Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ramadan et Gresh débattent de l'Islam et la gouvernance
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 04 - 2013

L'amphi était bondé et de nombreuses personnes se sont vues refuser l'entrée faute de places. Le débat s'est déroulé uniquement en français contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse. Les cabines des interprètes ont été démontées pour laisser de la place au public. Beaucoup de jeunes tunisiens mais aussi des Marocains et des Algériens ainsi que de nombreux journalistes et représentants des médias de touts pays étaient présents au débat organisé à la Faculté de droit sur le campus Al Manar à Tunis, mercredi dernier. Débat animé par Alain Gresh, journaliste, directeur-adjoint du Monde diplomatique et spécialiste du monde arabe, Tariq Ramadan, islamologue, professeur à l'université d'Oxford et Nejmeddine Hamrouni, ancien conseiller du Premier ministre tunisien démissionnaire Hamadi Jebali, et membre du comité central (Majliss Echoura) d'Ennahda. Le collectif Paris-Tunis, organisateur du débat, n'a pas lésiné sur les moyens pour communiquer autour de l'événement. Ce collectif est composé d'associations de Tunisiens vivant en France, telles que Takaful, Tunisiens des 2 rives, Centre Tawhid, Centre Malcolm X, et Jeunesse tunisienne de France.
Printemps arabe, l'impasse…
Alain Gresh ouvre le débat en expliquant que le premier acquis du printemps arabe est la libération de la parole. « En effet, dit-il, avant les révolutions, tout citoyen dans le monde arabe était investi d'un policier et harcelé par la police…. Et c'est ce même harcèlement, doublé d'un capitalisme libéral complètement corrompu, qui allaient être à l'origine des soulèvements». Mais la question fondamentale qui se pose aujourd'hui est de savoir si la liberté d'expression et un gouvernement choisi à travers les urnes par la majorité sont suffisants. L'arrivée des islamistes conduit une impasse politique dans le monde arabe. La confrontation entre islamistes et laïcs monopolise le débat politique et paralyse toute action. Cette polarisation, affirme Tariq Ramadan, est contre-productive et détourne des vraies questions sur la bonne gouvernance. Comment dès lors articuler discours politique et référentiel religieux ? Comment faire émerger une voix qui aille plus loin que le simple slogan » Al Islam houa Al hal « (la solution c'est l'islam, en arabe) ? , relevé par Alain Gresh et repris par Tariq Ramadan. Quel Etat et quelle démocratie pour répondre à une demande de changement essentiellement sociale ou issue de mouvements sociaux ? Quelles politiques pour relever le défi économique et social ? Quelle gouvernance et quel référentiel éthique pour à la fois le pouvoir et l'opposition ?
Pour une éthique de la bonne gouvernance
Pour répondre à ces questions, par essence complexes, Tariq Ramadan esquisse quelques principes de bonne gouvernance. En premier lieu, accepter la complexité et admettre que certains pouvoirs, économique ou de certaines institutions, échappent encore, au Sud comme au Nord, aux règles de la démocratie. Ensuite, faudrait-il dépasser la qualification du pouvoir, islamique ou laïc, et juger plutôt de sa bonne ou mauvaise gouvernance. Vient ensuite la question de l'alternance et de l'acceptation des règles du jeu démocratique et non pas seulement l'instrumentalisation des urnes comme le prônait un leader du FIS algérien. Ramadan met en garde contre le populisme religieux souvent catastrophique pour la société civile. A cet égard, il met en garde contre « le populisme religieux souvent catastrophique pour la société civile ». Mettre en place un Etat civil, c'est-à-dire un Etat mandaté par la société civile, dans lequel, « le religieux ne s'impose pas à l'autorité de l'Etat à partir du moment où celui-ci est mandaté », poursuit-il, avant de résumer les six principes fondamentaux, selon lui, pour une bonne gouvernance : L'Etat de droit ; la citoyenneté égalitaire ; le suffrage universel, Le principe d'adaptibility (c'est-à-dire être mandaté, pouvoir aller jusqu'au bout de son mandat et devoir rendre des comptes) ; la séparation des autorités ; la séparation des pouvoirs. Enfin, conclut Tariq Ramadan, il faut ajouter deux éléments, qui sont, dans le Sud comme dans le Nord, condition sine qua none pour une bonne gouvernance : la lutte contre la corruption et le progrès de la transparence des relations entre institutions.
Le chronotope de Hamrouni…
Debout, Nejmeddine Hamrouni, commence par ironiser sur le fait qu'il vient de terminer une alternance et qu'il est la preuve vivante que les islamistes aussi peuvent quitter le pouvoir. Il poursuit de manière très didactique, empruntant la métaphore du chronotope au cinéma, et faisant interagir le public : Agir en politique c'est agir dans un chronotope. Le politique, l'économique, le social, le culturel sont des arènes. Et en démocratie, contrairement à la dictature, les arènes sont autonomes et divergentes.
Les acteurs sont chacun dans son chronotope et doivent agir ensemble, se guidant chacun de son propre référentiel sans dénigrer le référentiel des autres acteurs. Agir ensemble en politique, dit-il, c'est être diplomate et agir en adhésion et non pas en adhérence avec son référentiel. Vivre et agir ensemble, c'est sortir de la posture du représentant de son référentiel et adopter la posture de diplomate de son référentiel. C'est-à-dire en le déclinant sans jamais le renier mais toujours dans le respect du référentiel de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.