pas une question personnelle mais doit servir à façonner et à sculpter la société. «Pour y arriver, il faut tout d'abord prendre conscience de ces valeurs et s'intéresser aux lieux de transmission de ces connaissances sur le soufisme» ajoute Faouzi Skalli. Durant son intervention à la Villa des Arts, cet anthropologue a également évoqué comment le soufisme pouvait inspirer une pensée politique. «Je précise, il ne s'agit pas de politique partisane, mais c'est de politique citoyenne dont je parle. N'importe qui doit être impliqué», conclut Faouzi Skalli. Si le soufisme devient aujourd'hui une mode en Occident, les pays orientaux et maghrébins ont tendance à délaisser cette philosophie. Faouzi Skallli possède, quant à lui, un avis moins tranché à ce sujet, mais pense qu'il y a, petit à petit, un regain d'intérêt même s'il faut entreprendre davantage d'efforts dans la transmission du soufisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.