Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les étudiants en masse dans la rue pour le 52ème mardi consécutif de contestation    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Le Souverain félicite le Président de la République de Gambie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Raja pouvait faire mieux…    AGO de la FRMT : Adoption des rapports moral et financier au titre de la saison 2018-2019    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    PJD : le Maire de Marrakech devant Chambre criminelle chargée des crimes financiers, une deuxième fois    Hooliganisme, monnaie courante    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    Programme intégré d'appui et de financement des entreprises, une rencontre dédié aux acteurs régionaux    Travailleurs indépendants : les modalités d'application de la couverture sociale finalisées    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La Chronique de Nas: Notre Saint Valentin à nous…    Le thème est axé sur le terrorisme    En Allemagne, les autorités jugent «effrayants» les projets d'attentats déjoués ciblant des mosquées    Maroc Telecom : Les objectifs 2019 largement dépassés    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    Voici le premier employeur privé étranger au Maroc    L'UE salue l'engagement du Maroc contre la traite des êtres humains    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Championnat du monde de surf : Le Marocain Ramzi Boukhiam remporte l'étape de Hang Loose au Brésil    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Rebondissements dans l'affaire de corruption du président de commune de Ouled Aissa dans la région de Taroudant    L'image du Maroc au-delà des frontières    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Festival "Stop drogue" ou quand les arts plastiques se mettent au service de la lutte contre les addictions    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers sportifs    Participation politique des jeunes au Maroc    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Départ en trombe pour "Sonic" au box-office    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a seize ans s'est éteint feu Hassan II, le Roi bâtisseur: Le prestigieux legs et le digne Héritier
Publié dans L'opinion le 30 - 01 - 2015

En ce vendredi 9 Rabiî II 1436, les Marocains commémorent le 16ème anniversaire de la disparition de feu Hassan II, le Roi bâtisseur qui a marqué de son empreinte l'Histoire contemporaine du Royaume. Il fût, pour le peuple marocain, l'illustre Souverain symbole flamboyant de la Nation, le Guide éclairé qui a posé les jalons du Maroc moderne, le Sage érudit aux avis recherchés et écoutés à l'échelle mondiale. Sa disparition fût vécue comme un cruel évènement, l'attachement des Marocains à leur Roi défunt n'ayant d'égal que la fierté qu'il leur inspirait.
En ce vendredi 9 Rabiî II 1436, les Marocains commémorent le 16ème anniversaire de la disparition de feu Hassan II, le Roi bâtisseur qui a marqué de son empreinte l'Histoire contemporaine du Royaume. Il fut, pour le peuple marocain, l'illustre Souverain symbole flamboyant de la Nation, le Guide éclairé qui a posé les jalons du Maroc moderne, le Sage érudit aux avis recherchés et écoutés à l'échelle mondiale. Sa disparition fut vécue comme un cruel évènement, l'attachement des Marocains à leur Roi défunt n'ayant d'égal que la fierté qu'il leur inspirait.
Il y a seize ans s'est éteint feu Hassan II, après avoir fait faire au Maroc post-indépendance un grand bond en avant et cumulé d'importantes réalisations, qui ont permis au pays de prendre le chemin du développement. Pour toute une génération de citoyens nés après l'Indépendance et grandis sous son règne, il était bien plus que le Souverain qui a parachevé l'unité territoriale du Royaume et imposé le Maroc sur la scène internationale. C'était le Père de la Nation en mouvement vers le progrès, comme feu Mohammed V fut celui de l'émancipation et du retour à la souveraineté.
Digne héritier des glorieux Sultans de la Dynastie Alaouite, feu Hassan avait su mettre le Maroc sur la voie de la modernité, sans qu'il ait à sacrifier pour ce faire son attachement à son Histoire millénaire et à ses traditions empreintes de foi religieuse. De son temps, le Royaume a commencé son essor pour s'inscrire dans son époque, tout en se frayant une place de choix au sein du concert des nations. Tourné vers l'avenir, le Maroc de feu Hassan II n'en demeurait pas moins enraciné dans sa culture ancestrale, préservant son identité pour mieux relever les défis posés par sa marche en avant.
En grand homme, feu Hassan II voyait les choses en grand, tant il était guidé par une vision grandiose de son Royaume qu'il voulait placer dans la trajectoire du progrès économique et de l'évolution technologique. Il a fait construire, entre autres grands œuvres, des barrages dont les Marocains lui sont actuellement grés et qui vont demeurer comme une preuve étincelante de son intuition prospective et de sa capacité à concevoir les bons leviers du développement. Jusqu'à présent, la politique de mobilisation des ressources hydriques, toujours appliquée dans le Royaume, est un succès mondialement reconnu et un exemple souvent cité et reproduit par des pays africains, avec un apport de l'expertise et un transfert du savoir-faire marocains. Feu Hassan II avait appris aux Marocains de ne jamais être avares de leurs connaissances et compétences pour venir en aide à leurs frères africains et, aujourd'hui, à chaque fois que cette expertise est sollicitée, c'est le meilleur hommage rendu au génie du Roi défunt.
A une époque où la mise en œuvre de politiques économiques à caractère socialiste par des pays en développement était plus une mode que le fruit d'une profonde réflexion, feu Hassan II s'est distingué par sa foi en le libéralisme en tant que choix stratégique pour permettre à toutes les énergies de s'exprimer pleinement et participer, de la sorte, au progrès de la nation. Autant qu'en pleine ère des partis uniques monopolisant le pouvoir dans les pays du Sud nouvellement indépendants, feu Hassan II a encouragé la démocratie et défendu le pluralisme politique, en tant qu'options fondamentales irrévocables.
Seize ans après le décès de feu Hassan II, les Marocains peuvent ainsi jouir d'une notable avance par rapport à nombre de pays qui se pavanaient auparavant de leurs choix politiques et économiques idéologiquement orientés, mais qui se sont révélés par la suite des plus désastreux. Et quand les conditions sociopolitiques ont atteint au Maroc la maturité suffisante pour entamer une nouvelle page de son progrès démocratique, ce fut la constitution du gouvernement d'alternance et le début d'une évolution vers un mode de gouvernance depuis lors sans cesse amélioré.
Feu Hassan II restera dans les annales de l'Histoire comme le génie de la Marche Verte, permettant au Maroc de récupérer de manière pacifique ses provinces du Sud spoliées par le colonisateur, tout en donnant à voir au monde entier la totale symbiose entre le Trône et le peuple marocains, ensemble mobilisés pour rendre au Royaume sa dimension et sa gloire d'antan. Et quand cela s'est avéré nécessaire, feu Hassan II a su défendre l'intégrité territoriale de la patrie contre ses ennemis, manœuvrant avec une habilité proverbiale qui a forgé sa réputation de fin diplomate à l'échelle internationale.
Sa clairvoyance stratégique et son sens du compromis politique, feu Hassan II les a également investis dans la promotion des justes causes du continent africain et du Monde arabo-musulman, œuvrant à rapprocher les avis divergents afin de promouvoir la paix et l'entente entre les peuples. Il a eu le courage de défendre des positions avant-gardistes sur des sujets politiques épineux quand nombre de dirigeants des pays en développement ne voyaient le monde qu'à travers l'œillère de leur appartenance idéologique.
Le legs de feu Hassan II qui est aux Marocains le plus cher est incontestablement la stabilité dans la continuité assurée par son fils et digne héritier, SM le Roi Mohammed VI. Le Roi bâtisseur s'en est allé en confiant le Maroc au Roi réformateur. La fin d'une ère marquée par la réaffirmation de la souveraineté du Royaume sur l'ensemble de son territoire fut le signe annonciateur d'une nouvelle ère, celle où les Marocains des temps présents suivent leur dynamique Souverain sur le chemin de l'émergence sur la scène mondiale en tant que nation fière de son passé et tournée vers le futur.
Sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, les Marocains grimpent à pas cadencés les marches du progrès, avec une vision renouvelée de leur avenir et une conviction renforcée en la destinée spécifique du Maroc en ce début du nouveau millénaire.
Hommage à celui qui fut un Grand Roi, feu Hassan II, qui a imprégné son époque de son illustre sceau. Et gloire et longue vie à son digne successeur, SM le Roi Mohammed VI, qui associe son peuple dans la réalisation de son Grand Œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.