Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Bank Al-Maghrib: Légère hausse du résultat net en 2020    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Virus : face à la pénurie d'oxygène, l'Algérie lance un appel à la diaspora et à la société civile    RDC : 33 morts dans la collision d'un camion et un bus    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le roi offre un nouveau statut à la police
Publié dans Le Soir Echos le 08 - 03 - 2010

Lundi 1er mars, le roi Mohammed VI recevait le ministre de l'Intérieur et le Directeur général de la DGSN. Les deux responsables sont «venus exprimer leur profonde gratitude au souverain qui a bien voulu donner ses hautes directives pour la mise en œuvre du Dahir relatif à la DGSN et du statut du personnel de la Sûreté nationale», nous informe la MAP. Le texte dudit Dahir paraissait le jour même au Bulletin officiel. Trois jours plus tard, le commentaire des images de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement diffusées par la télé nous apprend que Abbas El Fassi et son équipe venaient d'adopter les décrets d'application du même Dahir. Sauf que dans l'ordre du jour communiqué par la Primature mardi 2 mars ne figurait aucun de ces textes d'application.
Désormais, les fonctionnaires de la Sûreté nationale deviennent «un corps particulier organisé sous forme hiérarchisée et exerçant leurs missions avec l'uniforme officiel ou en tenue civile sans distinction, avec la détermination de leurs catégories et cadres», spécifie le nouveau statut.
les fonctionnaires de la Sûreté nationale bénéficient de la protection de l'Etat contre d'éventuelles menaces, agression, humiliations, insultes et injures.
Et Abbas El Fassi, le Premier ministre, dans toute l'histoire ? Il va se contenter, pour le bien des policiers tous grades confondus, de signer pendant cette période qui reste de son mandat, une autorisation de leur promotion et avancement. Et cela, comme le précise le Dahir dans le seul article où il a été fait mention du Premier ministre, sans tenir compte des quotas que son gouvernement aura fixé pour la promotion des fonctionnaires de l'Etat.
Le texte apporte plusieurs nouveautés et officialise certaines pratiques. «Le premier acquis étant la revalorisation des salaires des policiers», fait noter un membre du corps de la Sûreté nationale. Et ce n'est pas le seul. «Les fraternités de police seront désormais remplacées par une fondation, la Fondation Mohammed VI pour les oeuvres sociales. Ce qui n'est pas rien», explique la même source.
Autre nouveauté : les policiers peuvent désormais se constituer en associations, dans le sens du Dahir des libertés publiques de 1958. Ce qui ne veut pas dire que nos policiers pourront constituer, demain, leur propre syndicat comme c'est le cas dans plusieurs pays avancés. Loin de là. Le nouveau Dahir les maintient à l'écart des organisations politiques et syndicales. «Il est interdit aux fonctionnaires de la DGSN d'adhérer aux partis politiques et aux syndicats», précise, en substance, le texte. Le Dahir vient officialiser une pratique, naguère soumis au pouvoir d'appréciation du directeur de la DGSN, la possibilité d'intégrer dans les rangs de la police les ayants-droit d'un policier décédé dans l'exercice de son devoir. La mesure, régie par l'article 9 du Dahir, se limite toutefois à 5% du nombre des postes budgétaires créés dans le cadre de la loi de Finances. Un geste royal envers tous les «Mohamed Zendiba», inspecteur de police mort lors d'une explosion terroriste en avril 2007 à Hay El Farah à Casablanca. Et ce n'est pas le seul «geste» que contient ce nouveau statut des fonctionnaires de la Sûreté nationale. L'article 7 dispose que les fonctionnaires de la Sûreté nationale bénéficient de la protection de l'Etat contre d'éventuelles menaces, agression, humiliations, insultes et injures. L'on se rappelle tous, cet incident survenu à Rabat lorsque la fille d'un ancien ministre de Hassan II a failli écraser un agent de la circulation. Cette femme policière qui ne faisait que son travail en tentant de verbaliser la fille du ministre suite à une infraction au Code de la route. Des années plus tard, en septembre 2008, c'est au tour d'un agent de circulation (Tarik Mouhib) d'essuyer lui, sur la corniche de Casablanca, le tir d'arme à feu d'une personnalité influente, non contente d'être verbalisée. Le moteur de recherche «Google» n'a jamais été aussi sollicité pour éclairer les Marocains sur les symptômes et les caractéristique d'une maladie nommée «Korsakoff».
Fonction : enquêteur scientifique
Le crime crapuleux qu'a connu la ville de Tanger récemment l'aura montré : la police scientifique s'est montrée indispensable et surtout efficace. Le cas du triple meurtre du quartier de Branes a été résolu en un temps record. Et dans cet élan de doter la police de limiers à l'esprit très cartésien, un cadre spécial a été concocté pour eux : «les enquêteurs scientifiques». Ces derniers se répartissant en enquêteurs scientifiques et enquêteurs scientifiques supérieurs, soumis aux dispositions applicables aux administrateurs et administrateurs principaux.
Ils sont recrutés par sélection parmi les titulaires d'un master, d'un master spécialisé dans les domaines scientifiques, en criminologie ou parmi les titulaires d'un diplôme équivalent. Et ce n'est pas tout. La DGSN a également décidé de relever les compétences scientifiques de ses agents. Il faut désormais faire preuve de solides connaissances scientifiques pour se présenter au concours des gardiens de la paix, des inspecteurs de police et des commissaires de police. Pour ce dernier poste, il faut désormais produire un diplôme de cycle de formation en gestion administrative de l'Ecole nationale d'administration ou une licence en sciences juridiques ou économiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.