Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elaboration d'un nouveau traitement du cancer de la prostate : Les grandes avancées de la recherche
Publié dans Libération le 31 - 01 - 2011

Importante avancée dans l'élaboration d'un nouveau traitement pour le cancer de la prostate. Il y a quelques mois, des chercheurs spécialisés dans l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour le cancer de la prostate annonçaient le succès en phase clinique I et II de deux molécules inhibitrices: OGX-011 et OGX-427. Depuis la fin de l'année 2010, les recherches se poursuivent en phase clinique III. Une Marocaine, Amina Zoubeidi en fait partie. La scientifique est à la tête d'une équipe du Prostate center de Vancouver. Elle fait également partie de l'équipe de chercheurs ayant identifié les nouvelles cibles thérapeutiques actuellement en phase clinique III. « En 2010, le Dr Amina Zoubeidi s'est vu remettre deux prix prestigieux, le « Prostate Cancer Foundation Award, USA » et « The Terry Fox Award, (Canada) » pour être une grande chercheuse à l'avenir très prometteur.
La molécule OGX-011 (curtisen) permet de resensibilier le cancer au traitement en freinant la production d'une protéine appelée clustérine. Dans un essai de phase II, 81 patients atteints d'un CPRC (cancer de la prostate métastatique résistant à la castration) et qui n'avaient jamais fait de chimio ont reçu soit le duo docétaxel (substance active anticancéreuse efficace dans de nombreuses tumeurs)-custirsen, soit le docétaxel seul. La formule duo a prolongé la survie moyenne de sept mois et retranché environ 40 % du taux de décès.
L'OGX-427 quant à lui, est un agent conçu pour abaisser les niveaux de Hsp27 (protéine du même ordre que la clustérine). Là encore, les résultats préliminaires s'annoncent bons. Rappelons que la prostate est une glande volumineuse à sécrétion interne et externe appartenant à l'appareil génital masculin, située sous la vessie, entre les voies génitales et urinaires. La prostate est le siège de trois affections principales : le cancer de la prostate, l'adénome de la prostate et l'infection de la prostate dite prostatite. Le cancer de la prostate est, comme tous les cancers glandulaires, un « adénocarcinome » et, dans la majorité des cas, il est influencé par les hormones.
Véritable fléau, le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l'homme de plus de 50 ans et représente, après le cancer du poumon, la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme dans les milieux développés. Son incidence augmente avec l'âge et touche en moyenne les hommes aux alentours de 70 ans bien que certains hommes soient atteints à un âge plus précoce. Ces 20 dernières années, la mortalité liée au cancer prostatique a augmenté de 23%.
Outre l'âge, les principaux facteurs de risques du cancer de la prostate sont l'hérédité (le risque de développer la maladie est 2 à 5 fois plus élevé chez un homme ayant des antécédents familiaux), les antécédents de vasectomie, les régimes alimentaires riches en graisses ou encore la masse corporelle et le taux d'hormones sexuelles.
Le cancer de la prostate se développe à partir de cellules de la prostate, il se développe très lentement et peut s'étendre en dehors de la prostate par envahissement direct des tissus et des organes proches de celle-ci (os, ganglions).
Il existe plusieurs stades qui indiquent le degré d'extension du cancer; le système TNM permet de décrire l'extension de la maladie avec T pour «tumeur primitive», N pour absence ou présence de métastases ganglionnaires et M pour absence ou présence de métastases à distance.
La meilleure façon de guérir ce cancer est de le détecter à un stade précoce, quand il est encore localisé à la prostate, sans extension en dehors d'elle.
Pour le détecter dans les meilleurs délais, il est important de ne pas négliger certains symptômes comme l'envie d'uriner trop fréquente, notamment la nuit, un véritable blocage des urines et des douleurs osseuses. Ces symptômes doivent automatiquement entraîner une consultation qui permettra de détecter, ou non, la maladie. Pour ce faire, le médecin pourra utiliser plusieurs méthodes, de la simple interrogation du patient aux échographies et scanners, en passant par la palpation de la glande par l'anus et des tests sanguins vérifiant le bon fonctionnement rénal.
Outre le potentiel traitement encore en phase expérimentale que l'on évoquait plus haut, le cancer de la prostate compte déjà plusieurs traitements relatifs aux différents stades de la maladie et à sa résistance. Parmi eux, la prostatectomie totale qui consiste à retirer toute la prostate et les glandes suspendues à celle-ci, une opération utile à condition que le cancer ne se soit pas propagé en dehors de la prostate. La radiothérapie, la chimiothérapie ou les traitements hormonaux sont également des traitements courants. Dans certains cas, les médecins préconisent une surveillance des patients ou le traitement de la douleur. A l'heure actuelle, divers traitements expérimentaux comme la cryochirurgie doivent encore démontrer leur efficacité.
Qui dit traitements dit forcément effets secondaires. Comme dans toutes maladies, c'est souvent l'étape la plus redoutée par les patients. En ce qui concerne le cancer de la prostate, les effets secondaires sont assez fréquents et dépendent du stade de la maladie. Les malades peuvent souffrir d'incontinence urinaire, de difficultés respiratoires, de troubles visuels et intestinaux, d'une fragilisation osseuse ou encore d'impuissance. Le combat contre cette maladie peut sembler lourd et contraignant, mais il peut conduire à la guérison et permettre aux malades de retrouver la santé, et cela n'a pas de prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.