Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le classement du Maroc laisse trop à désirer
Publié dans Libération le 17 - 09 - 2018

Le Maroc continue à traîner au bas du classement IDH aux niveaux maghrébin et arabe. En fait, il est classé à la 123ème place sur 189 pays. Il est devancé, et de loin, par l'Algérie (83ème), la Tunisie (95ème) et même la Libye, pourtant ravagée par la guerre et par une instabilité chronique (108ème). Au niveau arabe, il ferme la marche avec une 14ème place derrière les Emirats arabes unis (34ème rang mondial), le Qatar (37ème), l'Arabie Saoudite (39ème), Bahreïn (43ème) et Oman (48ème), poids lourds du développement humain au niveau de la région MENA. Il même a été distancié par des pays en guerre ou en crise comme l'Irak qui est classé au 120ème rang, la Palestine (119ème) ou l'Egypte (115ème). C'est du moins ce qui ressort de la nouvelle mise à jour de l'indice du développement humain (IDH) publiée vendredi dernier par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).
Destiné à mesurer le développement humain défini comme étant «l'élargissement des choix offerts à chacune et à chacun, en se préoccupant de la richesse de la vie humaine et non simplement de la richesse des pays», l'indice du développement humain (IDH) est calculé grâce à la moyenne de trois autres indices fondamentaux, à savoir l'espérance de vie à la naissance qui exprime la capacité à vivre longtemps et en bonne santé, la durée moyenne de scolarisation qui reflète la capacité à acquérir des connaissances, ainsi que le revenu national brut par habitant (PNB) renseignant sur la capacité à avoir un niveau de vie décent.
Le rapport sur le développement humain présente également quatre autres indices ; à savoir l'IDH ajusté aux inégalités, l'indice de développement de genre, l'indice d'inégalité de genre qui met en évidence l'autonomisation des femmes et l'indice de pauvreté multidimensionnelle mesurant les aspects de la pauvreté autres que le revenu.
Classé parmi les pays à «développement humain moyen », le Maroc a obtenu un score de 76,1 au niveau de l'indicateur d'espérance de vie à la naissance, 12,4 pour la durée attendue de la scolarisation, 5,5 pour la scolarisation, 7.340 pour l'écart entre les deux sexes et – 5 pour l'indice global pour le PNB par habitant. Selon le PNUD, entre 1990 et 2017, la valeur de l'IDH du pays est passée de 0,458 à 0,667, soit une augmentation de 45,5%. Sur la même période, l'espérance de vie à la naissance au Maroc a augmenté de 11,4 ans. Idem pour les années moyennes de scolarité qui ont progressé de 3,3 ans et les années de scolarité prévues qui ont augmenté de 5,9 ans. Quant au PIB par habitant du Maroc, il a augmenté d'environ 93,2% entre 1990 et 2017.
La Mise à jour 2018 qui présente l'IDH de 189 pays et territoires en utilisant les données les plus récentes a classé 59 de ces pays dans la catégorie « développement humain très élevé », 53 dans la catégorie « développement humain élevé », 39 dans la catégorie « développement humain moyen » et 38 seulement dans la catégorie « développement humain faible ».
En 2010, 42 pays étaient classés dans la catégorie « développement humain faible ». Les cinq pays en tête du classement selon l'IDH sont la Norvège (0,953), la Suisse (0,944), l'Australie (0,939), l'Irlande (0,938), et l'Allemagne (0,936). Les cinq derniers pays sont le Burundi (0,417), le Tchad (0,404), le Soudan du Sud (0,388), la République centrafricaine (0,367) et le Niger (0,354). Le rapport du PNUD a précisé, en outre, que l'IDH progresse dans toutes les régions et dans toutes les catégories de développement humain, mais à des rythmes très différents. L'Asie du Sud connaît la croissance la plus rapide (45,3% sur la période 1990-2017), suivie par l'Asie de l'Est et le Pacifique à 41,8 %, puis l'Afrique subsaharienne à 34,9 %.
Cependant, les experts du PNUD estiment que les progrès en matière de développement humain devraient être exprimés non seulement en termes quantitatifs (espérance de vie, années de scolarisation, etc.), mais également en termes qualitatifs. « Les années vécues ont-elles été agréables ou marquées par la maladie ? Les enfants ont-ils simplement fréquenté l'école ou ont-ils acquis des compétences et des savoirs qui les équiperont pour vivre une vie enrichissante ? Le travail permet-il aux individus de prospérer ou la majorité s'éreinte-t-elle dans des emplois précaires, à exécuter des tâches dangereuses ? Les individus ont-ils voix au chapitre sur les sujets qui influencent leur vie ou sont-ils exclus de toute participation ? Dans une perspective de développement humain, de vrais progrès ne sont possibles qu'en assurant la qualité en matière d'éducation, de santé et dans d'autres domaines », se sont-ils interrogés.
Ils expliquent que la qualité de la santé peut être évaluée en examinant les indicateurs de résultats comme l'espérance de vie, qui indique si les années vécues devraient être vécues en bonne santé, et la perte d'espérance de vie, c'est-à-dire la différence relative entre l'espérance de vie et l'espérance de vie en bonne santé, exprimée en pourcentage de l'espérance de vie à la naissance.
Dans toutes les régions et toutes les catégories de développement humain, précise le document du PNUD, l'espérance de vie en bonne santé est inférieure de 12 % à l'espérance de vie globale. Cela signifie qu'en moyenne, dans le monde entier, les personnes vivent 88 % de leur vie relativement en bonne santé, mais sont confrontées à des problèmes durant les dernières années de leur vie. «Plusieurs indicateurs complémentaires peuvent être employés pour évaluer la qualité de l'éducation. Le nombre d'élèves par enseignant révèle des écarts importants entre les catégories de développement humain, avec trois fois plus d'élèves par enseignant dans le primaire pour les pays de la catégorie «développement humain faible» que pour ceux de la catégorie «développement humain très élevé» (41 contre 14). Dans les pays à développement humain faible et moyen, une moyenne de 76 % d'enseignants reçoit une formation pédagogique, mais les variations sont importantes », a conclu le rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.