Maroc-Espagne: Vers une réconciliation    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Ce qu'il faut retenir du «grand oral» de Khalid Aït Taleb devant les députés    PLF-2022: Voici les principaux chiffres de l'intervention de Mme Fettah Alaoui devant le Parlement    Sahara: Le Koweït réaffirme son appui à l'intégrité territoriale du Maroc    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Casablanca-Settat : les grands élus finalisent le projet de budget 2022    Maroc Telecom: le chiffre d'affaires à fin septembre 2021    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Ryad Mezzour souligne la nouvelle feuille de route du secteur aéronautique marocain    Prime à la casse : 32.350 grands taxis et 22.000 petits taxis renouvelés à fin mai 2021    C'est le 12ème du Groupe LabelVie : Un magasin Atacadao ouvre à Kénitra    Retraite : La CIMR et l'AMSF signent une convention de partenariat    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    Botola Pro D1 / 7ème journée : Trois matches au programme ce mardi    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Inde: Quatre morts et plusieurs blessés dans un incendie à Delhi    Prévisions météorologiques pour ce mardi    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Adoption du pass vaccinal : Le satisfecit du gouvernement    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Prime Covid-19: Khalid Ait Taleb annonce le versement de la deuxième tranche    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU [Par Mehdi Hijaouy]    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    Liga : le Real toujours roi du clasico à Barcelone    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI
Publié dans L'opinion le 28 - 09 - 2021

Descdiatribes enflammées entre deux amis qui se cherchent. Le premier est instituteur et le second handicapé. Sur ce dernier planent de nombreux mystères. Adulte balloté à son insu entre deux mères. Des citations de grands penseurs arabes et occidentaux, Des questionnements et des affrontements à tout bout de champ et en dehors du champ. Des simulations, des dissimulations ainsi que des simulacres tels sont les ingrédients du nouveau film « Jbal Moussa » de Driss MRINI.
Il nous surprend et il nous surprendra encore et encore, ce géniteur, qui donne naissance à des films toujours originaux. Avec cette audace de choisir des thèmes aussi différents les uns des autres, il est inclassable. Il passe d'un genre à un autre, avec une aisance et une maîtrise qui surprennent plus d'un.
De « Bamou », une fresque amoureuse sur fond de lutte contre l'occupation étrangère, il nous plonge avec « Larbi, la perle noire » dans la vie d'un footballeur marocain qui n'a pas eu la gloire qu'il mérite. Puis, il nous fait voyager dans le film « Aida » avec une juive marocaine vivant en occident, qui, une fois atteinte de cancer, revient au Maroc à la recherche de ses origines.
Sacré Driss ! Du film historique et dramatique, voilà qu'il nous fabule d'une comédie, qui, en termes de nombre de spectateurs, constitue un véritable blockbuster national. Sa comédie « Lahnech », l'histoire d'un flic ripoux, est la preuve évidente qu'une excellente comédie peut encore attirer le spectateur marocain vers les salles obscures.
Driss Mrini, un enfant de la télé, que des pseudo critiques trop orthodoxes voulaient cloîtrer dans la petite lucarne, taxée comme étant un art mineur, a montré qu'il était également un bon réalisateur de téléfilms.
A la Télé marocaine, à ses débuts, Driss Mrini avec son émission « watiqa » ou « parchemins » a osé s'attaquer à des sujets politiques, que peu d'hommes osaient traiter.
Cela avait conduit à la censure en direct et pour la première fois d'une émission TV. L'invité de l'émission était Mehdi Benaboud, homme de foi, libre penseur et un des rares médecins marocains à l'époque que l'on pouvait compter parmi les intellectuels. Au cours de l'émission, une de ses petites phrases avait déplu à feu le Roi Hassan II. Un coup de téléphone royal 'makhzani. avait signé l'arrêt de mort de l'émission « watiqa ».
La boîte de Pandore de ce réalisateur est pleine de petits bijoux. Voile qu'il s'essaye aux émissions de variétés à la télévision Marocaine avec l'émission culte « Naghma Wa atay » « mélodie et thé ». Cette émission réalisée dans un cadre convivial, souvent enregistrée dans des maisons et des riads d'architecture typiquement Marocaine, restera dans l'histoire de la télévision Marocaine comme l'émission familiale la plus regardée. Et les responsables de notre télévision nationale, gagneraient énormement à faire revivre ce sphinx télévisuel.
Le savoir-faire cinématographique de Driss Mrini trouve également une véritable illustration dans les documentaires qu'il a réalisé pour des départements très sensibles de l'état marocain.
Jbal Moussa, le dernier opus cinématographique de Driss Mrini, en plus de l'originalité du traitement de sa thématique, se caractérise par une bande son d'une grande maîtrise technique et une cadence servi par un montage qui coupe le souffle au spectateur.
Gageons que Driss Mrini nous surprendra dans un de ces prochains films, en s'attaquant à un sujet encore plus tabou pour la société marocaine, avec une audace qui frôlera l'indécence. Cela n'est nullement étonnant. Les corsaires sont connus par leurs sorties inopinées.
Quelques privilégiés ont pu voir l'avant-première de « Jbal Moussa » dans une salle de projection totalement rénovée du centre cinématographique marocain (CCM), équipée d'un matériel de projection dernier cri. Si Jbal Moussa, risque d'intriguer le spectateur marocain, il n'en demeure pas moins que tout le monde sera captivé, du début à la fin, par le jeu parfaitement haut de gamme des acteurs en complète symbiose avec les directives de celui qui est derrière la caméra. Qu'il s'agisse des rôles féminins campés par Saadia Azgoun et Siham Assif ou les rôles masculins qui accompagnent le spectateur presque durant tout le film, profondément et magistralement interprétés par Younes Bouab et Abdenbi Elbeniwi...
A travers ce film au contenu spirituel, on sent une parfaite complicité entre le réalisateur et ses acteurs et ses actrices.
« Jbal Moussa », c'est l'itinéraire d'un corsaire à la quête des cimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.