Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intégration du Maroc dans l'économie africaine vue par le CESE
Publié dans L'observateur du Maroc le 30 - 09 - 2020

Intégration du Maroc dans l'économie africaine, quel état des lieux ? Quels freins à lever ? Quels opportunités à concrétiser ?…Avis du conseil économique social et environnemental.
Le CESE vient de publier son avis sur l'intégration régionale du Maroc en Afrique. Le travail est élaboré selon une approche participative associant les principaux acteurs publics et privés concernés. Le président du CESE, Ahmed Réda Chami, est catégorique : « en dépit des efforts louables et des résultats positifs réalisés au cours des vingt dernières années, les retombées des partenariats avec les pays africains, n'ont pas encore atteint tous les objectifs visés, se révélant en-deçà des opportunités qu'offre l'intégration régionale en matière de développement économique et d'aspiration des populations ».
Freins à lever
En sa basant sur une analyse croisée du niveau de positionnement concurrentiel des différents pays en Afrique durant les deux dernières décennies, le CESE note que les pays qui ont réussi sont ceux qui disposent de ressources financières, de capital humain et de technologie. Pour le Maroc, le CESE met l'accent sur une panoplie de freins tels que l'absence d'approche intégrée puisque le dispositif institutionnel chargé d'organiser la coopération africaine est caractérisé par une multitude des intervenants, une faiblesse des moyens humains et financiers et des difficultés de coordination entre les différentes composantes. Aussi, on relève une faible intégration des CER auxquelles appartient le Maroc avec des mesures non tarifaires et la multiplicité des régimes fiscaux entre pays qui augmentent les coûts de transaction afférents aux échanges extérieurs. Autres hics, une offre commerciale insuffisamment diversifiée, un nombre limité de produits faiblement transformés échangés, une diplomatie économique insuffisamment outillée pour assurer le suivi des accords et des projets d'investissement et des mécanismes de soutien à l'export insuffisants et inadaptés au regard des spécificités du marché africain. De plus, d'après le CESE, les mécanismes étatiques de soutien à l'export, selon plusieurs opérateurs économiques nationaux, sont souvent méconnus ou jugés trop bureaucratiques. L'une des contraintes phares également relevée, la faible intégration dans le transport maritime et routier (absence de compagnie maritime nationale et régionale, faible compétitivité des coûts de transport).
Opportunités à saisir
Selon Ahmed Reda Chami, « il faut adopter le co-développement comme mode d'action, en développant une stratégie intégrée et formalisée, dédiée à l'intégration du Maroc en Afrique en concertation entre les secteurs public et privé ». Il ajoute aussi que « dans le contexte actuel marqué par la crise de la COVID-19, la mise en place de stratégies régionales intégrées dans le domaine de la santé, la recherche et l'industrie pharmaceutique, constitue une réponse adaptée de nature à fédérer les efforts et les moyens, à promouvoir des chaînes de valeur régionales et in fine à renforcer la résilience des pays d'Afrique ». Dans son avis, le CESE note que les analyses démontrent que les opportunités de coopération économique entre le Maroc et les autres pays d'Afrique ne sont pas suffisamment exploitées au regard du potentiel qu'elles offrent. Il cite par ailleurs un ensemble d'opportunités à saisir dans divers secteurs notamment celui de l'agriculture, le textile, l'automobile, le tourisme, l'industrie culturelle et créative...Un focus particulier a été mis sur l'axe formation, qui présente selon le conseil, « un domaine d'excellence pour le co-développement avec les autres pays d'Afrique et pour apporter des solutions à des défis communs : éducation, mobilité des étudiants, emploi des jeunes dont le nombre des arrivées sur le marché de travail devrait atteindre 30 millions en 2030... ». Néanmoins, le CESE insiste que pour réussir le co-développement au service d'une croissance soutenue et partagée, l'intégration du Maroc en Afrique doit impérativement se faire dans le respect du concept de la durabilité, conformément aux engagements internationaux et à la législation du Maroc ainsi qu'aux directives panafricaines, régionales et nationales.
Leviers de réussite
Dans son avis, le CESE émet une série de recommandations pour que le Maroc réussisse son challenge. Il s'agit d'abord d'envisager une stratégie d'intégration du Maroc en Afrique en adoptant le co-développement comme mode d'action pour promouvoir un partenariat mutuellement avantageux pour le Maroc et ses partenaires africains en termes de développement économique, d'émergence d'une élite africaine formée en Afrique, de consolidation de la solidarité, de partage du savoir-faire et d'amélioration du bien-être des populations. Ensuite, il convient d'ériger l'intégration régionale du Maroc en Afrique parmi les priorités nationales en proposant des mécanismes pour accompagner la mise en œuvre des projets de co-développement. Sur le plan institutionnel et stratégique par exemple, le conseil recommande de renforcer la diplomatie économique en intégrant de manière très visible, dans l'agenda diplomatique en valorisant et professionnalisant entre autres, la fonction de Conseiller Economique et celle de Conseiller Culturel au niveau des missions diplomatiques du Maroc, en renforçant à la fois le rôle et la mission de l'AMCI afin de lui permettre d'intervenir d'une manière coordonnée et adaptée et la présence marocaine auprès des instances africaines en particulier au niveau de l'UA, la ZLECAf, de l'Agence de développement de l'UA/NEPAD et du Conseil Economique, Social et Culturel de l'UA (ECOSOCC). Aussi, le conseil préconise d'accélérer la promulgation des textes d'application de la loi ‘91-14' relative au commerce extérieur, concernant l'encadrement des négociations des accords commerciaux internationaux et de renforcer les capacités marocaines du secteur public et privé dans le domaine du commerce extérieur à travers des programmes spécifiques (formation initiale et continue). Concernant l'intégration régionale et continentale, le CESE appelle au parachèvement de la ratification de l'accord relatif à la ZLECAf tout en veillant à une représentation active du Maroc auprès de son secrétariat général. La création d'un comité national public-privé, chargé du suivi et de la mise en œuvre de la ZLECAf serait aussi une nécessité. Pour l'UMA, le CESE insiste que le renforcement en dépit du blocage de l'UMA, des relations économiques, sociales et culturelles avec les pays du Maghreb et développer des coopérations avec d'autres CER. Concernant la CEDEAO, il est primordial aux yeux du CESE de faire aboutir l'étude d'impact relative à l'adhésion du Maroc à la CEDEAO en concertation avec le secteur privé et la société civile et la décliner au niveau sectoriel. L'une recommandations phares du CESE : faire de la Région de Dakhla-Oued Ed Dahab, un hub africain en y renforçant les infrastructures de transport, en y créant des plateformes logistiques de commerce avec l'Afrique et en y développant des établissements d'accueil pour la clientèle des pays d'Afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.