Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lettres et journaliers d'Isabelle Eberhardt en 1923
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2010

On trouve en livre de poche, Nomade j'étais : les années africaines d'Isabelle Eberhardt par Edmonde Charles-Roux, laquelle publia Un désir d'orient, la jeunesse d'Isabelle Eberhardt 1877-1899 chez Grasset en 1988.
Anthropologue de formation, Eglal Errera a donné en 1987, aux éditions Actes Sud, une présentation et des commentaires minutieux et fervents aux lettres et journaliers d'Isabelle Eberhardt. Les éditions Liana Levi avaient un an auparavant réédité le roman Yasmina. Dans cet ouvrage, celle qui se fit appeler Mahmoud racontait l'amour impossible d'un officier français et d'une jeune Arabe, longtemps avant que Montherlant n'en fasse le sujet de La Rose de sable.
Isabelle Eberhardt fut inhumée le 27 octobre 1904 au cimetière musulman d'Aïn Sefra dans le sud oranais, région «pacifiée», comme ils disent, par Lyautey, lequel saluait en cette aventurière lettrée… «un réfractaire» !
Isabelle Eberhardt n'avait publié que des nouvelles et des reportages. Mes journaliers parut en 1923. Eglal Errera nous dit qu' «aujourd'hui, près d'un siècle après Aïn Sefra, les manuscrits d'Isabelle portent encore quelques traces de boue. Ils ont pour nous autant de prix qu'ils en ont eu pour d'autres. Ils demeurent aussi neufs que jadis. Ils disent sept années de la vie d'une femme, depuis son arrivée en Algérie en mai 1897, à l'âge de vingt ans, jusqu'à sa mort».
Née à Genève en 1877, d'origine russe et juive, Isabelle Eberhardt se fera musulmane et, de fait, algérienne. Si elle écrivit en français les textes qu'on lit encore aujourd'hui, elle ne s'en livra pas moins à une étude presque gourmande de la langue arabe.
Par des transformations vestimentaires et l'adoption de multiples patronymes, elle cherchait à pénétrer l'identité de l'autre, selon Victor Barrucand qui donna en 1906, chez Fasquelle, des Notes sur la vie et les œuvres d'Isabelle Eberhardt.
Les textes recueillis sont d'une sensitive. Lorsqu'elle décrit un automne dans le Sahel tunisien et note que «Seyada est perdue au milieu des oliviers, coupés de haies de cactus, hérissés de dards, impénétrables, sauf pour les chacals et les rôdeurs bédouins», la voici aussitôt qui vante la réputation de beauté des filles en citant les jeunes hommes disant : «Celui qui, une fois, respire l'air salé de la mer à Seyada et le parfum capiteux de ses filles en oublie le sol natal».
Isabelle se voulut participante d'une admiration valant appartenance. Cette passion pour la terre d'Islam, l'errante, sujette russe et musulmane, l'éprouvait avec une exaltation bien différente de l'attitude coloniale.
Les textes publiés par Eglal Errera ont une valeur documentaire qui n'a pas faibli. Ainsi, par exemple, Visite à Lalla Zeyneb, la «maraboute». Les polémiques autour de la personnalité d'Isabelle Eberhardt ne manquèrent pas. Jusque dans La Petite Gironde dont l'envoyé spécial en Algérie accuse l'auteure des Journaliers d'activités anti-françaises. Ce que nous appelions conversion, voilà ce qu'en dit Isabelle Eberhardt dans une lettre rectificative à La Petite Gironde. «Fille de père sujet russe musulman et de mère russe chrétienne, je suis née musulmane et n'ai jamais changé de religion». Ainsi, le « cas » Eberhardt, successivement éclairé et obscurci, n'en finit-il pas de s'aggraver de mystère puisqu'Isabelle naquit «bâtarde» et semble avoir fait bon marché de toutes les précisions biographiques, comme si, parlant d'elle-même, elle donnait la parole à une troupe d'hétéronymes.
Promeneuse avide de prodiges, elle nous fait pénétrer dans des lieux de culte musulman ou dans le mellah de Figuig.
Il n'est pas si étonnant que cette observatrice passionnée ait trouvé un siècle plus tard, en une anthropologue d'origine juive égyptienne, une lectrice, comme une compagne de route, qui comprend elle aussi, sûrement, «qu'on puisse finir dans la paix et le silence de quelque zaouia du sud, finir en extase, sans regrets ni désirs, en face des horizons splendides».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.