Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Législation : Un bilan maigre se profile    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    Le rock maghrébin en concert à Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage
Publié dans L'opinion le 25 - 11 - 2020

En ce mercredi 9 Rabiî II 1442, les Marocains commémorent le 22ème anniversaire de la disparition de feu Hassan II, le Roi bâtisseur qui a marqué de son empreinte l'Histoire contemporaine du Royaume.
Il y a vingt-deux ans, s'est éteint feu Hassan II, après avoir fait faire au Maroc un grand bond en avant et cumulé d'importantes réalisations, qui ont permis au pays de prendre le chemin du développement. Pour toute une génération née après l'Indépendance, il était bien plus que le Souverain qui a parachevé l'unité territoriale du Royaume et imposé le Maroc sur la scène internationale. C'était le Père de la Nation en mouvement vers le progrès, comme feu Mohammed V fut celui de l'émancipation et du retour à la souveraineté.
Hassan II avait su mettre le Maroc sur la voie de la modernité, sans qu'il ait à sacrifier, pour ce faire, son attachement à son Histoire millénaire et à ses traditions empreintes de foi religieuse. Sous son règne, le Royaume a entamé son essor pour s'inscrire dans son époque, tout en se frayant une place de choix au sein du concert des nations. Tourné vers l'avenir, le Maroc de Hassan II n'en demeurait pas moins enraciné dans sa culture préservant son identité pour mieux relever les défis posés par sa marche en avant.
Vision moderniste d'un grand monarque
Hassan II voyait les choses en grand. Il était guidé par une vision grandiose de son Royaume qu'il voulait placer dans la trajectoire du progrès économique et de l'évolution technologique. Il a fait construire, entre autres grandes œuvres, des barrages dont les Marocains lui sont actuellement grés qui vont demeurer comme une preuve étincelante de son intuition prospective et de sa capacité à concevoir les bons leviers du développement. Jusqu'à présent, la politique hydrique, toujours appliquée dans le Royaume, est un succès reconnu et un exemple cité et reproduit par des pays africains, avec un apport de l'expertise et un transfert du savoir-faire marocains. Feu Hassan II avait appris aux Marocains de ne jamais être avares de leurs connaissances et compétences pour aider leurs frères africains et, à chaque fois que cette expertise est sollicitée, c'est le meilleur hommage rendu au génie du Roi défunt.
Le génie de la Marche Verte
Feu Hassan II restera dans les annales de l'Histoire comme le génie de la Marche Verte, permettant au Maroc de récupérer de manière pacifique ses provinces du Sud spoliées par le colonisateur, tout en montrant au monde entier la totale symbiose entre le Trône et le peuple marocains, ensemble mobilisés pour rendre au Royaume sa dimension et sa gloire d'antan.
Le legs de feu Hassan II qui est aux Marocains le plus cher est incontestablement la stabilité dans la continuité assurée par son fils et digne héritier, SM le Roi Mohammed VI. Le Roi bâtisseur s'en est allé en confiant le Maroc au Roi réformateur.
La fin d'une ère marquée par la réaffirmation de la souveraineté du Royaume sur l'ensemble de son territoire fut le signe annonciateur d'une nouvelle ère, celle où les Marocains des temps présents suivent leur dynamique sur le chemin de I' affirmation du Royaume sur la scène mondiale en tant que nation fière de son passé et tournée vers le futur.
Hommage à celui qui fut un Grand Roi, feu Hassan Il, qui a imprégné son époque de son illustre sceau.
Repères
Libéralisme, un choix stratégique
A une époque où la mise en œuvre de politiques économiques à caractère socialiste par des pays en développement était plus une mode que le fruit d'une profonde réflexion, feu Hassan II s'est distingué par sa foi en le libéralisme en tant que choix stratégique pour permettre à toutes les énergies de s'exprimer pleinement et participer, de la sorte, au progrès de la nation. Dans une ère marquée par des partis uniques monopolisant le pouvoir dans les pays du Sud nouvellement indépendants, feu Hassan II a encouragé la démocratie et défendu le pluralisme politique, en tant qu'options fondamentales et irrévocables.
Sagesse et engagement
Sa clairvoyance stratégique et son sens du compromis politique, feu Hassan II les a également investis dans la promotion des justes causes du continent africain et du Monde arabo-musulman, œuvrant à rapprocher les avis divergents afin de promouvoir la paix et l'entente entre les peuples. Il a eu le courage de défendre des positions avant-gardistes sur des sujets politiques épineux quand nombre de dirigeants des pays en développement ne voyaient le monde qu'à travers l'œillère de leur appartenance idéologique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.