BAM prévoit une croissance orientée à la baisse    ONU : Antonio Guterres déplore « un monde de plus en plus chaotique »    Aquarius : Les 58 migrants débarqueront à Malte    Casablanca accueille la 6ème édition du Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire    Laenser en embuscade    Transavia relance Paris-Dakhla avec l'ONMT en marge du salon IFTM Top Resa    FIFA - The Best 2018: Voici pour qui Mehdi Benatia et Hervé Renard ont voté    Casablanca : «Maintenant ou Jamel» en octobre    Interview : Madd, Shobee et ElGrande Toto à L'Boulevard 2018    Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Les femmes meurent-elles plus d'infarctus ?    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Darija : Grand oral pour Amzazi    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Dialogue social : La recette du CESE    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    Edito : Censure partisane    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    News    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    Prêts chinois : Opium de l'Afrique    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lettres et journaliers d'Isabelle Eberhardt en 1923
Publié dans Le Soir Echos le 22 - 11 - 2010

On trouve en livre de poche, Nomade j'étais : les années africaines d'Isabelle Eberhardt par Edmonde Charles-Roux, laquelle publia Un désir d'orient, la jeunesse d'Isabelle Eberhardt 1877-1899 chez Grasset en 1988.
Anthropologue de formation, Eglal Errera a donné en 1987, aux éditions Actes Sud, une présentation et des commentaires minutieux et fervents aux lettres et journaliers d'Isabelle Eberhardt. Les éditions Liana Levi avaient un an auparavant réédité le roman Yasmina. Dans cet ouvrage, celle qui se fit appeler Mahmoud racontait l'amour impossible d'un officier français et d'une jeune Arabe, longtemps avant que Montherlant n'en fasse le sujet de La Rose de sable.
Isabelle Eberhardt fut inhumée le 27 octobre 1904 au cimetière musulman d'Aïn Sefra dans le sud oranais, région «pacifiée», comme ils disent, par Lyautey, lequel saluait en cette aventurière lettrée… «un réfractaire» !
Isabelle Eberhardt n'avait publié que des nouvelles et des reportages. Mes journaliers parut en 1923. Eglal Errera nous dit qu' «aujourd'hui, près d'un siècle après Aïn Sefra, les manuscrits d'Isabelle portent encore quelques traces de boue. Ils ont pour nous autant de prix qu'ils en ont eu pour d'autres. Ils demeurent aussi neufs que jadis. Ils disent sept années de la vie d'une femme, depuis son arrivée en Algérie en mai 1897, à l'âge de vingt ans, jusqu'à sa mort».
Née à Genève en 1877, d'origine russe et juive, Isabelle Eberhardt se fera musulmane et, de fait, algérienne. Si elle écrivit en français les textes qu'on lit encore aujourd'hui, elle ne s'en livra pas moins à une étude presque gourmande de la langue arabe.
Par des transformations vestimentaires et l'adoption de multiples patronymes, elle cherchait à pénétrer l'identité de l'autre, selon Victor Barrucand qui donna en 1906, chez Fasquelle, des Notes sur la vie et les œuvres d'Isabelle Eberhardt.
Les textes recueillis sont d'une sensitive. Lorsqu'elle décrit un automne dans le Sahel tunisien et note que «Seyada est perdue au milieu des oliviers, coupés de haies de cactus, hérissés de dards, impénétrables, sauf pour les chacals et les rôdeurs bédouins», la voici aussitôt qui vante la réputation de beauté des filles en citant les jeunes hommes disant : «Celui qui, une fois, respire l'air salé de la mer à Seyada et le parfum capiteux de ses filles en oublie le sol natal».
Isabelle se voulut participante d'une admiration valant appartenance. Cette passion pour la terre d'Islam, l'errante, sujette russe et musulmane, l'éprouvait avec une exaltation bien différente de l'attitude coloniale.
Les textes publiés par Eglal Errera ont une valeur documentaire qui n'a pas faibli. Ainsi, par exemple, Visite à Lalla Zeyneb, la «maraboute». Les polémiques autour de la personnalité d'Isabelle Eberhardt ne manquèrent pas. Jusque dans La Petite Gironde dont l'envoyé spécial en Algérie accuse l'auteure des Journaliers d'activités anti-françaises. Ce que nous appelions conversion, voilà ce qu'en dit Isabelle Eberhardt dans une lettre rectificative à La Petite Gironde. «Fille de père sujet russe musulman et de mère russe chrétienne, je suis née musulmane et n'ai jamais changé de religion». Ainsi, le « cas » Eberhardt, successivement éclairé et obscurci, n'en finit-il pas de s'aggraver de mystère puisqu'Isabelle naquit «bâtarde» et semble avoir fait bon marché de toutes les précisions biographiques, comme si, parlant d'elle-même, elle donnait la parole à une troupe d'hétéronymes.
Promeneuse avide de prodiges, elle nous fait pénétrer dans des lieux de culte musulman ou dans le mellah de Figuig.
Il n'est pas si étonnant que cette observatrice passionnée ait trouvé un siècle plus tard, en une anthropologue d'origine juive égyptienne, une lectrice, comme une compagne de route, qui comprend elle aussi, sûrement, «qu'on puisse finir dans la paix et le silence de quelque zaouia du sud, finir en extase, sans regrets ni désirs, en face des horizons splendides».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.