Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Malek Chebel et Eric Sarner, deux amoureux de l'Algérie
Publié dans Le Soir Echos le 11 - 06 - 2012

Les librairies parisiennes ont été inondées ces derniers mois d'ouvrages souvent passionnants qui témoignent abondamment de l'intérêt supposé d'un large public pour l'histoire et le présent de l'Algérie. Il faudrait un livre entier pour rendre compte de chacun des volumes publiés ainsi à la faveur du cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie et ce livre réclamerait, pour exister, des centaines d'heures de lecture ! Choisissons deux titres qui méritent une attention particulière car ils sont dépourvus de passion partisane mais expriment avec sincérité une passion loyale pour le pays que les auteurs nous font mieux connaître et mieux comprendre. D'abord, le Dictionnaire amoureux de l'Algérie (Plon, 2012) que signe Malek Chebel. Il faudra bientôt toute une vie pour compter les ouvrages que publie depuis 1984 (La Corps en Islam, P.U.F) ce polygraphe qui est anthropologue des religions et spécialiste de la vulgarisation à tout crin des savoirs et des enjeux concernant le monde arabe. L'arc de ses compétences se déploie de la traduction du Coran qu'il publia chez Fayard en 2009 au Coran pour les nuls (avec S.Sultan) paru la même année aux éditions First non sans qu'il y ait ajouté, toujours chez Fayard, un Dictionnaire amoureux des Mille et une nuits en 2010, précédé, en 2009 d'un Dictionnaire encyclopédique du Coran (Fayard) qui succédait à un Dictionnaire amoureux de l'islam (Plon, 2004). Le vertige nous menace ! Le Dictionnaire amoureux de l'Algérie est donc son trentième livre, en excluant les ouvrages écrits en collaboration. Une fois de plus, lecteur constatera que notre polygraphe n'est pas un styliste. Il raconte et explique avec la gouaille d'un intellectuel se mettant à la portée du public curieux et ne manque jamais une occasion de nous ramener à son propre vécu, posant ainsi son expérience personnelle comme une base de données incontournable, sans oublier la kyrielle de références érudites. En bien des points son Dictionnaire amoureux de l'Algérie ressemble à un Dictionnaire du dépit amoureux du fait de l'espérance démocratique constamment déçue, mais ce n'est pas l'angle le plus utile de son livre puisque telle opinion est abondamment partagée et n'enseigne rien. Son livre est le fruit des savoirs accumulés obstinément par un émigré qui affirme en préface, peut être avec trop d'assurance : « Ce dictionnaire ressemble à tous les Algériens, quels qu'ils soient ». Allons ! il ne ressemble nullement à l'assassin du romancier et journaliste Tahar Djaout ni à l'homme qui tua Mohamed Boudiaf ! Malek Chebel précise que son Dictionnaire amoureux de l'Algérie « est résolument anticolonialiste ». Imagine-t-il donc de la part d'un Algérien une alternative à cette conviction ?!! Il ajoute que l'ouvrage n'est à aucun moment « antifrançais » et prévient que « l'autoritaritarisme du système algérien est largement brocardé mais j'ai conscience que beaucoup d'Algériens sont victimes de ce système bien plus qu'ils ne le cautionnent ». Il y a plus d'un point commun entre ce Dictionnaire de Chebel et le beau livre inspiré et inspirant du poète et écrivain Eric Sarner Un voyage en Algéries (Plon, 2012). La parenté apparaît d'emblée. Sarner écrit : « Il arrive un instant dans le port où on n'entend plus rien. Déjà sorti, pas encore entré, on est en partance. C'est l'entre-deux, la lisière la plus intime. » là où Chebel avoue, dans l'entrée liminaire A ... comme Algérie : « Le retour au pays a toujours été un problème, la joie indicible se mêlant presque instinctivement à la crainte de ne plus se sentir chez soi, d'être devenu un étranger ».
Sarner qui a des souvenirs d'enfance en Algérie défie cette crainte avec les armes de l'amitié. Son oncle vivait en face du siège du quotidien Alger Républicain, proche des milieux socialistes et qu'avait dirigé Henri Alleg, victime de la torture avant l'indépendance pour avoir voulu cette indépendance et qui dénonça cette odieuse pratique dans La Question. On retrouvera cet épisode dans l'ouvrage d'Anne Simonin Le Droit de désobéissance, sous titré Les Editions de Minuit en guerre d'Algérie (Minuit, 2012). Les années défilent dans le Dictionnaire... de Chebel comme dans Un voyage en Algérie et les deux auteurs rendent hommage à l'émir Abdel-Kader autant qu'au dramaturge Abdelkader Alloula dont le frère, le poète Malek Alloula m'apprit l'assassinat, un triste jour. Un des chapitres les plus expressifs du livre de Sarner est celui où l'auteur entreprend minutieusement de nous raconter les images du photographe Benyoucef Cherif. De 1988 à 1992, ce sont des images tragiques. Pour tâcher de dissiper l'affreuse odeur du sang versé, il faudra plus que le parfum du miel d'Algérie dont Chebel écrit qu'il n'est pas encore homologué, mais qu' « un industriel devait avoir le courage de se lancer : on aurait du miel de Biskra, du miel de Bougie pourquoi n'appelle-t-il pas cette ville Béjaïa ?-, du miel de Tamalous et de l'Edough... ». Ce Dictionnaire amoureux de l'Algérie où s'agite le démon de l'exhaustivité s'achève sur les mots « l'Algérie renaît toujours de ses cendres » tandis que Sarner cite Camus, non loin du terme de son voyage : « En ce moment, on lance des bombes dans les tramways d'Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c'est cela la justice, je préfère ma mère ». On terminera avec Samira Negrouche, citée par Sarner : « C'est sur les frontières qui nous séparent de notre histoire, de nos langues, de nos origines, de nos religions et de nos identités que nous entendons survivre à la blessure... ». Ces deux livres participent de la cautérisation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.