Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2019

Lors d'un récent voyage à Dakar, au Sénégal, j'ai travaillé avec une organisation spécialisée dans l'éducation numérique des jeunes en Afrique subsaharienne. Dans le cadre de cette mission, mon équipe et moi-même avons interrogé diverses écoles, éducateurs, administrateurs et parents au Sénégal afin de comprendre les systèmes scolaires en Afrique de l'Ouest. Nous avons constaté que 65% des enfants scolarisés occuperont des emplois non encore créés.
Un constat clé a été relevé : la majeure partie de la croissance des emplois a été réalisée dans les domaines des sciences et mathématiques, bien que la plupart des étudiants en Afrique occidentale poursuivent des études en art et en littérature. En outre, compte tenu des normes actuelles en matière d'éducation, les étudiants de ces régions ont du mal à rivaliser suivant les standards internationaux.
Lorsque nous avons discuté avec des éducateurs de la région, nous avons constaté que les écoles n'étaient pas suffisamment focalisées sur le développement des compétences générales indispensables aux élèves, telles que la résolution de problèmes, la pensée critique et l'esprit d'équipe, ainsi que sur les compétences techniques telles que le codage et la robotique. La plupart des écoles appliquent encore la méthode d'enseignement traditionnelle du «enseignant-élève- tableau noir», qui ne permet pas de développer les compétences ni la confiance en soi nécessaires pour être compétitif sur le futur marché du travail. Lorsque nous avons mentionné les investissements dans l'éducation numérique avec eux, le problème était que la plupart des administrateurs d'école ne comprenaient pas clairement ce qu'était l'éducation numérique et comment l'appliquer dans leurs écoles.
Qu'est-ce que l'éducation
numérique?
En cherchant simplement sur Internet, il est difficile de trouver une définition commune de l'éducation numérique. Il existe plutôt des définitions pour le terme plus commun de l'alphabétisation numérique. Le groupe de travail sur l'alphabétisation numérique de l'American Library Association définit l'alphabétisation numérique comme la capacité à utiliser les technologies de l'information et de la communication pour trouver, évaluer, créer et communiquer des informations nécessitant des compétences à la fois cognitives et techniques. Bien que l'alphabétisation numérique soit un élément crucial de l'éducation numérique, cette définition ne décrit pas l'éducation numérique dans son ensemble. Il est généralement admis que l'éducation numérique se concentre uniquement sur l'utilisation et la compréhension d'informations issues d'Internet et d'applications en ligne et sur l'utilisation des appareils tels que les tablettes. L'éducation numérique est beaucoup plus large que cela. L'éducation numérique met l'accent sur le développement de compétences techniques telles que la programmation et l'informatique, tout en renforçant les compétences générales comme la résolution de problèmes, le travail d'équipe et la pensée critique, ainsi qu'en encourageant la créativité chez l'individu.
Etrangement, la créativité est devenue un mot sensible qui ne devrait pas être associé avec les mathématiques et les sciences. En réalité, il n'est pas nécessaire de choisir entre investir dans un domaine au détriment d'un autre. La créativité et l'art ont leur place, couplées aux mathématiques et aux sciences. L'aspect créatif ne peut être oublié. Pour que les jeunes soient réellement compétitifs et capables de s'insérer professionnellement, ils doivent bien comprendre l'éducation numérique: favoriser la créativité et l'expression de soi grâce à l'utilisation novatrice et à la compréhension des outils et des technologies numériques.
Comment les entreprises africaines
investissent dans l'éducation numérique
En Afrique de l'Ouest, la nécessité d'investir dans les initiatives d'éducation numérique est reconnue et les organisations sont à la hauteur de cette opportunité pour combler cette lacune en termes de compétences. Les «Ateliers des génies» en font partie, ils proposent aux jeunes divers programmes d'apprentissage, principalement basés sur la technologie. Ils collaborent également avec des écoles pour aider à préparer les jeunes d'Afrique subsaharienne aux emplois du futur, ainsi qu'à la vie de tous les jours en interaction avec les outils et les technologies numériques. De nombreuses écoles d'Afrique de l'ouest s'associent à de telles organisations pour combler le déficit de connaissances qui rend les étudiants africains moins compétitifs que leurs homologues internationaux.
Lorsqu'on parle aux parents d'élèves au Sénégal, on comprend l'importance de développer ces compétences chez leurs enfants, mais on ne sait pas trop où aller pour satisfaire ces besoins. C'est pourquoi de plus en plus d'organisations connaissant et comprenant l'éducation numérique, comme les «Ateliers des génies», organisent des activités parascolaires et s'associent à des écoles pour proposer des cours d'éducation numérique. Le gouvernement s'est également intéressé à la question, car le ministère de l'Education du Sénégal cherche activement à apporter des programmes d'éducation numérique aux écoles publiques et privées au cours des cinq prochaines années dans le but de former davantage de scientifiques au Sénégal.
Soutien du monde développé
En discutant avec différentes startups et entreprises sociales d'Afrique de l'ouest qui investissent dans l'éducation numérique, nous avons découvert que le principal besoin n'est pas financier. Ceux qui sont passionnés par l'éducation numérique en Afrique ont les moyens ou savent comment collecter des fonds pour atteindre leurs objectifs financiers. Ce qui leur manque, c'est la bonne exécution des projets. De plus en plus d'entreprises dans les pays en développement ont besoin des conseils et de l'accompagnement d'organisations des pays développés pour assurer le succès de leurs initiatives. Avec le temps investi par les organisations et les communautés qui comprennent les enjeux d'éducation numérique dans les pays développés, les jeunes de toutes les régions du monde peuvent avoir une chance sur un futur marché du travail dépendant de l'éducation numérique.
* Manager de produit à SAP Company
Article publié en collaboration
avec Libre Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.