Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

Lors d'un récent voyage à Dakar, au Sénégal, j'ai travaillé avec une organisation spécialisée dans l'éducation numérique des jeunes en Afrique subsaharienne. Dans le cadre de cette mission, mon équipe et moi-même avons interrogé diverses écoles, éducateurs, administrateurs et parents au Sénégal afin de comprendre les systèmes scolaires en Afrique de l'Ouest. Nous avons constaté que 65% des enfants scolarisés occuperont des emplois non encore créés.
Un constat clé a été relevé : la majeure partie de la croissance des emplois a été réalisée dans les domaines des sciences et mathématiques, bien que la plupart des étudiants en Afrique occidentale poursuivent des études en art et en littérature. En outre, compte tenu des normes actuelles en matière d'éducation, les étudiants de ces régions ont du mal à rivaliser suivant les standards internationaux.
Lorsque nous avons discuté avec des éducateurs de la région, nous avons constaté que les écoles n'étaient pas suffisamment focalisées sur le développement des compétences générales indispensables aux élèves, telles que la résolution de problèmes, la pensée critique et l'esprit d'équipe, ainsi que sur les compétences techniques telles que le codage et la robotique. La plupart des écoles appliquent encore la méthode d'enseignement traditionnelle du «enseignant-élève- tableau noir», qui ne permet pas de développer les compétences ni la confiance en soi nécessaires pour être compétitif sur le futur marché du travail. Lorsque nous avons mentionné les investissements dans l'éducation numérique avec eux, le problème était que la plupart des administrateurs d'école ne comprenaient pas clairement ce qu'était l'éducation numérique et comment l'appliquer dans leurs écoles.
Qu'est-ce que l'éducation
numérique?
En cherchant simplement sur Internet, il est difficile de trouver une définition commune de l'éducation numérique. Il existe plutôt des définitions pour le terme plus commun de l'alphabétisation numérique. Le groupe de travail sur l'alphabétisation numérique de l'American Library Association définit l'alphabétisation numérique comme la capacité à utiliser les technologies de l'information et de la communication pour trouver, évaluer, créer et communiquer des informations nécessitant des compétences à la fois cognitives et techniques. Bien que l'alphabétisation numérique soit un élément crucial de l'éducation numérique, cette définition ne décrit pas l'éducation numérique dans son ensemble. Il est généralement admis que l'éducation numérique se concentre uniquement sur l'utilisation et la compréhension d'informations issues d'Internet et d'applications en ligne et sur l'utilisation des appareils tels que les tablettes. L'éducation numérique est beaucoup plus large que cela. L'éducation numérique met l'accent sur le développement de compétences techniques telles que la programmation et l'informatique, tout en renforçant les compétences générales comme la résolution de problèmes, le travail d'équipe et la pensée critique, ainsi qu'en encourageant la créativité chez l'individu.
Etrangement, la créativité est devenue un mot sensible qui ne devrait pas être associé avec les mathématiques et les sciences. En réalité, il n'est pas nécessaire de choisir entre investir dans un domaine au détriment d'un autre. La créativité et l'art ont leur place, couplées aux mathématiques et aux sciences. L'aspect créatif ne peut être oublié. Pour que les jeunes soient réellement compétitifs et capables de s'insérer professionnellement, ils doivent bien comprendre l'éducation numérique: favoriser la créativité et l'expression de soi grâce à l'utilisation novatrice et à la compréhension des outils et des technologies numériques.
Comment les entreprises africaines
investissent dans l'éducation numérique
En Afrique de l'Ouest, la nécessité d'investir dans les initiatives d'éducation numérique est reconnue et les organisations sont à la hauteur de cette opportunité pour combler cette lacune en termes de compétences. Les «Ateliers des génies» en font partie, ils proposent aux jeunes divers programmes d'apprentissage, principalement basés sur la technologie. Ils collaborent également avec des écoles pour aider à préparer les jeunes d'Afrique subsaharienne aux emplois du futur, ainsi qu'à la vie de tous les jours en interaction avec les outils et les technologies numériques. De nombreuses écoles d'Afrique de l'ouest s'associent à de telles organisations pour combler le déficit de connaissances qui rend les étudiants africains moins compétitifs que leurs homologues internationaux.
Lorsqu'on parle aux parents d'élèves au Sénégal, on comprend l'importance de développer ces compétences chez leurs enfants, mais on ne sait pas trop où aller pour satisfaire ces besoins. C'est pourquoi de plus en plus d'organisations connaissant et comprenant l'éducation numérique, comme les «Ateliers des génies», organisent des activités parascolaires et s'associent à des écoles pour proposer des cours d'éducation numérique. Le gouvernement s'est également intéressé à la question, car le ministère de l'Education du Sénégal cherche activement à apporter des programmes d'éducation numérique aux écoles publiques et privées au cours des cinq prochaines années dans le but de former davantage de scientifiques au Sénégal.
Soutien du monde développé
En discutant avec différentes startups et entreprises sociales d'Afrique de l'ouest qui investissent dans l'éducation numérique, nous avons découvert que le principal besoin n'est pas financier. Ceux qui sont passionnés par l'éducation numérique en Afrique ont les moyens ou savent comment collecter des fonds pour atteindre leurs objectifs financiers. Ce qui leur manque, c'est la bonne exécution des projets. De plus en plus d'entreprises dans les pays en développement ont besoin des conseils et de l'accompagnement d'organisations des pays développés pour assurer le succès de leurs initiatives. Avec le temps investi par les organisations et les communautés qui comprennent les enjeux d'éducation numérique dans les pays développés, les jeunes de toutes les régions du monde peuvent avoir une chance sur un futur marché du travail dépendant de l'éducation numérique.
* Manager de produit à SAP Company
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.