PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Samia Orosemane, une farceuse qui bouffonne
Publié dans L'opinion le 08 - 05 - 2022

Caustique et acerbe, l'humoriste française d'origine tunisienne, née Tamansourt, retourne au Maroc avec « Je suis une bouffonne », objet d'une fructueuse tournée internationale incluant la France, la Suisse, le Canada et (beaucoup) l'Afrique. Elle se produira à Rabat et Casablanca aux hôtels Onomo, respectivement le 1er et le 2 juin.
Musulmane, amazighe, voilée, enturbannée, maquée à un Antillais... Tous les ingrédients sont rassemblés pour que fleurissent les clichés, pour que s'épanouissent les délits de non-conformité dans une société française colorée et multiculturelle. Ne serait-elle pas un peu arabe aussi ? Samia est française et le prouve à travers les personnages qu'elle crée, ceux que des Blancs de souche croisent à longueur de quartiers à risques et de sphères huppées. Oui, ils sont partout et se permettent le luxe de se reproduire.
Pour l'ornement final, Samia Orosemane est elle-même basanée ! Une basanée de Clichy-sous-Bois et femme de surcroît. Si ce n'est pas de la provocation ! Alors voilà : en 2009, elle triture « Ali Baba et les 40 voleurs » et tricote « Samia et les 40 comiques ». Un spectacle forcément multicolore avec, en majeure partie, des noms à coucher dehors, « occidentalement » durs à prononcer : Majid Berhila, Candy Nguyen-Viet, Booder, Shirley Souagnon, Kyan Khojandi, Malik Bentalha, Mohamed Mamane Mustapha, Kamal Le Magicien Boutayeb... et, fatalement, Samia Tamansourt. L'incorrigible humoriste enfonce le clou en assurant en 2012 la première partie d'un spectacle du Congolais Phil Darwin né Nianga. Mais la bravade ne s'arrête pas en ce si bon chemin.
Désabusée, nourrice et escroc
Samia est cette fille qui grandit avec des rêves plein les neurones, un brin désabusée. Pourquoi ? Disons qu'elle inspire cet état d'esprit quoiqu'elle n'y soit pas pour beaucoup... Désabusée, elle fréquente le collège où elle découvre la magie du théâtre en étudiant le créateur de « L'Ecole des femmes ».
Désabusée, elle rejoint le Conservatoire d'art dramatique de Paris. Désabusée, elle s'éloigne de ses études en sociologie et en sciences politiques. Désabusée, elle fréquente l'usine pour pouvoir payer ses études en dramaturgie. Désabusée, elle est recalée du Conservatoire. Désabusée, elle épouse un Martiniquais croisé sur la scène d'un théâtre. Désabusée, elle renonce au spectacle because le voile. Désabusée, elle travaille comme nourrice. Désabusée, elle claque entre ses propres doigts et retrouve les planches.
Samia est plus Orosemane que jamais. Révélation en 2014 de l'évènement « Les Impertinentes » organisé par Le Grand Point-Virgule et Aufeminin (groupe de média international détenu dans son intégralité depuis 2019 pat TF1), elle intègre pour y demeurer le monde du spectacle, d'abord en « escroc » puisqu'elle joue le même one woman show pendant des lustres -« Femme de couleurs »- et ensuite en cherchant de ne plus l'être.
Dans le sketch « Ni pull ni chemise » où elle égratigne l'association française « Ni putes ni soumises », elle est sans merci. Elle y dénude Fadela Amara, alors présidente du mouvement et que Samia exècre avec élan : « Ce sont des arrivistes. Plus que le féminisme, elles faisaient avant tout la promotion d'elles-mêmes. Elles ont stigmatisé les leurs. Voile et féminisme ne sont pas antinomiques, au contraire. La libération de la femme ne passe pas par la nudité. On peut décider de se couvrir afin d'être appréciée pour ses valeurs. » Ca, c'est fait.
Tournée fleuve, longue et tranquille
Venue à Casablanca il y a cinq ans pour un show collectif au Studio des arts vivants, Samia Orosemane étonne et détonne. Seulement, attention, l'amuseuse peut péter les plombs.
Lors d'une entrevue avec un magazine féminin marocain la renvoyant au statut d'humoriste engagée, elle dit tout de go : « Ce sont les gens qui le disent. Moi, je n'en sais rien. Je raconte des histoires sans porter de jugement. Mais quand il y a des choses qui me dérangent, je n'hésite pas à en parler. Par exemple, la vidéo que j'ai réalisée après les attentats de Paris a buzzé parce que les gens avaient besoin d'entendre ce genre de choses à ce moment-là. Cette musulmane voilée qui demande à ces ''islamistes, intégristes, djihadistes, pianistes, cyclistes'' d'arrêter de se cacher derrière l'islam et de choisir une autre religion pour nous laisser tranquille ! Il y en a marre des amalgames. Combien de musulmans ont été assassinés le 13 novembre au Bataclan ? Nous avons aussi été pris en otage. Nous sommes dans le même camp. J'ai envie de réconcilier les gens, de donner un peu de recul avec l'humour... Tant que les gens en auront besoin, je continuerai. » Et elle continue avec ce « Je suis une bouffonne » sanctionné par une tournée fleuve, longue et tranquille.
Ainsi va la vie de cette humoriste ni grossière ni vulgaire, militante anti-communautariste, universaliste, « pianiste, cycliste » et créatrice en 2014 du festival « L'Ile du rire » chez elle à Djerba (la douce), sa ville tunisienne d'origine, sur le modèle du « Marrakech du rire » de Jamel Debbouze. La « foulardée », comme elle s'amuse à se qualifier, continue à ne pas écrire son dernier sketch ni à prononcer sa dernière vanne. Alléluia, Allah est grand !
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.