Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le conte populaire marocain, un patrimoine humain authentique et millénaire au bord de l'extinction
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2018

Le conte populaire, ces histoires tissées par l'imaginaire populaire, transmises de génération en génération, figure parmi les genres littéraires et les types d'art populaire les plus transmis d'une société à une autre ou d'un groupe linguistique à un autre et sont légués par les ascendants aux descendants. Le conte, qui est écouté, compris et relaté, peut être remodelé, reformulé, prendre la forme d'art moderne, ses éléments peuvent être remplacés par d'autres éléments nouveaux compatibles avec la pensée de l'auditeur ou complétés par de nouveaux éléments puisés dans le réel vécu du narrateur et de l'auditeur.
Parmi les contes les plus célèbres qui ont bercé l'enfance de moult générations figurent notamment "Aïcha Kandicha", "Bint El Daraz", "Moulat El Khobza", "Wahch El Ghaba" ainsi que d'autres innombrables contes gravés à tout jamais dans la mémoire de diverses générations. Ces contes ont également fait rêver des générations par leur teneur riche et variée mais également gâce à des personnages distingués qui les ont fait rêver.
A cet égard, Fatima-Zahra Salih, chercheuse universitaire spécialiste du conte populaire marocain, a expliqué que les contes populaires reflètent, au premier chef la mémoire historique nationale et génèrent les premières impressions de l'enfant qui impactent sa relation avec sa mère ou sa grand-mère, indiquant que la plupart des érudits spécialistes du conte sont unanimes à reconnaître son importance pour l'éducation et la formation de la personnalité de l'enfant.
Dans une déclaration à la MAP, Fatima-Zahra Salih a souligné que les moyens de communication modernes menacent de faire disparaître ce legs populaire. Aussi, faut-il sauver le conte populaire marocain de la disparition. La nation qui ne conserve pas son histoire, son legs culturel ne peut avoir ni présent ni avenir, a-t-elle estimé, notant la rareté des recherches scientifiques et académiques en la matière. L'universitaire a, également, jugé nécessaire de codifier le conte populaire dans la mesure où il constitue un patrimoine oral en voie de disparition en raison de plusieurs facteurs, notamment l'ouverture à quelques arts exotiques au détriment du patrimoine authentique, mettant l'accent sur le rôle majeur des établissements scolaires dans la transmission des contes entre générations, les incitant à s'y attacher et à les relater. Le conte populaire constitue un musée d'images où sont exposés des symboles prépondérants marquant la société marocaine, accumulés depuis la nuit des temps, qui ont développé l'imaginaire collectif, a fait savoir Fatima-Zahra Salih.
Chaque conte dispense des leçons de morale, de comportement importantes, porte sur un sujet précis et met en exergue la lutte entre le bien et le mal, a-t-elle ajouté, soulignant qu'il a généralement une fin heureuse puisque les principaux personnages triomphent du mal reflétant l'environnement dans lequel vit le narrateur. Même si une palette d'arts populaires est en voie de disparition en raison de sa non documentation, cédant sa place dans la société à des arts modernes, exotiques, à cause du nombre de conteurs, de personnes intéressées, d'espaces de conte, de narration qui est en chute libre, des efforts colossaux sont, néanmoins, déployés pour collecter et publier les contes à travers leur transposition au cinéma ou leur diffusion dans le cadre de séries télévisées.
Une panoplie d'associations actives dans plusieurs régions du Royaume ont pris l'initiative d'organiser des festivals dédiés aux contes et aux arts populaires tels le Festival international des contes et des arts populaires de Zagora, le Festival national du Zajal à Ben Slimane, le Festival national des arts de la rue à Fès et d'autres événements culturels supervisés par le ministère de la Culture et de la Communication. Autant d'initiatives suscitant l'espoir de pérenniser le legs culturel et de le protéger des menaces générées par la mondialisation et les mutations sociales accélérées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.