Le quotient électoral voté à la majorité, l'espoir du PJD tombe à l'eau    Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Industrie: ce qu'il faut retenir de la dernière enquête de BAM    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Botola: le Wydad et le Raja au coude-à-coude dans la course au titre    Cristiano Ronaldo charge Khabib Nurmagomedov de cette mission    On en sait plus sur la grosse opération anti-drogue menée au large de Mehdia    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Casablanca: descente policière à Derb Ghallef, des centaines de smartphones saisis    Maâti Monjib n'est nullement en grève de la faim, affirme la DGAPR    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    Déclaration de la Contribution Professionnelle: Souscription avant le 1er Avril 2021    Répondre aux attentes des professionnels de l'artisanat    ACCENTUATION DU DEFICIT DE LIQUIDITE EN 2021    Le changement du statut juridique du Sahara qui bénéficie au Maroc    Un Algérien se tue en s'immolant par le feu dans l' ouest du pays    LE BRESIL DAME LE PION AUX PAYS EUROPEENS    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Latifa Ibn Ziaten parmi les « 109 Mariannes » actrices de changement social    Attijariwafa Bank élue meilleure banque d'investissement au Maroc par Global Finance    L'inauguration d'une ambassade à Rabat et d'un consulat à Laâyoune témoigne du "grand intérêt" de la Zambie pour la coopération avec le Maroc    Chambre des conseillers: Ouverture de la session extraordinaire    Hirak : l'ONU demande la fin des arrestations arbitraires en Algérie    Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    De fortes averses, des chutes de neige et des rafales de vent attendues du vendredi au dimanche    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Sidi Slimane    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémique Règlements de comptes autour du Sidaction
Publié dans Le Soir Echos le 03 - 01 - 2011

L'AMJCS accuse l'ALCS d'induire l'opinion publique en erreur et de monopoliser les dons collectés lors du « Sidaction Maroc ». Le Pr. Hakima Himmich s'explique au Soir échos.
C'est une véritable bataille qui se profile. L'Association de lutte contre le sida (ALCS) se retrouve, en ce début d'année, au centre d'un scandale lié au «Sidaction Maroc». Rappelez-vous, la soirée, organisée le 17 décembre sur 2M, qui avait drainé plus de 13,3 millions de dirhams de promesses de dons. Pour l'ALCS, ce chiffre représente un franc succès mais, pour d'autres ONG nationales opérant dans le secteur, il fait plutôt monter la fièvre des interrogations. «Où vont ces dons du Sidaction? Qui en profite réellement? Comment est-il partagé?… Nous exigeons qu'un comité de suivi soit constitué pour savoir où aboutit l'argent et si les malades en profitent réellement», déclare au Soir échos Abdessamad Oussayh, le président de l'Association marocaine des jeunes contre le sida (AMJCS).
Cette dernière vient de saisir les médias, par le biais d'un communiqué, pour exprimer sa colère. «L'ALCS monopolise la collecte des dons, arguant avoir été la pionnière dans sa lutte contre le sida au Maroc. C'est faux! Nous sommes les premiers à avoir investi le terrain en 1993. Nous avons choisi la proximité à l'époque où cette tâche n'était pas des plus aisées. Nous avons organisé des campagnes de prévention, alors que l'ALCS entamait petit à petit son action dans un hôpital. Ce n'est pas par jalousie que nous agissons, mais pour remettre les choses au point», lance Abdessamad Oussayh.
Sidaction ou faux messages
Règlement de comptes annoncé, l'AMJCS estime avoir été lésée. «Nous sommes en train de mobiliser plusieurs ONG du secteur, des politiciens, des professionnels de la santé et des syndicats, pour créer un débat national autour du sujet. Notre objectif n'est pas de saisir la justice contre l'ALCS. Nous voulons juste révéler la vérité à l'opinion publique, corriger les faux messages passés lors du Sidaction 2010», tient-il à préciser. Et à propos de ces «faux messages», l'AMJCS estime, d'abord, que 2M induit en erreur ses téléspectateurs et les donateurs, en leur présentant l'ALCS comme «seul acteur et parrain de la lutte contre le Sida au Maroc». Pour l'AMJCS, ce n'est ni plus ni moins qu'une «discrimination médiatique». Aux yeux de la présidente de l'ALCS, c'est une fausse allégation. «Il suffit de rappeler que de 1994, date du «Sida en clair» à 2005, date du premier «Sidaction Maroc», rien n'empêchait l'AMJCS ou une autre association, si elle en avait les capacités, d'organiser un tel événement», répond le Pr. Hakima Himmich. Et de préciser : «Les associations qui ont quelque chose à dire sont invitées régulièrement sur les ondes de 2M, comme c'était le cas le 1er décembre 2010».
Mais la liste des «faux messages» ne s'arrête pas là. L'AMJCS accuse aussi la fondatrice et présidente de l'ALCS d'avoir fait «une déclaration infondée et abusive», lors de la soirée «Sidaction Maroc» lorsqu'elle y a annoncé que son association finance la trithérapie de ces malades. «Nous avons toujours déclaré que la trithérapie est payée à hauteur de 50% par le ministère de la Santé, et 50% par le FMLSTP (Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme). Par contre, nous avons toujours affirmé et nous pouvons le prouver, factures à l'appui, que l'ALCS achète des médicaments pour le traitement des infections opportunistes et des effets secondaires de la trithérapie», rétorque le Pr. Hakima Himmich.
Qui profite des dons ?
Quant aux bénéficiaires des dons collectés par le Sidaction, l'AMJCS rappelle qu'il a été annoncé que cinq ONG en profiteront, sauf qu'«aucun nom n'a été cité et notre association n'a pas bénéficié du Sidaction depuis 2005». Là aussi, l'ALCS ne partage pas du tout l'avis de son adversaire, en déclarant au Soir échos que les cinq associations en question ont bel et bien été désignées. «C'est la stricte vérité, ces associations sont l'AMPF, la LMLMST, l'association du Jour, l'AMSED, l'association Soleil, qui ont signé des chartes avec l'ALCS en 2008 et en 2010», assure le Pr. Hakima Himmich. Selon elle, ces associations, ainsi que trois instituts de recherches ont bénéficié de 33% du montant net de la collecte du «Sidaction Maroc 2008» et bénéficieront d'un pourcentage équivalent en 2011. «Les virements qui ont été faits à toutes ces associations et instituts de recherches sont à votre disposition», ajoute-t-elle pour prouver sa crédibilité. Pour ce qui est du «bénéfice» que pourrait tirer l'AMJCS du Sidaction, le Pr. Hakima Himmich insiste sur le fait que cette ONG a été invitée, au même titre que les autres associations de lutte contre le sida, à bénéficier de la collecte de fonds. «Elle a même signé avec nous une charte le 4 novembre 2008. Mais, le président de l'AMJCS s'est rétracté, probablement pour pouvoir attaquer librement l'ALCS», s'indigne la présidente de l'ALCS.
Autre sujet, autre accusation. Cette fois-ci c'est l'intérêt des malades qui alimente la fureur des ONG. «Nous ne comprenons pas pourquoi les malades marocains n'étaient pas présents sur le plateau du Sidaction. Il y avait des Français, des Mauritaniens, mais pas de Marocains. Hakima Himmich a exprimé son souhait que des malades marocains soient présents sur le plateau, mais ce qu'elle a oublié, c'est que des malades marocains voulaient effectivement participer, à la condition de pouvoir s'exprimer librement en direct et sans avoir à jouer de rôle» , insiste l'AMJCS. Or, selon l'ALCS, aucune personne vivant avec le VIH au Maroc, n'a demandé à témoigner à visage découvert sur le plateau. «Ce que nous respectons entièrement, sachant que par crainte de la stigmatisation, il est plus facile de témoigner à visage découvert sur une chaîne étrangère, que sur une chaîne nationale lors d'une émission suivi par 7 millions de téléspectateurs marocains», indique le Pr. Hakima Himmich. Pour celle-ci, les propos à son encontre sont «un tissu de mensonges» et portent une grave atteinte aux relations entre ONG partageant les même principes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.